Emotions.
 MessageSujet: Emotions.   Emotions. EmptyDim 13 Jan - 14:52

Ash Tomoe
Ash Tomoe

Eagle's Claw

Click



Le vent est fort, brutal, en haut de cette colline isolée de la ville où tu te trouves. Tu as devant tes yeux une plaine balayée par les rafales jamais pudiques, et tu tiens dans tes mains l'épée rouge, Burst, que tu as acquise il y a peu dans des circonstances étranges. Tu l'agites devant toi, tu te concentres sur elle, mais la lame reste inchangée, ne s'embrasant pas. Tu te souviens pourtant qu'à son apparition d'énormes flammes s'en dégageaient. Mais son pouvoir, furtivement aperçu, a disparu, et tu ne sais pas comment l'appeler à nouveau. Tu finis par abandonner, rangeant ton épée dans son fourreau, et descendant vers la ville.

Tu marches lentement dans les rues de la ville. La foule matinale te croise sans s'arrêter. Tout est agité et calme à la fois. Ton aide n'a nulle part où aller. Dans les locaux du Conseil Magique, tu finis quelques dossiers puis on te renvoi, ton travail terminé pour la journée qui n'est que seulement commencée. Tu marches en direction de ta maison et tu rentres chez toi, dans ton petit appartement obscur et d'où ta solitude se ressent. Mais cette fois, en entrant dans ta demeure, tu sens que quelque chose à changer depuis le matin. Tu sondes une présence, et tu poses instinctivement ta main sur ton épée. La pièce principale au mobilier réduit est vide, et tu t'avances vers ta chambre, soucieux de savoir sur quoi tu peux tomber. Mais la chambre est vide, elle aussi. Tu restes surpris, te disant que tu as sans doute eu un pressentiment sans raison valable, quand soudain tu sens la pointe d'un poignard dans ton dos.

« Je vois qu'on ne relâche jamais son attention, mais il faut que tu restes davantage sur tes gardes pour ne pas te faire avoir par derrière, Ash Tomoe. »

En entendant sa voix, tu te retournes, ne prenant pas en compte le poignard qui semblait près à te transpercer, et tu fais face à Amber, la femme que tu as rencontré à Seven. Tu lui souris, l'émotion trop forte pour que tu ne trouves des mots justes à lui dire, et elle se contente de te faire une accolade. Vous vous séparez après quelques secondes, puis elle fait le tour de ton appartement, regardant chaque détail avec minutie.

« Tu n'es pas souvent ici, non ? Ou alors ca ne te dérange pas d'avoir aucune décoration, aucun... signe que tu es passé là. L'ambiance est plutôt froide, tu ne dois pas avoir beaucoup d'invités, n'est-ce pas ?
_ Je crois que tu es la première personne à venir ici.
_ La première ? Donc tu n'as pas d'amis, ni amours. Même pas un collègue ? Ton bureau est pareil au Conseil Magique, peu chaleureux.
_ Tu as été à mon bureau ?!
_ Ouais, enfin, si on peut qualifier ça de bureau. Tu l'appelles comment, toi ? Local ? En tout cas, n'oublie jamais que j'ai grandis dans les rues. Je sais m'infiltrer où je veux.
_ Si on t'avait surprise, tu aurais eu des problèmes plutôt graves.
_ Comme j'en ai à Seven. Toute mon enfance, dans les villes qu'on passait, on se faisait rejeter. Je crois qu'aujourd'hui je n'ai pas la force de m'attacher à une ville comme celles là-bas, à cause du passé trop tumultueux qui m'y lie. Donc j'ai décidé de voyager, et je suis venue te rendre visite, comme promis !
_ Ta blessure est guérie ?»

Elle souleva son t-shirt sans pudeur pour montrer une large cicatrice qui était encore récente, et elle fit une moue amusée, malgré la douleur qu'elle avait du ressentir pendant sa convalescence. Elle reprit son inspection des lieux, et s'arrêta devant une étagère pour y prendre un grelot. Tu sautas sur elle pour fermer ta main sur la sienne, l'empêchant de faire tinter le petit bijou.

« Qu'est-ce qu'il te prend ?
_ S'il te plait, ne fait pas sonner cette clochette. Elle est magique, et je n'ai pas envie qu'elle active son effet.
_ Ah, je vois ! Et quel est donc son effet, pour que tu veuilles le cacher comme ça ?
_ C'est un effet unique. Pour prendre contact avec une amie à moi.
_ Oh, donc tu as une amie quand même ? Qui est-ce ? Et pourquoi tu ne veux pas la voir ?
_ Ma rencontre avec elle était... dérangeante. Elle s'appelle Misto, elle a une vision lisse de l'humain. Je veux dire qu'elle peut voir, sentir les moindres recoins de ton âme. Je n'ai aucun moyen de contact avec elle autre que cette clochette. Je n'ai pas envie de l'utiliser maintenant.
_ Si tu la fais sonner et qu'elle apparait, tu pourrais lui demander son adresse, et ça sera beaucoup plus facile pour la suite, non ?
_ Je... je lui ai promis que pendant notre prochaine rencontre, j'aurais changé.
_ Pourquoi changé ?
_ Je n'ai pas vraiment envie d'en parler... »

Amber eu un sourire juste, et elle passa sa main sur le visage d'Aston, caressant le visage perturbé de l'homme.

« Je t'ai fait part de mon passé, t'en souviens-tu ? N'ai pas peur de te confier à moi à ton tour.
_ Tu as raison. Mais c'est une longue histoire.
_ On a tout notre temps devant nous, non ?
_ Très bien. Je viens d'un pays très lointain qui connait la misère et la guerre. Il y a cependant un héros légendaire qui, depuis des siècles, apparait lors des plus gros conflits et stoppe tous les affrontements. Dès qu'il y a une guerre, les habitants prient le retour du héros qui finit par apparaitre, étincelant, au milieu du champ de bataille, et avec son épée sacrée, il empêche les deux camps de combattre. Ce héros est nommé Makuto, et l'épée est Hiken.
_ Ton épée aussi s'appelle Hiken. Est-ce la même que celle du héros ?
_ J'y viens; pour te résumer, le héros est en fait un habitant du pays, choisi par l'ancien héros quand il n'a plus la force de combattre. Cependant, si le héros fait un mauvais choix de successeur, un successeur qui ne pourra pas maitriser Hiken, alors les conflits perdureront. Le précédent Makuto a été tué, et avant sa mort, il a choisit mon père, seul homme présent lorsqu'on trouva son corps brisé. Mon père s'est entrainé pendant toute mon enfance à maitriser l'épée, à découvrir ses pouvoirs et à les utiliser pour faire le bien. Mais il n'a pas été suffisamment fort et il a perdu son combat. Makuto, le héros de la légende au travers des siècles, perdre une bataille; tu imagines la colère, la peur du peuple qui perd espoir ? Mon père a été lynché, comme s'il avait été responsable de tout ça. Responsable de ne pas avoir été capable de stopper la guerre. J'ai reçu l'épée, et je me suis enfuis. J'ai promis de revenir dans mon pays quand je maitriserais parfaitement l'épée et que je serais capable de stopper la guerre. Mais voilà sept années qui ont passé, et je n'ai aucune nouvelle de ce qui se passe là bas. Si ma mère est vivante ou non. Et si un jour je serais capable de brandir l'épée pour ramener la lumière sur ma patrie.
_ Tu as déjà brandis ton épée pour me sauver moi. Tu peux le faire pour le reste du monde, je crois en toi.
_ Sauf qu'il y a un problème. L'épée, alors que je commence à maitriser davantage de ses pouvoirs, commence à avoir une sorte de ... conscience. Je ne sais pas réellement ce que c'est, ni si ca vient réellement de l'épée, mais je sais que c'est l'épée qui stimule ça. Quelqu'un, sans arrêt, me suit, m'observe, et même, me parle. J'ai commencé à le voir en rêve, enfin, en cauchemar, et puis il est réellement apparu quand Misto m'a fait écouter le chant de mon âme. Et il m'a battu, aussi simplement que possible. J'ai failli tout abandonner, sur le coup. Je sais que pour évoluer, je dois surpasser cet... cet Autre. Mais je suis bien loin du compte.
_ Qui est-il, cet Autre ?
_ Je ne suis pas certain, mais en tout cas... Il me ressemble drôlement.
_ L'épée veut te soumettre à toi-même, à une part mauvaise de toi pour te faire devenir plus fort, non ?
_ Ou pour savoir si je suis réellement digne de la porter. Suite à cette défaite, ses pouvoirs m'ont été refusés. J'avais comme perdu foi en elle. Mais j'ai appris à la maitriser à nouveau, avec une nouvelle volonté. J'ai promis à Misto de revenir à la lumière. Je crois que je suis sur la bonne voie, aujourd'hui. Mais l'Autre est toujours présent. Il marche à mes côtés. Et un jour, il va me bloquer, et je devrais le battre pour avancer.
_ Mais quand tu m'a sauvé de Lahazar, ton épée est devenue toute enflammée, surpuissante, et tu l'as eu en un coup, non ?
_ J'étais trop en colère, je crois. Je ne me souviens plus réellement de ce qui s'est passé. D'habitude, je ne suis pas comme ça, j'arrive à maitriser mes émotions, mes sentiments. Mais là, cette fois, j'ai explosé de l'intérieur. Et mon épée a libéré un pouvoir que, aujourd'hui, je n'arrive pas à rappeler.
_ Hum... Toute ta vie, tu as fait attention à ne pas trop t'impliquer émotionnellement, c'est ça ? Je crois que c'est ça, ton problème. Si tu veux surpasser l'Autre, si tu veux te surpasser, Ash, il faut que tu laisse tes émotions te guider.
_ Tu crois que c'est une bonne chose ? J'ai un but à atteindre, et laisser d'autres émotions intervenir pourrait m'en détourner.
_ Au contraire. Ma magie à moi me permet de sentir les émotions, en gros. J'ai pu te localiser au loin, savoir l'emplacement de ton bureau, pour avoir senti l'étrange émotion qui se dégage de toi. C'est comme ça que j'ai pu trouver la planque de Lahazar rien qu'en sentant l'émotion d'un de ses homme et en voyant d'où elle venait. C'est très utile, tu sais, pour savoir où en sont les gens, en eux-même. Tu l'as dis toi-même; quand tu as fait fis de tes limites émotionnelles, ton pouvoir a exposé. C'est peut-être ça que l'épée veut te voir faire. Ne pas être un vulgaire porteur d'épée, mais bien un humain, avec ses vices et ses bons côtés. L'Autre n'est peut-être que la matérialisation de cette limite que tu t'imposes toi-même. A toi de la briser, Ash. Maintenant, suis-moi.»

Elle te prit la main, et vous sortez dehors. Tu te laisses guider, docile, dans les rues désormais désertes et seulement éclairées par la lueur de la nuit. Amber reniflait, comme si elle cherchait un autre chemin d'émotion. Et tu te rendis bientôt compte qu'elle te menait jusqu'à cette colline, en dehors de la ville. Vous vous y arrêtez, et elle se tourne vers toi, toute sourire.

« Tu vas matérialiser l'Autre devant toi en fermant les yeux. Même s'il ne vient pas, tu vas l'imaginer devant toi. Et tu vas sortir ton épée. Mais cette fois, tu ne vas pas avoir le regard voilé, juste ouvert vers l'avenir, vers ce qu'il y a derrière l'Autre. Tu vas ouvrir tes yeux aussi vers ton passé. Vers ceux que tu as rencontré, que tu as aimé. Misto, et sans doute les autres personnes que tu as croisé. Je suis certain que si tu ne penses pas à ton but final, mais si tu penses aussi à ton passé, tu arriveras à trouver la force de ressentir tes émotions se lier à ta magie. Car les émotions du futur te sont inconnues et tu ne peux puiser de force dedans. Mais celles du passé restent là, bonnes ou mauvaises, mais intenses et sources de pouvoir. A toi de jouer, Ash. J'ai foi en toi. »

Tu acquiesces, et tu fermes les yeux. Tu tires ton épée de son fourreau, Burst, la lame rouge mais éteinte. Et tu te concentres sur ton avenir, mais aussi sur ton futur. Lentement devant toi, tu arrives à t'imaginer l'Autre; un miroir de toi, mais un miroir glacé et glaçant. Tu penses à Ai et l'admiration que tu lui as voué. Tu penses à Léna et la peine qu'elle a réussi à te guérir. Tu penses à Uzume et à ses larmes d'excuses. Tu penses à Luka, trop jeune. A Erleigh et sa fausse insouciance, sa joie de vivre. Tu penses à Clifford et au tueur cadavérique inconnu, des objectifs parallèle importants. Tu penses à Misto.

Tu penses à Amber.

Tu as les yeux fermés devant toi, mais tu lèves quand même l'épée vers la silhouette éthérée de l'Autre, fruit de ton imagination. Et tu la tranches d'un coup. L'Autre se désagrège, et tu entends un cri d'émerveillement d'Amber. Tu rouvres les yeux, et tu vois, abasourdi, que ton épée est enflammée.

« J'ai réussi. Grâce aux émotions. Burst, cinquième d'Hiken, l'épée de flammes... Amber, je te remercie. »

Vous rentrez, tous les deux silencieux mais tranquilles vers ta demeure. Vous y arrivez, vous préparez un repas rapide ensemble, vous mangez en discutant d'autre chose, comme si la scène précédente n'avait pas eu lieu, puis vous vous préparez à aller vous coucher. Tu offres ton lit à Amber tandis que tu dormiras dans ton salon. Elle glousse en acceptant, et vous vous souhaitez une bonne nuit.

Avant de fermer les yeux, une étrange pensée te saisit : l'Autre ne s'est pas manifesté ce jour-ci. C'est donc heureux que tu t'endors, heureux d'avoir passé un cap.

Mais ton cauchemar s'immisce dans ton sommeil. Tu vois l'Autre s'avancer d'Amber, qui a les yeux terrifiés en le voyant, lui, pâle copie de toi-même. Tu vois l'Autre lever Hiken au dessus d'elle, puis la tuer sans hésiter.

« Tu sèmes la mort sur ton passage, tu ne peux le nier. Les émotions ? Des conneries. Ce sera bientôt son tour, et tu seras à nouveau seul, Aston. »

Tu te réveilles en sursaut, et tu vas voir si Amber est toujours là. Elle dort dans ton lit, paisible. Tu retournes te coucher, sans pour autant réussir à dormir. L'Autre est toujours là et est un danger pour tes proches, tu dois rester éveillé.
Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fujita Aoi - our emotions are the voice of our soul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Centre :: Era :: Extérieur