Crimson Hounds
 MessageSujet: Crimson Hounds   Crimson Hounds EmptyMar 8 Jan - 18:17

Senji Kiyomasa
Senji Kiyomasa

Crime Sorciere

Click

Dans l'épisode précédent...


Yo Senji! Ça roule?

?! Qu'est-ce que tu fous-là toi?

Je passais dans le coin!

Salut mon Crow Senji.

Et tu vas me dire qu'elle aussi était dans le coin?

On peut dire ça.

Bonjour, enfin, on peut presque dire bonsoir à l'heure qu'il est. Vous avez changé vos cheveux? Il me semble que vous êtes plus grand que dans mes souvenirs. Vous allez bien? Moi je vais très bien!

Bordel... lui aussi? Vous faites quoi les gars?

Ahem.

Ah ouais, pardon... j'ai encore en souvenir que t'étais chauve...

Je vois que tout le monde a répondu à l'appel...


Mon coeur s'arrêta de battre en la voyant. Elle était là. Terrifiante femme de la boutique d'horloges... Elle avait même apporté son gros livre qui devait peser une tonne. Je n'étais pas capable de dire quoi que ce soit. Pourquoi était-elle ici? Pourquoi étaient-ils tous ici? J'avais envie de frapper, j'avais envie de faire parler cette chipie, mais j'étais incapable. Était-ce la peur qui me figeait? Je ravalais ma salive, soudainement coupé par Fred:

Alors? Tu ne dis rien?

Je...

Qu'est-ce qui t'arrive mon vieux? La dernière fois que je t'avais vu, t'avais pas ta langue dans ta poche...

Hihihi, notre cher Senji a peur.

Peur? Comment ça?

Je vais lui rendre service et parler à sa place. Le fait qu'on lui ait caché l'endroit et la date de notre rencontre l'effraie... Non, il a peur de ce que je peux dire et ce que je peux faire. Il se rend compte que tout ce que je lui ai dit s'est réalisé et maintenant, il souhaite que je ne dise rien qui soit de mauvais pour son futur.

Vous vous trompez... Vous m'avez empêché de rêver à autre chose que cette fichue rencontre. Pendant des jours j'étais anxieux à me demander quand est-ce que ça allait s'arrêter, si c'était vrai, si j'allais un jour ravoir un sommeil normal.

Mais je t'ai rendu service mon cher. Je t'ai empêché d'avoir des cauchemars sur tes crimes. Tu as réussi à avoir des nuits complètes grâce à moi. Cesse de te lamenter, veux-tu?

Alors qu'est-ce qu'on fout ici m*rde?!

Je nous ai rassemblés parce que nous avons tous les mêmes idéaux, les mêmes manières de penser pour ce qui est du Conseil. Nous voulons le faire tomber, nous voulons que les mages vivent librement sans devoir se plier aux exigences. Je propose que nous allions parler de cela ailleurs. Dans une station de train, ce n'est pas vraiment l'idéal.


C'est vrai qu'il y avait une quantité importante d'individus qui rôdait trop près de notre groupe et qui pouvait révéler à n'importe qui nos plans. La Sorcière prit les devants du groupe et nous entraînait vers le train. Le train? Pourquoi? C'était pire si nous voulions discuter de ça... Fred s'accrochait soudainement à mon bras et me sourit et moi je soupirais en regardant devant moi. Je veux bien croire que ça faisait un bail que nous nous étions vus, mais c'était pas une raison pour agir comme un pot de colle... Je la laissais faire. Nous prîmes place tous ensemble, Fred à côté de moi qui ne me lâchait pas d'une semelle. Nous arrivâmes à Crocus et descendîmes du train. La Sorcière me prit par le bras pour me stopper dans ma démarche.

Auriez-vous oublié un détail, Kiyomasa?

Quoi?

Un groupe de criminels qui seraient par hasard à votre poursuite?

Je ne m-


Elle me pointa une cinquantaine d'hommes en habit noir et un seul en habit blanc. C'était qui ceux-là? Ah... ces mafiosos dont j'avais tué une bonne partie de leur bande dans le but d'effacer mon identité... Je me souviens, ça avait été une dure journée que je n'avais pas oublié. Je pris la tête de notre groupe dans un effet protecteur. Le groupe massif poussa les innocents de leur chemin et s'arrêta devant nous. L'homme en habit blanc prit lui aussi l'initiative de se mettre devant. Fred me tira par le bras pour me faire pencher à sa hauteur et me chuchota:

Ne fait rien que tu pourrais regretter mon Crow...

Ça voulait dire quoi ça? J'haussais les épaules dans le but d'ignorer ces belles paroles. L'homme rassemblait ses mains juste devant lui et souriait à travers sa mince moustache. Il releva légèrement son chapeau et parla finalement:

Et bien... c'est donc vous le justicier dont j'ai entendu parlé... Je rêvais du jour où je vous rencontrerais enfin... Celui qui a buté une vingtaine de mes hommes à lui tout seul. Je me demande bien comment vous ayez bien pu vous en sortir vivant...

Vos hommes étaient des incapables, c'est tout. Qu'est-ce que vous voulez?

Ce que je veux? C'est pourtant évident... Je veux votre vie... et celle de vos amis aussi tiens... Vous avez pris celle de mes hommes, je prendrai la vôtre, c'est aussi simple que cela!

Tch! J'aimerais bien voir ça!


Je fis sortir mes lames de mes bagues et me mis en position juste avant de me trancher les bras. Je sentais les autres derrière moi qui se tenaient prêts à se battre aussi. J'aurais aimé qu'ils restent à l'écart puisque c'était à moi de régler ce problème, mais il semblerait qu'ils soient têtus et tenaient à ce que je m'en sorte vivant. Nos adversaires sortirent leurs armes de prédilection qui passaient de la dague au fusil à pompe. On ne pouvait pas dire qu'ils étaient-là pour des vacances. J'attendais que les premières lignes d'attaque nous foncent dessus pour sortir mon arsenal. Chose faite, je tranchais à gauche et à droite sans avoir comme but de les tuer, mais seulement de les mettre hors d'état de nuire. S'ils mourraient, ce n'était pas vraiment de ma faute puisqu'ils avaient choisi leur voie...

Des pierres volaient pour assommer leurs victimes, des cercueils se formaient autour de certains et un animal sauvage s'attaquait aux soldats mafieux. Et moi, je fauchais mes proies comme du beurre en me mettant loin de la portée de leurs armes. Mon prochain adversaire était un type avec un fusil à pompe. J'activais mon faith protection pour bloquer ses balles jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien dans son chargeur. Puis, je l'empoignai par la gorge et le lançai avec force dans un mur. Un type allait s'attaquer à Fred au niveau du dos, mais je m'interposai en lui transperçant la gorge de ma lame. Fred se retourna:


Senji!

Tiens c'est nouveau ça...

Contiens tes émotions, il faut éviter les morts.

...


Ça m'avait mis de mauvaise humeur parce que je détestais me faire mener par une femme. Je pouvais bien faire ce que je voulais de ces criminels, mais elle avait raison, je ne pouvais pas faucher la vie de tout le monde comme je le voulais. Nous nous occupâmes des derniers crétins avant d'arriver face à face avec le Chef de la bande. Il se mit à rire.

Abandonne.

Pas encore...


Il pointa ses mains devant lui et deux cercles magiques apparurent. Deux armes à feu automatique apparurent de ses manches, il était prêt à faire feu. Je me protégeais de mon faith protection puisque c'était moi qu'il visait. Il tirait longtemps sur mon bouclier... tellement longtemps qu'il céda. Je me pris une bonne dizaine de balles dans le corps avant de tomber raide sur le dos.

CROW!!

SENJI!

Oh non... c'est inconcevable... pas maintenant... pourquoi fallait-il qu'il ait la grosse tête?!

Hihi!


Fred envoya valser une pierre béante sur le chef qui tomba raide inconscient avant de se jeter sur mon corps, les larmes aux yeux. Elle voulait que je reste réveillé, elle ne voulait pas que je meurs. Bien voyons... je ne pouvais pas mourir... pas moi...

Crow! Reste réveillé! Crow! Tu m'entends!? Reste... RESTE AVEC NOUS M*RDE! Senji... me fait pas ça...

Hum... c'est bizarre...

Quoi?...

Regardez...

Je... je suis invincible.

CRÉTIN! Tu m'as fait une peur bleue!

AAARG! Pas obligée de me gifler... Ça me fait mal quand même!

Ah... désolée...

Jin, amenez-le, nous devrions quitter cet endroit avant que les autorités n'arrivent.

Suivez-moi, je connais un endroit.


Je perdis conscience. À mon réveil, j'étais dans une chambre plutôt propre et Fred était endormie sur une chaise juste à côté. J'entendais parler dans l'autre pièce. Je me levai en position assise et ça réveilla Fred. Elle me sourit, contente que je sois vivant. Elle ne voulait pas que je force trop, mais j'avais déjà une grande partie de mes blessures qui étaient en stade avancé de cicatrisation. Les autres firent leur entrée dans la pièce, prirent place en demi-cercle et la sorcière se mit à parler:

Faisons de cet endroit notre quartier général. Gardons notre identité secrète et faisons comme si nous étions des inconnus dans la rue. Nous ne devons en aucun cas démontrer que nous sommes reliés d'une relation quelconque. Faisons tomber le Conseil, libérons les mages de l'emprise, devenons libres. Il nous manque qu'une chose... un nom. Avez-vous des idées?

Potatoe smash!

Earthlings.

Emprisoned beards!

Crimson Hounds... appelons-nous... Crimson Hounds.

Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour de Vegetal Manga
» Matthew Renfield aka Crimson Commando [Fini]
» Crimson [SOLO]
» Braquage à la banque [Crimson Knight]
» Membres officiels de la Crimson Brotherhood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP :: Arc 9 :: Station de Train