Attrapez les tous !
 MessageSujet: Attrapez les tous !   Attrapez les tous ! EmptyLun 20 Aoû - 17:13

Anonymous
Invité


Click

Attrapez les tous !



Cela faisait déjà deux jours que Raphaël était arrivé à Crocus. Il passait son temps à rôder dans les rues de la grande ville, tel une âme en peine. Sa petite masse fluette se frayait aisément un chemin parmi cette ruche bourdonnante et frémissante, convulsée par les mouvements de la cohue, chaude, serrée. Il était pareil à un esprit habitant la ville : il était pourtant bien visible de tout le monde, mais personne ne le regardait. Mais qu’aurait-on dit, à le voir là ? Encore un gamin sans parents, pauvre, sale, et qui cherche désespérément quelque chose à manger, quitte à voler. Alors personne ne l’approchait, fut-il tombé raide mort sur le pavé.

Pourtant, Crocus était une ville grande, et belle, regorgeant de richesses. Mais dans l’intérêt de Raphaël, qu’y avait-il à y faire ? Pour un enfant égaré, seul, sans repères ni argent, qu’y avait-il finalement à gagner à déambuler dans ces rues infectes ? Il n’avait jusqu’ici pas croisé un seul autre être qui eût des pouvoirs. Tout, tout le monde était banal, comme à Hargeon, ici. Sauf que la nourriture était excessivement chère. Raphaël commençait à penser, avec la faim et la soif qui le tenaillaient depuis deux jours, qu’il n’aurait peut-être pas dû quitter son orphelinat, qu’il détestait tant à peine trois jours plus tôt. A quoi cela servait-il, de quitter son asile accueillant, pour crever dans la rue ?
Cependant, souvent, une vague de fierté et d’espérance le rassurait immédiatement, et il se disait que nombre de héros célèbres avaient bien dû débuter sans le sou, comme lui. Alors, il accélérait le pas, animé d’une volonté nouvelle.

Finalement, après avoir longuement cherché, il finit par déboucher sur une vaste place très animée, où fourmillaient les commerçants et les clients. Des commerçants de fruits et légumes aux attrape-nigauds, tout y était, dans une joyeuse ambiance. On entendait de l’autre bout de la place une cornemuse qui jouait un air jovial et pittoresque. Des bras et des têtes s’agitaient en tout sens, s’affairaient à échanger de la monnaie ou des fruits, serraient des mains, se courbaient, souriaient.
Raphaël s’y enfonça.

Quelque part vers le milieu de la place, un amas de personnes semblaient s’extasier autour d’une animation quelconque, poussant des « oh ! » et des « ah ! », applaudissant régulièrement. Le jeune homme s’y glissa, jusqu’au premier rang, d’où il put voir un bien étonnant spectacle.
Un homme, habillé en costume noir, et portant un haut de forme extravagant de la même couleur, ainsi qu’un nœud papillon rouge, semblait être au centre de l’attention. Il s’adressa en ces termes à la foule :
« Mesdames et Messieurs, je vous prierais maintenant de vous écarter légèrement –ce que fit la foule-, car ce que je m’apprête à vous montrer risque fort de vous impressionner, et je ne voudrais pas mettre en danger l’un de mes aimables spectateurs. »
Alors, l’étrange personnage leva les bras jusqu’à ce que ses mains fussent au dessus de sa tête, et il sembla se concentrer, fermant les yeux et serrant ses paupières. Alors, à la grande surprise de Raphaël, un cercle de feu se dressa littéralement sur les mains de l’homme. Il n’y avait pas trace de combustible, ni de supercherie : le monsieur, qui était vraisemblablement un magicien, avait les manches relevées. Il commença à manipuler le cercle, le fit tourner, et basculer d’une main à l’autre, ce qui fit pousser des exclamations et parfois même des jurons à la foule à chaque nouveau mouvement du cercle. Raphaël était certainement le seul à ne pas hurler de joie ou d’éblouissement. Mais silencieux, il restait béat à chaque mouvement du cerceau, les yeux grands ouverts pour ne rien manquer du spectacle. Quel stupeur, quelle impression, quelle adoration envahissait Raphaël à ce moment là !

Le magicien s’amusa encore quelques secondes avec le cerceau, puis, celui-ci s’évanouit. Il se décida à prendre congé de son public, après avoir auparavant chaleureusement remercié celui-ci, et fait passer son haut de forme dans lequel des gens s’empressaient d’enfoncer de gros billets, des rouleaux de pièces, et parfois même des bijoux. Après quoi il s’en alla en saluant encore son public. La foule se dispersait déjà, et Raphaël avait pris le magicien en filature, en veillant bien à ne pas le quitter des yeux. Alors, ils arrivèrent dans un bar éclairé et qui faisait l’angle, dans une des rues adjacentes à la place, mais presque vide, où un vieil homme semblait attendre le magicien avec impatience, car il lui demanda, à peine fut-il rentré dans le bar :
« -Alors, Bobby, la journée a été bonne ?
-Et comment, dit le magicien en secouant son haut de forme dans lequel on entendit les pièces tinter. Une blonde, comme d’habitude ! »
Alors, Raphaël entra dans l’établissement. Le propriétaire, qui avait sorti une bière blonde d’en dessous le comptoir, lui dit en le voyant ainsi arriver que l’on ne vendait pas d’alcool aux gamins, ici. Mais celui-ci ne sembla pas l’écouter, et avança droit vers le magicien qui s’était assis en posant son chapeau sur le comptoir. Il lui dit de sa petite voix fluette, sans le saluer :
«-Tu as des pouvoirs très impressionnants. »
Le principal concerné ne réagit pas de suite, but une gorgée de bière, et sans regarder son interlocuteur, le remercia d’un signe de la tête. Silence, que ni l’un ni l’autre des interlocuteurs ne troubla pendant cinq minutes
« -C’est un métier qui rapporte gros, à ce que je vois.
-En effet. »
Nouveau silence.
« -Tu connais une façon de gagner gros, ici ?
-Eh bien, tu peux toujours aller vendre des légumes sur le marché, comme tout le monde.
- Pourquoi ne vas-tu pas vendre des légumes sur le marché, alors, toi ? »
A entendre cette plaisanterie de mauvais goût, le magicien daigna enfin de tourner la tête et de regarder Raphaël dans les yeux d’un air hautain.
« -Qu’est ce que tu veux ?
-Gagner gros.
-Qui es-tu ?
-Un mage.
-Ah, je vois. »
Alors, s’ensuivit une conversation plus animée entre Raphaël et le magicien, que la nouvelle de converser avec un des siens sembla enthousiasmer.
« J’ai lu il y a peu dans le journal que des prisonniers s’étaient évadés d’une prison. Certains d’entre eux se situent dans le nord de Fiore, dans les environs de Shirotsume. Ceux-ci attaquent de manière récurrente les convois de marchandises et font beaucoup de victimes. Le conseil de la magie donne une récompense intéressante à quiconque en attrapera une dizaine. Mais je ne suis pas sûr qu’y aller serait une bonne idée, ils seront peut-être armés et ça sera sûrement dangereux…
-Bah, je ne suis pas mage pour rien. Et puis, j’ai vraiment besoin d’argent.
-Combien te reste t-il ? »
Ce à quoi Raphaël répondit en montrant pour toute réponse son unique pièce d’or. Puis, le magicien lui demanda comment il en était venu à arriver à Crocus avec si peu d’argent, et Raphaël finit par passer la soirée à raconter son histoire. Le magicien, pris de pitié à entendre le récit de l’enfance douloureuse du garçon, décida de l’héberger dans son appartement cette nuit, et il fut convenu qu’il partirait le lendemain matin en diligence.

Le lendemain, Raphaël partit à sept heures pour arriver à midi à Shirotsume. En partant, son baluchon sur l’épaule, le magicien lui donna une tape d’encouragement et d’affection dans le dos, et retint légèrement sa main dans laquelle il fourra un petit paquet en peau de daim, qui serait à ouvrir plus tard. Après les « au revoir », la diligence démarra à grand bruit de sabots, en résonnant dans les rues encore seulement clairsemées de quelques travailleurs du matin.
Il ouvrit le paquet dans la diligence, défaisant le lacet qui le maintenait fermé. Il y trouva un rouleau de grosses pièces dorées, une carte de Fiore et un petit papier sur lequel était écrit à la main:



"En cas de besoin, ton ami
Johnny Hamskin."



Sur le papier était également écrite l’adresse de Johnny. Raphaël, en lisant ce mot, eut une vague de gratitude qui le traversa. Il rangea vite le papier, la carte et les pièces dans leur enveloppe de daim, qu’il fourra elle-même dans son baluchon.



Il arriva finalement à Shirotsume. A cette saison, il y faisait déjà frais. En arrivant, Raphaël ne perdit pas de temps et en demandant au passage son chemin, il se dirigea vers la forêt, située au sud de la ville. Aux portes de la ville, il fut prévenu par les gardes qu’il devrait être prudent : les prisonniers en fuite étaient nombreux et bien armés, et tendaient régulièrement des embuscades aux passants, cachés dans les arbres.
Parfait, les arbres. Donc, pour trouver un nid de vipère, il faudrait nécessairement s’aventurer en périphérie des routes. Raphaël plaça néanmoins son petit couteau à cran d’arrêt, celui qui avait coûté la vie à sa mère trois ans plus tôt, car il n’oubliait pas non plus ce petit instinct primaire qu’il possédait qui faisait qu’il n’était pas le chasseur, mais la proie. Alors, une idée lui vint. Une idée absurde, et folle : se jeter dans la gueule du loup.

Raphaël s’avança sur les chemins. La forêt prenait de plus en plus d’épaisseur au fur et à mesure qu’il s’avançait. L’obscurité, sous ces broussailles, semblait avoir étouffé toute trace de vie ou de lumière. Un silence profond et inquiétant habitait cette forêt, et néanmoins, le souffle, lourd, froid, inquiétant, qui traversait les arbres provoquait des sueurs froides au jeune homme. Alors, inopinément, un voleur surgit des broussailles en hurlant des imprécations, une arbalète armée à la main, avec cinq ou six autres qui suivirent. Une nuée de flèches arriva sur Raphaël inopinément, mais il réagit assez vite en formant un voile défensif devant lui. Il leva en effet le bras, et le voile doré rassurant qu’il connaissait déjà remplit merveilleusement ses fonctions : aucune flèche ne passa, et mieux : elles se brisèrent toutes en mille morceaux. Ca commençait.



 MessageSujet: Re: Attrapez les tous !   Attrapez les tous ! EmptyJeu 30 Aoû - 0:06

Anonymous
Invité


Click




« Citation »


Mission...Il faut que je trouve une mission ! Depuis que je suis dans la guilde, j'ai rien foutu ! Faut que je me fasse bien voir ! Voyons...Il n'y a aucune mission de mon rang ! C'est une blague ? Il n'y a que des missions qui ont l'air bien dur a faire ! Il y en a une là, que je pourrais faire...Il faut que je me débarrasse d'une bande de voleur. Ça pourrait le faire, ce ne sont pas des mages. Puis, j'ai Pavo et Apus avec moi. Ça ne devrait pas poser trop de problèmes. C'est décidé, je prends celle là !
Je me mis donc en route, après mettre bien préparé. Les voleurs étaient cachés dans une forêt au sud de la ville de Shirotsume. Décidément, je passe mon temps dans cette ville. Une fois arrivé sur place, je m'enfonçais dans la forêt afin de dénicher mes proies. A vrai dire, ce n'était pas très difficile. Aussitôt dit, aussitôt fait, je vis quatre hommes ayant l'air suspect.


« On peut savoir ce que tu fais là, gamin ?!
-On peut savoir qui vous êtes ?
-C'est moi qui pose les questions !
-Je ne pense pas, non. »


Je me montrais très confiant, espérant les intimider. Ce qui ne marchait pas plus que ça. Ils étaient armés et sûrs d'eux, pensant n'avoir rien à craindre d'un gamin. Essayons cela.
« Je suis un mage envoyé par la guilde Blue Pégasus. Je suis ici pour vous arrêter et vous remettre entre les mains de la justice.
-Quoi ? Un gamin comme toi ? Laisse-moi rire ! »
Ils ne me prennent pas au sérieux ? Très bien.
« Laissez-moi vous montrez quelque chose, très chers. Ouvre toi, porte des esprits ! Viens à moi, Pavo !
-Hello !
Dans un bruit de cloche, Pavo était apparue. Je lui expliquais qu'il fallait battre ces voleurs et cela avait l'air de lui plaire beaucoup.
-Ok, les gars, jouons un peu ! »
Pavo s'était lancée sur eux avec sauvagerie. Ils avaient seulement eu le temps de dégainer leurs armes que le paon avait déjà donnés un coup de pied rotatif à un des voleurs, qui tombait à la renverse suite à la puissance du coup. La danse entraînée de Pavo lui permis de se débarrasser rapidement des assaillants. Une fois tous les adversaires hors jeu, je rappelais Pavo dans son monde et je laissais les quatre ennemies à terre.
Je me remis en route dans la forêt pour trouver d'autres cibles.



© Na-chan
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joyeux noel à tous!
» En a marre de rester seule tous les soirs
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» rien que les odeurs remplissaient tous mes voeux 30.11.10 - 16H10
» La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP