On ne tisse pas sa vie qu'avec un fil de bonheur
 MessageSujet: On ne tisse pas sa vie qu'avec un fil de bonheur   On ne tisse pas sa vie qu'avec un fil de bonheur EmptyJeu 10 Jan - 21:21

Anonymous
Invité


Click



Je cours, sous mon long manteau noir. Je cours sans porter attention au soleil tapant, à la chaleur du désert. Je ne sais pas combien de temps mon pas de course s’est prolongé, mais je cours comme pour fuir les idées noires qui me tiraillent, les évacuer de mon esprit en me concentrant sur un exercice physique. J’ai peur de m’arrêter, j’ai peur de me faire rattraper par les actes que je viens de commettre. Et pourtant, il faut bien, et quand la nuit tombe, je m’écroule de fatigue. Pour une raison inconnue, le sommeil vient rapidement, comme si une personne s’exerçait à s’occuper de moi malgré mes mauvaises actions.

Quelques jours plus tôt, à Angel’s Sky


« Miku, tu es sûr que ça va ? Tu es bizarre ces temps-ci. »

Le jeune homme blond lève la tête d’un air distrait, sorti de ses pensées par la voix de la jeune mage. Il hésite un bref instant avant de lui décocher un de ces sourires dont il a le secret. Il aurait bien fait jouer sa magie pour rassurer son amie, mais Lina connaissait trop bien Miku et ses secrets. Entre autre, la mage sait très bien distinguer quand Miku fourre son nez dans les émotions des autres et quand il ne le fait pas.

« Qu’est-ce qui peut bien se passer dans ta petite tête blonde ?
- Mais rien Lina, je t’assure. Qu’est-ce qui te fait croire qu’il se passe quelque chose ? De toi à moi, j’ai l’air triste là ?
»

Son sourire resplendit de félicité, son ton respire la sincérité. Et pourtant, tout est faux. Si Miku est le roi dans ce domaine où personne ne peut le tromper, l’intuition féminine de Lina n’était pas un facteur sur lequel il pouvait influencer. Maudites femelles.

« Miku, ne me prends pas pour une idiote.
- Mais puisque je te dis que tout va bien !
»

Le blond se lève de table, la voix tremblante. Il baisse la tête pour éviter le regard de Lina, cachant ses yeux sous ses mèches blondes. Il a lui-même senti cette pointe de colère, cet arrière-goût d’amertume et de dépit dans sa dernière réponse. Il s’est trahit lui-même. Serrant les poings, il quitte les lieux d’un pas privé de toute délicatesse. Lina l’aurait bien apostrophé pour lui demander des explications, mais d’avance, elle sait qu’elle n’a aucune chance. Laisse-moi tranquille aurait été la seule réponse valable. La magie de Miku est un don qui lui permet de détecter les soucis, les problème chez les autres, et dans son caractère de gosse, il tient toujours à rétablir les problèmes comme un héros sorti d’un bon roman. Pourtant, quand le problème en vient à lui, c’est comme si ses amis n’existaient plus. Il refuse toute forme d’aide, il s’isole en cherchant à protéger son entourage du fléau qu’il pourrait être. C’est vrai, après tout, que dirait-on à propos d’un Miku qui n’est ni rayonnant, ni joyeux, ni plein de bêtise ? C’est un fanfaron qui se refuse le rôle de l’aidé. Un homme qui veut donner sans accepter de recevoir. Alors pourquoi expliquerait-il à Lina que sa famille est tenue prisonnière par un puissante mage noir qui le fait chanter pour voler des innocents ? Ca ne ferait que lui créer des problèmes, et elle en a déjà assez des siens. Comme si cette prise de tête avec Lina n’était pas suffisante, le blond agacé croise le chemin d’Atios. Ruminant ses idées noires, il n’est vraiment pas d’humeur à faire des efforts avec son graaaaaand ami de toujours. Il lui expédie un regard aussi noir que le fin fond d’un abysse maritime pour bien lui faire comprendre qu’il ne faut en aucun cas lui adresser le moindre mot. Et il rejoint sa chambre pour se préparer à s’introduire chez M.Wealthy.

De retour à Acalypha, fin de matinée.


Par chance, une caravane de marchand m’est tombé dessus pendant que je dormais et m’ont embarqué avec eux. Je ne comprends pas. J’ai toujours été très chanceux, certes. Mais j’ai toujours associé ça à mes bonnes actions. Faire le mal devrait nous faire récolter des punitions, non ? Je n’ai quasiment pas parlé du voyage, mais je les ai aidés à chasser une meute de bêtes enragées pour leur prouver ma gratitude. Pendant le trajet, j’ai jeté des coups d’œil discret à mon butin de mission, ce livre qu’il m’est normalement interdit de consulter. Je n’y ai RIEN compris. Et pourtant le titre m’intrigue, comme s’il m’appelait. Je remercie les nomades qui m’ont accompagné une dernière fois, et nous nous séparons au centre-ville. Il y a toujours de l’animation dans les marchés à cette heure-ci, aussi j’en profite pour rester discret sous mon manteau. Suivant les indications qui m’ont été laissées, je traverse quelques rues à la recherche d’une bijouterie bien précise : « celle qui expose élégamment un collier de jade, une bague ornée d’un rubis et des boucles d’oreilles de diamant. » Je rentre, non sans hésitation, et demande à voir le propriétaire de l’échoppe. L’anxiété envahit mon esprit à une vitesse folle, j’ai l’impression que je vais imploser d’un moment à l’autre.

« Bonjour Monsieur. C’est pour ?
- Un échange de bon procédé entre hiboux voyageurs.
»

C’est quoi cette phrase code à la con, sérieusement ? Il avait fumé quand il m’a écrit ça ? Je me sens soudainement observé, comme s’il était évident que j’étais en train de comploter avec un criminel et que le Conseil allait me tomber dessus d’un instant à l’autre. Il n’en est rien, la vendeuse est occupée avec un client, et c’est avec l’air le plus naturel du monde que le propriétaire m’amène dans l’arrière-boutique. Il me fouille et me désarme, stockant tout ça dans un coin. De là, il m’indique des escaliers de secours et me donne quelques consignes avant de repartir. Je ne m’étais jamais rendu compte à quelle point la mafia pouvait être professionnelle. Je descends l’escalier avec discrétion et je remonte la ruelle jusqu’à un cul de sac. Comme indiqué, une fenêtre a été laissée entrouverte, et je rentre après avoir vérifié que personne n’était derrière moi. J’arrive dans une sorte de cuisine, où je pousse la table et le tapis devant moi pour dévoiler une trappe. Je prends une grande inspiration, et je me jette dans la gueule du loup.

La pièce est sombre, mais on devine qu’elle est vaste. J’ai peur, je ne le cache pas. Ces décorations d’aristocrate sur les murs de pierre ne m’inspirent pas plus que confiance que l’aura émotionnelle qui se dégage devant moi. Sournoiserie et satisfaction ne font pas bon ménage mélangés ensemble.

« Eh bien eh bien, tu en as mis du temps ! J’aurai dû t’ordonner de les tuer, ç’aurait été plus rapide. Mais je crains bien que tu en aurais été incapable. Petite nature va. »

Sa voix me donne froid dans le dos. Goodness and love will always win, que je me repète en boucle pour ne pas laisser mon pouvoir s’emballer. C’est dur, vraiment dur, et quand je sors le livre de mon sac pour le lui présenter. J’ai rarement vu une admiration aussi malsaine dans les yeux de quelqu’un, et il fait un pas en avant pour se précipiter dessus, ce à quoi je réponds en reculant d’un air neutre.

« Ma famille ?
- Ta quoi ? Ho, si tu savais.
»

Je me refuse de jouer le jeu et le fixe toujours avec cet air imperturbable sous ma capuche noire. Une mine vexée, un claquement de doigts, et je vois les trois membres de ma famille se réveler sous les lumières qui s’allument, suspendus à des chaines et inconscients contre un mur. Je me mords la lèvre, même Ania s’est faite battre. Elle est bien plus forte que moi, pourquoi ce n’est pas à elle qu’il a demandé de faire tout ça, elle est bien plus apte à ce genre de situation. La voir comme ça… La haine s’empare de moi. Pour la première fois, j’éprouve l’envie de tuer quelqu’un. Et c’est avec cette même fascination impure que le mage noir me regarde me transformer. Mes ailes de démons poussent à une vitesse folle, mais le reste de mon corps s’enflamme. D’un geste rapide, je fais apparaitre une lame innominée que je fais foncer droit sur mon ennemi. Une mine amusée, un claquement de doigts, et je suis de nouveau changé en spectateur.

« Je te déconseille fortement de faire ce choix. C’est jouer un jeu dangereux que de vouloir être le plus grand quand on est novice. »

Mon épée s’est contentée de disparaitre, tout comme ma transformation. Dispell, la magie d’annulation. Je n’y ai jamais été confrontée auparavant. Annuler mon Emotion Wave n’est pas sans conséquence, et j’ai l’impression d’avoir le souffle coupé, la poitrine comprimée comme si on m’avait noyé. Le mage noir semble réjoui par ce contre-coup inattendu, son rictus sadique me donne envie de gerber.

« Hoho, je ne pensais pas que tu étais si dépendant de ces émotions que tu aimes tant. Tu ne peux rien contre moi, ne cherche pas à faire ton héros. Tu ne peux même pas accéder à mes émotions. J’ai bien étudié ton cas, sans ça, tu te retrouves impuissant et désarmé. Alors tu vas faire tout ce que je te demande, sinon… »

Son regard significatif en direction d’Ania en dit long. Je me tais en retrouvant mon souffle. Au moins, il se trompe. Croire que sa magie protège ses émotions est une lourde erreur. Il m’ordonne de m’installer sur un bureau en face de lui, ce que je fais sans rechigner. D’un geste brut, il pose le livre devant moi avant de faire quelques pas en direction des prisonniers

« Trouve moi la formule qui sépare les cœurs des corps. »

Je le regarde avec incompréhension. Séparer les cœurs des corps ? Voyant que je ne m’applique pas à la tâche, il brandit son fleuret et tranche les bras de mes parents. La vue du sang enflamme mes cheveux

Enflure.


« Tu ne devrais pas réagir aussi violemment, ce ne sont même pas tes vrais parents. »

Exactement ! Enflure !.. Attendez, qui a parlé ? Pas mes vrais parents ? S’iouplait, pas tous en même temps je ne comprends rien là. Je veux pas mourir ?

« Oh, tu ne savais pas ? Désolé. Au. Bou. Lot. »

Son ton faussement innocent trahit de loin qu’il a fait exprès de me révéler cette information. Et il n’a vraiment pas l’air de mentir. Je fais mine de me pencher sur le livre, mais les évènements ont décidé de ne pas s’arrêter là.

Miku ! Miku tu m’as entendu ?
Oui petite voix dans ma tête, je t’ai entendu. Depuis quand ta sonorité est aussi séduisante ?
Miku, c’est Axel.


Le petit Timmy apparait dans ma tête dans un flash. Il me parlait sans cesse d’Axel… Mais Axel est mort, non ? Ou alors… Serait-il tenu prisonnier par ce fou ? Maitriserait-il la magie de la télépathie ? Ou alors est-ce moi qui devient fou ?

Écoute, j’ai un moyen de te sortir de là ! Il faut que tu me matérialises.
Que je quoi ?
Ouvre le livre, cent trente deuxième page.
Mais je ne peux p…


C’est quoi ce bordel ? Depuis quand ce qu’il y a écrit dans ce livre a un sens pour moi ? Toutes les pages me parle alors que c’était du charabia tantôt. Je sens les variations dans les émotions du mage noir. Il m’observe avec attention, je dois être prudent.

Tu ne dois en aucun cas coopérer, Miku.
Axel, il détient ma sœur, je n’ai pas le choix.
Crois-moi, si tu lui expliques ce qu’il veut, ta sœur finira comme moi.


Comme lui ? Mais je ne sais même pas ce qui lui est arrivé. Bordel, qu’est-ce que je dois faire ?

« Tu as trouvé quelque chose, n’est-ce pas ? »

Je frissonne en sentant son souffle chaud près de moi. Le reflexe veut que je m’éloigne, ce qui me vaut un coup de fleuret sur la joue. Kch.

« Flurry of dancing Flames : Axel ! »

Je sens comme des flammes dans mes mains. Et je ne délire pas, car ce sont des vraies flammes qui sont apparues dans mes paumes. Elles disparaissent rapidement pour laisser places à deux armes qui me sont totalement inconnues, mais qui, paradoxalement, m’évoque un sentiment familier. Ce sont des chakrams, donc des projectiles, pas vrai ? Pas trop le temps d’y penser, je contre un coup de fleuret en plaçant mes bras en croix. Mon adversaire et moi-même nous projetons en arrière pour établir une distance de combat.

Aie confiance.
T’es bien drôle comme mec toi.


D’un naturel qui me surprend moi-même, je lance mes nouvelles armes sur les côtés. Ils effectuent une trajectoire elliptique et foncent de part et d’autre de mon adversaire. Au passage, ils en profitent pour s’enflammer, devant d’autant plus impressionnants. Le fourbe esquive facilement, mais ce n’est pas le plus important. Depuis quand est-ce que je sais manier ce genre d’arme ? Ils reviennent vers moi tels des boomerangs et c’est avec une facilité inattendue que je les rattrape, éteints. Tout est comme si mon instinct avait été remplacé par celui d’un autre.

C’est pas tout à fait ça, mais tu commences à piger l’idée.
J't'invoque comme un esprit ou quoi ?
Oh, hé ho. Je ne suis pas un esprit, je suis un cœur. C'est bon, c'est retenu ?

« La plaisanterie s’arrête ici ! Je me débrouillerai sans toi. »

Evidemment, privé de son dispell, le mage noir passe au rythme supérieur. Quelle chance pour moi, il maitrise l’élément terre. Wouhou, Miku, joue au loto aujourd’hui histoire de contrebalancer cette malchance. Je dévie les premiers projectiles rocheux à l’aide de mes chakrams, ce qui énerve encore plus mon opposant. Pris de rage, il me fait parvenir une salve de bloc qui me vaudront bien de jolis hématomes un peu partout. Comme si cela ne suffisait pas, des mains de pierre sortent du sol pour m’attraper les talons et m’envoyer voler contre un mur avec une puissance surhumaine. Aw ma tête.

« Roc Fury. »

J’ai tout juste le temps de carapater pour éviter la salve de pic rocheux qui me foncent dessus. L’ennemi est dangereusement proche, je vais perdre mon seul avantage à distance. Uhm, il faut que je fasse autre chose. Je laisse l’adrénaline monter et…

« Blazing dance ! »

Les deux bras armés et tendus, Je me mets à tourner sur moi-même de plus en plus rapidement jusqu’à atteindre une vitesse folle qui repousse la caillasse qui me tombe dessus. Lorsque des flammes viennent s’ajouter à ma tornade, le mage noir échappement un japement de surprise qui vaut son pesant d’or. La toupie brûlante que je suis devenu fuse vers lui sans hésitation tel un cheval au galop. C’était inimaginable, inédit pour moi d’exécuter ce genre de mouvement. J’y vais totalement à l’instinct, me dirigeant grâce aux sources émotionnelles car incapable de voir quoi que ce soit de manière raisonnable. J’arrive à projeter mon ennemi au loin et je m’arrête de tourner pour constater les dégâts. Enfin, pour essayer, j’ai tellement la tête qui tourne que je mets un temps fou à m’en remettre. Quand j’ai enfin les idées claires, plutôt que de voir ce connard agoniser, je constate une douzaine de gros bloc léviter autour de moi. Il a clairement décidé de me faire payer, et tous d’un coup viennent me comprimer avec hargne, m’arrachant un puissant hurlement. Je finis à terre, à la merci de mon ennemi. J’vais avoir de belles fractures, j’parie, après un coup comme ça. J’saigne d’un peu partout, mais surtout du nez, c’est pas beau à voir.

Lâche pas, Miku ! N’oublie pas ta sœur !


Je tente de soulever mon corps, mais la force de mes bras me fait défaut. Il a raison, je ne peux pas rester là sans rien faire. Je n’veux pas mourir… Bordel, aller !

« Miku.. »

Je lève difficilement la tête vers ma sœur qui, comme par miracle, semble s’éveiller. J’entends les pas de mon assaillant se rapprocher lentement de moi. Bon dieu, elle va m’en vouloir pour celle-là. Le mage noir, aveuglé par la colère et surpris que je sois encore vivant, ne semble pas avoir remarqué.

Putain, Miku, ce mec est un ******* qui **** de ****
J’ai besoin de me concentrer, Axel.
Non, t’as besoin de me laisser faire. Désolé d’avance.
Désolé de quoi ?


Et alors là, j’ai ressenti un truc qui me rappelle des souvenirs désagréables. Exactement comme la dernière fois que j’ai vu Anastasia. J’ai l’impression que mon esprit sort de mon corps, mais je peux toujours le voir. Sauf qu’au lieu de le voir par en haut comme une projection astrale…

Axel, tu m’as foutu dans tes chakrams ??
J’te pique ton corps un moment. Il est trop petit pour qu’on tienne à deux.
Mais…
Et mes chakrams s’appellent les Flammes éternelles. Pigé ?


Effectivement, Axel réussit à se lever. Enfin à ME lever. Du coup, j’allai préciser qu’il enflamme ses chakrams, sauf qu’encore une fois, il est meilleur de préciser que je m’enflamme, MOI. D’un geste vif, un demi moi est envoyé sur l’adversaire, l’autre demi moi vers ma sœur pour la libérer de ses liens magiques.

« Tu vas payer pour ce que tu as fait à ma famille. »

Ah parce qu’en plus, il peut parler avec ma voix ? Remarque, j’aurai tout à fait pu dire ça. Et puis, qu’est-ce qu’il fait à mon corps, pourquoi mes yeux sont verts ? Pourquoi mes cheveux sont rouges. Il fonce sur mon adversaire, l’attaquant en rafale et ne lui laissant aucun répit. L’autre semblait tétanisé par ce nouveau moi, il lâche alors avec effroi

« Axel ?!
- Oh, alors comme ça on se souvient de moi ? Je suis si flatté. »

Axel bondit en arrière pour établir une distance entre lui et son adversaire. Je commence à sentir une confiance excessive entre lui et moi, une coopération et une volonté unique dans ce combat pour protéger nos familles. Ma sœur, encore faible, a réussi à s’équiper d’un poignard pour libérer discrètement nos parents. Il faut qu’on se dépêche.

Axel, utilise Empathy sur ma sœur.
De quoi ?
Dis juste la formule, ça devrait marcher.

« Empathy. »

Il semble que, tout comme je suis capable d’utiliser ses capacités, Axel peut utiliser les miennes. Malgré la fatigue d’Anastasia, son énergie magique vient rejoindre la mienne car je sens bien la surprise prendre Axel de court. J’essaye d’agir sur son instinct tout comme il agit sur le mien tantôt. Ca fait bizarre, quand même.

« Will power. »

Sept lames innominées apparaissent dans toute leur splendeur. J’vous parle pas de l’effort mental pour faire tenir tout ça en même temps, niveau magie. Si j’étais dans mon corps, je sentirai probablement tous mes muscles se contracter et mon souffle court. Haha, pour la première fois depuis cet échange de corps, je suis bien content d’être dans les flammes éternelles. Remarque, ça sonne un peu comme l’Enfer ce nom…

T’inquiète pas, l’enfer, tu l’auras quand tu payeras les courbatures pour tout ça.


Axel se jette à corps perdu dans le combat avec ses neuf armes au total. Si le mage parvient à supprimer deux épées grâce à sa magie d’annulation avant qu’elles n’arrivent à lui, les cinq autres le tranche de toute part, s’acharnant jusqu’à ce qu’il parvienne à toutes les supprimer, ce qui lui demande un effort surhumain. Axel se contente alors de l’achever, enfonçant une lame de chakram dans son cœur. A ce moment précis, nous ré-échangeons nos places. Légèrement choqué, je reste planté là à regarder le mage. Puis je recule, retirant l’arme de son corps, et je le regarde s’effondrer tandis que mes armes se dématérialisent. Effectivement, le contre-coup ne se fait pas attendre et je le rejoins au sol, à moitié conscient de ce qui se passe autour de moi. Ce n’est qu’une fois dans les bras d’Ania que je me laisse emporter au pays des rêves.

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Vient demander à Guillaume de renouer avec Luna
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» RP avec une chatte ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP