Partagez | .
Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri
 MessageSujet: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Mar 10 Juil - 18:04

avatar
Invité


Click


Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique ♪
Thalia Diamelius ft Yäwé F. Libri ♫
[ ... Précédemment ... ] Thalia vient de réaliser sa deuxième mission en tant que mage. Celle-ci consistait à retrouver un chat, cependant, maladroite comme elle est, elle tomba d’une cascade pour se retrouver dans un endroit perdu. Heureusement, elle fît la rencontre d’Abel, un jeune garçon qui en plus d’être une bonne compagnie, a permit à Thalia de retrouver ce félin et par la même occasion de réussir cette mission. La journée n’a pas été facile surtout qu’elle était fatiguée, mais elle peut maintenant compter deux missions à son actif !




«Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique ♪»
feat. Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri ♫




Tic Tac…Tic Tac. Dans cette pièce, le temps semblait être s’y long. L’aiguille sur l’horloge ne semblait pas avancer. Elle se craquait les doigts alors que sa jambe droit faisait des mouvements rapide, allant de haut en bas, signe qu’elle était présentement très anxieuse. Le fait de ne pas savoir ce qui l’attendait derrière cette porte était quelque chose qu’elle ne supportait pas. Le vide, l’incompréhension. Aucune lumière pour lui donner de l’espoir. Avait-elle faite quelque chose de mal ? Pourtant, elle avait réussi ses deux missions. Quelque chose clochait, mais quoi ? Dans cette salle d’attente, il y avait également une autre personne. Un jeu garçon qui semblait plus vieux que la douce fleure, mais également plus expérimenté dans le domaine, enfin, c’est l’impression qu’elle avait de lui. Présentement, en cet instant, une seule envie lui trottait dans la tête, celle de se cogner la tête contre le mur à plusieurs reprises. Elle lâcha finalement un soupire. Elle devait se calmer, elle devait apprendre à gérer son impatience, ce vilain défaut qui lui faisait perdre la tête. Finalement, la porte s’ouvrit, celle-ci qui séparait Thalia des hauts placés. La sueur perlait son front alors qu’elle se leva, marchant machinalement. Un pas et deux et puis trois. Une question lui trottait, voulait-elle vraiment se rendre de l’autre côté ? Peut-être qu’il était mieux de rester ici et de faire comme si elle était morte. Oui, en voilà une bonne idée. Si elle faisait assemblant d’être morte ou encore malade, ils allaient s’en vouloir et ils allaient la faire revivre et la garder dans les mages du conseil ! Bon, peut-être. Elle avait 16 ans après tout, elle n’était plus gamine et de toute façon, ce genre d’histoire ne marchait que dans les films. Finalement, elle entra dans la salle et resta debout devant ces gens. L’autre mage dont elle ne connaissait pas le prénom était toujours avec elle. Peut-être qu’ils avaient faites une erreur similaire.

« Thalia Diamelius, Yäwé F. Libri. Nous vous avons appelés afin de vous confier une mission de rang D. Nous vous avons choisi en fonction de ce que vous avez appris ces quelques jours. Certes, vous ne faites pas partie du Conseil depuis très longtemps, mais nous avons une grande confiance en vous et nous savons parfaitement que vous allez êtres apte à réussir cette requête. »

Quoi ? Quelque chose n’allait pas dans sa tête. Elle avait probablement mal comprit ce qu’il disait. C’était impossible qu’ils confient une mission qui semblait assez importante à une maladroite comme elle qui ne faisait partie du conseil depuis trois jours maintenant. Ils se trompaient de personne. Peut-être qu’ils pensaient qu’elle était quelqu’un d’autre, une mage super puissante…Qui sait. Elle se mordit la lèvre, regardant son partenaire. S’ils ne se trompaient pas, elle allait devoir réaliser cette mission en sa compagnie. Sa première quête à deux, une expérience qu’elle avait hâte de faire, mais bon, peut-être qu’il n’était pas sociable ou bien qu’il aurait préféré faire celle-ci avec quelqu’un d’autre. Ses sentiments étaient un peu mitigés. Était-elle contente d’avoir été choisi ? Bien sûr que oui ! C’était un honneur, surtout qu’elle était nouvelle dans cette organisation.

« Votre mission consiste à arrêter des malfrats qui utilisent le nom du conseil des mages pour exercer une taxe sur les habitants d’un petit village en bordure des montagnes de Jura. Avec les informations que nous avons, nous savons par source qu’Ils ne sont que 5 et qu’ils n’utilisent pas la magie, cependant, ils possèdent des armes. Par la même occasion, pour accomplir cette quête à terme, vous devez également prévenir les habitants de cette situation. Nous accordons un rang D à cette quête, cependant, seul serait trop dangereux c’est pourquoi nous avons décidés d’envoyer deux membres. Thalia Diamelius, Yäwé F. Libri…Bonne chance. »

Voilà qui semblait intéressant. Elle n’avait jamais faite une mission qui impliquait par la même occasion un combat et cette fois-ci, elle allait pouvoir montrer son art à quelqu’un. Cependant, comme elle était accompagnée, elle allait probablement jouer davantage sur la branche du Paradis pour permettre à son partenaire de briller. Elle le regarda, lui lançant par la même occasion un petit sourire. Elle attendait une réaction de sa part vis-à-vis cette situation. Qu’allait-il en penser ? Il allait peut-être être content, qui sait, après tout, il ne faut jamais juger quelqu’un tant et aussi longtemps qu’on ne connait pas cette personne. Elle se retourna vers lui, elle lui tendit sa main, toujours accompagnée de ce sourire qui dévoilait une dentions parfaite ainsi que des fossettes qui en faisait craquer plus d’un. La première étape de cette mission était de créer un lien avec lui. « Enchantée ! Je suis Thalia. C’est un plaisir pour moi de partager cette mission avec vous. » Le stresse qu’elle sentait plus tôt partait tranquillement maintenant qu’elle savait, cependant, elle avait toujours une petite crainte, mais bon, il lui fallait du temps pour qu’elle se calme. Une fois que la glace allait être brisé, ce doute qui en elle allait peut-être s’envoler.

créée par Matrona

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Mar 10 Juil - 18:56

avatar
Invité


Click




Soleil. Chaleur. Confort. L’esprit d’un chat est bien simple quand on y pense. Il ne lui faut pas grand-chose pour être heureux. Yäwé résonnait comme un chat. Avec une petite préférence pour les endroits en hauteurs, mais cela, c’était optionnel pour un chat. Toujours était-il que le F.Libri avait la paresse commune aux chats. Les chats, comme tout le monde le sait, aime être tranquille pour « dormir ». Yäwé était donc actuellement sur le toit plat du Conseil des mages, rêvant et savourant le Soleil. Il était donc très difficiles pour le pauvre messager de trouver le flûtiste, et il cela devait bien faire une heure qu’il courait dans tous les sens, consultant sans cesse sa montre et marmonnant « Nous allons être en retard. ». Heureusement pour sa carrière de messager, Yäwé descendit de son propre chef et put recevoir ainsi le message. Il était « convié » (Délicate formule qui camouflait un ordre.) à se rendre auprès de ses supérieurs. Il remercia donc le messager et le laissant lui et son stress, se rendit auprès de la salle d’audience. Le mage espérait seulement qu’il n’y recevrait pas un verdict trop sévère…

Première surprise, il n’était pas seul à attendre une sommation. Dans la pièce, une jeune fille, de toute évidence extrêmement stressé, et une horloge. L’horloge égrenait ses Tics et ses Tacs avec lenteur et la fille était muette. Formidable. Le musicien s’avança lentement et vint s’asseoir sur une des nombreuses chaises vides. Contrairement à sa voisine qui semblait énormément tourmenté par les raisons de cet appel, Yäwé lui y était indifférent. Non pas qu’il l’ignorait complètement, il était malgré tout curieux, mais ne se demandait pas pourquoi. Il y était « neutre », ne le prenant n’y en bien, n’y en mal. Finalement, le suspense prit fin lorsqu’on vint les chercher, lui et la jeune femme, pour les faires entrer dans un vaste salle, où les attendait des membres éminents du Conseil.

« Thalia Diamelius, Yäwé F. Libri. Nous vous avons appelés afin de vous confier une mission de rang D. Nous vous avons choisi en fonction de ce que vous avez appris ces quelques jours. Certes, vous ne faites pas partie du Conseil depuis très longtemps, mais nous avons une grande confiance en vous et nous savons parfaitement que vous allez être apte à réussir cette requête.normalement »

Voilà. Il avait eu raison de ne pas s’en faire. C’était simplement pour une mission qu’ils avaient été appelé et rien de plus. Intrigué, car c’était sa première mission avec un autre membre du Conseil comme partenaire, il se mit à détailler la mage sans aucune gêne. Yäwé ayant grandi seul, il ne connaissait pas la notion du mot « honte » « gène » ou encore « mal à l’aise ». Elle avait des verts très purs, pour ne pas dire magnifiques, évoquant le feuillage de forêt. Contraste intéressant avec ceux, bleu du F.Libri. De longs cheveux bruns encadraient un délicat visage fin, et enfin un sourire parfait, presque douteux, achevait de la rendre inoffensive. Mais il fallait se méfier des apparences, car elle avait été tous de même admise au sein du Conseil de la Magie de Fiore, ce qui n’était pas rien. Il ne l’avait jamais vu avant, ce qui laissait penser qu’elle était nouvelle ici. Yäwé délaissa son inspection pour ce reconcentrer sur leur mission.

« Votre mission consiste à arrêter des malfrats qui utilisent le nom du conseil des mages pour exercer une taxe sur les habitants d’un petit village en bordure des montagnes de Jura. Avec les informations que nous avons, nous savons par source qu’Ils ne sont que 5 et qu’ils n’utilisent pas la magie, cependant, ils possèdent des armes. Par la même occasion, pour accomplir cette quête à terme, vous devez également prévenir les habitants de cette situation. Nous accordons un rang D à cette quête, cependant, seul serait trop dangereux c’est pourquoi nous avons décidés d’envoyer deux membres. Thalia Diamelius, Yäwé F. Libri…Bonne chance »

Elle lui sourit, toujours ce sourire d’un naturelle douteux, et lui tendit la main que Yäwé serra.

« Enchantée ! Je suis Thalia. C’est un plaisir pour moi de partager cette mission avec voust »

Elle avait cependant l’air sincère et Yäwé lui fit confiance. Il lui retourna un sourire malicieux avant de prendre la parole à son tour.

« Je suis Yäwé. Le plaisir est partagé. Nous y allons ? Nous pourrons d’avantage faire connaissance dans le train. »

Car pour se rendre au village, seul le train pourrait les y emmener.

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Mar 10 Juil - 22:23

avatar
Invité


Click



«Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique ♪»
feat. Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri ♫


Comme une statue de glace, elle était debout devant les hauts placés du conseil magique, attend le jugement final. Elle avait l’impression de vivre une mort longue et douloureuse. Une seule envie obnubilait le subconscient de Thalia, celle de perdre la vie, là maintenant et le plus vite possible. Son cœur battait comme jamais, ses mains derrière son corps, elle essayait de cacher son anxiété vis-à-vis eux. Comme un coup porté contre un tambour, son cœur se relâcha, un léger soupire discret sortit de sa bouche pour très vite laisser place à un sourire angélique qui s’accordait parfaitement bien à son visage qui venait de reprendre des couleurs. Une mission, voilà qui expliquait la venue de dame Diamelius dans cette pièce. Rien de mois, rien de plus qu’une simple requête. Cette fois-ci, il y avait quelque chose de différent. De un, ce n’était pas la même personne qui lui annonçait qu’elle devait réaliser une tâche et aussi, un jeune homme, autre mage du Conseil était avec elle. Première mission qu’elle allait faire à deux, une expérience qui allait probablement se graver dans l’esprit de notre mage. Elle l’observait avec son regard de lynx, le scrutant de A à Z, comme si elle le passait sous un scan. Physiquement, il dégageait une bonne impression, mais il ne fallait pas sauter aux conclusions, le temps…Voilà ce qui allait déterminer de la situation qu’elle allait entretenir avec lui, pendant et après la mission. Par signe de respect et pour le mettre dans un état de confiance, elle se présenta à lui. À son tour, pour lui rendre l’appareille, il se présenta, lui disant par la même occasion qu’ils apprendront à se connaître dans le train. Encore une fois, elle allait devoir utiliser ce moyen de transport. Sinon, elle trouvait qu’il portait un magnifique prénom, c’était quelque chose d’original qu’elle n’allait pas revoir de sitôt…Yäwé.

Dehors, ce n’était pas la plus belle journée. Le soleil semblait jouer à cache avec les nuages qui étaient omniprésent. Gris, voilà la couleur qu’en voyait à l’extérieur. Elle espérait un dégagement plus tard afin d’avoir un peu de soleil dans un tunnel sombre. Elle devait apprendre à connaître la personne qui l’accompagnait et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, en le connaissait la mission allait être beaucoup plus sympathique et depuis son arrivé ici, elle n’avait faite aucune connaissance. Deuxièmement, s’ils apprenaient à se connaitre, la quête allait être plus facile étant donné qu’ils sauront leurs points forts et faibles et troisièmement, la raison la plus importante probablement…Le trajet allait être moins pénible. En tant que personne sociable, elle décida de faire le premier pas et d’entreprendre la conversation, en espérant que celle-ci soit assez longue pour qu’elle puisse avoir l’impression d’être arrivé à destination en quelques secondes !

« Vous êtes dans le conseil des mages depuis longtemps déjà ? »

Elle-même ne faisait pas partie de cette organisation depuis très longtemps. D’ailleurs, elle l’avait rejoint il y a de cela trois jours. Peut-être que cet homme en question avait beaucoup plus d’expérience dans le domaine et qu’il allait d’une certaine manière agir en tant que guide et aider Thalia dans son nouveau travail. Cette première question était là pour briser véritablement la glace, elle en avait encore beaucoup en tête, mais elle ne pouvait pas lui lancer tout d’un coup, une pause entre chaque s’imposait !

« J’aimerais si possible, en apprendre sur la magie que vous utilisez afin de savoir s’il est possible d’accorder nos arts pour venir plus facilement à terme de cette mission. Je crois que c’est un facteur essentiel qui fera probablement une différence entre une défaite et une victoire. »

Connaître son allié sur sa magie peut avoir tout un impact que d’avoir un effet surprise une fois qu’il sera temps d’utiliser la magie. En connaissant son art ils allaient peut-être pouvoir créer un plan d’action qui sera efficace, après tout, dans un combat la puissance ne détermine pas tout ! L’intelligence, la ruse, l’agilité et plusieurs autres qualités de ce genre sont des facteurs tout aussi important, voir même plus que la force. Arrivée à la gare, elle paya son billet en direction des montagnes de fer de Jura. Le village n’était pas loin de cette gare, mais une fois rendu dans la ville, le temps allait être compté et c’est pourquoi le trajet allait permettre aux deux mages d’établir un plan d’action qui sera applicable une fois sur place. La pression des hauts placés du conseil se faisant quand même ressentir, mais un défi restait un défi et elle adorait l’action, le combat. Même si présentement, elle ne le démontrait pas vraiment, bientôt, elle allait exploser comme une bombe.

créée par Matrona

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Mer 11 Juil - 9:46

avatar
Invité


Click



Yäwé réfléchissait.
Auparavant, jamais, il n’avait vu quelqu’un aussi unique que Thalia. Elle s’inquiètait terriblement pour un rien. Lors de sa première mission au sein du Conseil, il avait dû débusquer les traces d’une traitrise d’un membre de l’organisation précédemment cité. La mission avait été donc fait dans le plus grand secret et on l’avait convoqué, de la même manière qu’aujourd’hui. Eh bien, il ne s’était pas inquiété pour autant ! Il faut dire que Yäwé n’était pas d’un naturel inquiet, il agissait souvent avec flegme. Mais être inquiet peux avoir parfois ces bons côtés, car il vaut mieux être inquiet et être en vie, qu’être tranquille et être mort. C’est sur ces bonnes pensées, au combien joyeux, que le F. Libri reporta son attention sur la demoiselle aux yeux verts. Celle-ci l’avait imité et l’avait passé sous « scan », et apparemment, la conclusion avait été la même que pour le mage : Un/une allié(e) potentiel(le) et pourquoi pas un/une ami(e). Yäwé s’aperçut d’ailleurs qu’il s’agissait là l’une de ses principales faiblesses au sein du Conseil… Il n’avait pas d’ami. Le garçon ayant grandi seul, le concept était encore obscur pour lui, et s’il commençait à faire connaissance avec d’autres mages (Seiren de Fairy Tail, Lenn de Lamia Scale…), il n’était pas encore sûr de pouvoir parler d’eux avec le terme « ami ».

Tous deux sortirent donc dehors, et se dirigèrent vers la gare. Si le Soleil avait été présent plus tôt dans la journée, il semblait avoir décidé de laisser sa place aux nuages, tous gris tirant vers le noir. Yäwé espérait que cette zone de pluie éventuelle se dissiperais ou du moins, ne les suivrait pas, d’ici les montagnes de Jura, car s’il comme le Conseil semblait le penser un combat devait avoir lieu, il serait plus facile sans la pluie. Quand on n’y pensait, il était même certains qu’un combat aurait lieu : Il était en effet peu probable que les imposteurs se rendent sans résister. Surtout que Thalia et Yäwé n’était pas vraiment impressionnant : Yäwé par sa petite taille et son air enfantin, et Thalia pour ses yeux bleus et ce sourire… Qui les rendaient tous deux d’apparence vulnérable. Il n’en était rien pour le F. Libri et il y avait fort à parier que c’en était de même du côté de la Diamelius. Il ne fallait jamais sous-estimer quelqu’un et comme les personnes âgées disaient : « L’habit de fait pas le moine. » La Diamelius tira une nouvelle fois le musicien de ses pensées et engagea la conversation. Cela arrangeait Yäwé car il était relativement nul pour ce qui était de trouver un sujet avec quoi converser, mais il ne voulait pas pour autant un vide polaire entre les deux mages. On les avait envoyé tous deux en mission pour qu’il soit « en équipe » et il était sûrement important que l’un et l’autre en sache un minimum sur son partenaire.

« Non, en réalité, je suis entré dans nos rangs depuis peu. J’en conclue que c’est le même cas pour toi. Et d’ailleurs tu peux me tutoyer. »

Le fait que Thalia le vouvoie lui donnait une impression de vieillesse assez peu agréable. Pour en revenir à la question première, cela devait faire quelques semaines que Yäwé était un « Mage du Conseil » et à ce stade, je ne sais pas s’il l’on pouvait parler de réel « expérience » dans le domaine. La seule aptitude qu’il avait acquise était de connaitre Era comme sa poche, mais ça, on ne pouvait pas vraiment y trouver une réelle utilité dans un combat. La jeune fille continua, et le garçon fut entièrement d’accord avec elle. Bien que sa magie, Sonata, était difficile à classer. Elle servait de manière offensive et défensive ainsi qu’en cas de fuite, bref, elle faisait presque tout mais avait un temps d’incantation assez long. Pour qu’elle soit utilisé à son maximum, Yäwé devrait rester immobile afin de jouer pendant au moins 5 minutes. Et en 5 minutes, il se passait des choses… Ils arrivèrent à la gare, le F.Libri imita sa partenaire et paya son ticket. Tous deux s’installèrent donc dans un compartiment vide. Là, Yâwé prit enfin la parole afin de répondre à la question de la Diamelius. Il posa sa flûte sur la petite table du compartiment et parla.

« Je maitrise Sonata, une sorte de magie musical. Chaques musiques différentes à un effet différent. Je possède actuellement 5 airs à mon répertoire. »

Il se tut et invita Thalia à « présenter » sa magie.

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Mer 11 Juil - 14:55

avatar
Invité


Click



«Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique ♪»
feat. Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri ♫


S’il y avait une chose qui pouvait faire défaut à Thalia, c’était bel et bien son impatience. Dans plusieurs cas même, mais pour elle, l’attente, le fait de ne pas savoir était quelque chose d’insupportable. Cette situation était parmi les plus pénibles de son histoire de magicienne du fait qu’elle avait été convoquée par les hauts placés du conseil des mages. La surprise dans son visage valait probablement de l’or lorsqu’elle apprit qu’il s’agissait simplement d’une mission qu’elle allait devoir réaliser avec un partenaire. Dans sa tête, elle avait imaginé plusieurs scénarios possibles, mais jamais celui-ci d’une simple quête…Peut-être parce que le conseil, comparativement aux guildes n’est pas une organisation qui privilégie le coopératif, mais plutôt qui vise tout simplement à faire respecter les règles dans le royaume de Fiore. Elle savait bien qu’en décidant de faire partie du conseil, les amis, elle n’en allait pas avoir beaucoup et pour remédier à ce problème, elle allait devoir rencontrer des membres de diverses guildes étant donné qu’avec eux, elle allait avoir beaucoup plus de chances. En analysant le jeune mage, elle voyait cependant en lui une personne de confiance et peut-être même un premier ami dans ce nouveau pays. Finalement ils se présentèrent avant de finalement prendre direction vers les montagnes et pour ce faire, le train restait la seul option possible.

Dehors le soleil semblait prendre un peu de repos, sûrement trop épuisé d’avoir rayonné ces quelques jours et il devait prendre sa pause aujourd’hui. La pluie et le mauvais temps allait peut-être jouer sur eux lors d’un combat, comme un avantage ou un désavantage ? Elle n’en savait rien, elle devait voir le terrain pour être apte à juger de cette situation. Histoire de faire la conversation et par la même occasion en apprendre un peu plus sur son allié, elle lui demanda depuis combien de temps faisait-il partie du conseil des mages. Surprise à nouveau quand elle apprit qu’il n’était là que depuis quelques semaines. Elle pensait être à côté d’une personne expérimenté qui allait servir de guide, mais finalement rien de tout ça. Deux simples nouveaux qui faisaient une mission pour le conseil…

« Oui, je fais partie du conseil depuis quelques jours et…D’accord pour le tutoiement ! »

Par la suite, ils continuèrent la route vers la gare, elle paye son billet en direction des montagnes en posant également une autre question à cet homme, lui demandant tout simplement de lui expliquer sa magie. Le feu ? L’eau ? La glace ? Rien de tout ça, il maîtrisait « Sonata » Un art musical qui avait plusieurs effets en fonction de la mélodie joué. Voilà qui était intéressant, il pouvant tout comme Thalia, remplir plusieurs fonctions ce qui faisait de lui un mage polyvalent.

« Pour ma part, je maîtrise l’art des papillons. C’est une magie qui est basé sur deux branches, soit celle du Paradis et de l’Enfer. La première me permet d’être une mage soutient alors que la deuxième me permet d’être une mage offensive. »

Pour le moment, en fonction de sa faible puissance magique elle ne pouvait pas changer de branche d’un seul coup, il lui fallait 30 secondes, mais normalement ça ne posait pas de gros problèmes…Enfin, la plupart du temps. La musique…Elle-même en jouait de temps en temps, elle était quelqu’un de très artistique et elle était bien contente de partager cette mission avec quelqu’un qui exerce l’une des passions de Thalia. Un peu de musique dans un cœur sombre, une mélodie qui peut changer une personne, des paroles qui peuvent atteindre un cœur de pierre…

« J’aimerais bien entendre un peu de ton art, la musique est quelque chose que j’affectionne particulièrement et j’adore écouter de nouvelles mélodies. Si cela ne te dérange pas bien sûr.»

En gros, elle l’invitait tout simplement à jouer. Du fait qu’elle adorait et par la même occasion, le trajet allait passer plus vite et lorsqu’elle prenait le train, elle avait juste envie de claquer des doigts pour se téléporter à destination. Elle tourna sa tête, regardant par la même occasion le paysage. Le soleil ne semblait toujours pas pointer le bout de son nez, cependant elle pouvait apercevoir au loin les montagnes de Jura. Bientôt ils arriveraient, mais pour le moment, il fallait laisser place au spectacle, au son de la musique, bien sûr, seulement s’il le voulait, après tout ça pouvait être intimidant de jouer devant quelqu’un, autres que ses adversaires.

créée par Matrona

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Jeu 12 Juil - 11:21

avatar
Invité


Click



Elle répondit, toujours avec cette joie et cette quasi-candeur rafraichissante. Comme le mage l’avait supposé, elle était également novice au sein du Conseil. Celui-ci les avait donc probablement envoyé en étant certains que leur victoire serait indéniable ou alors, il se fichait simplement d’envoyer deux « soldats de base » se faire massacrer. Yäwé espérait que la première hypothèse était la bonne, car autrement cela serait plus qu’inquiétant. De toutes façons, il ne se laisserait pas tué aussi facilement que l’on pourrait le croire. Outre la magie, il était également escrimeur, et plutôt d’un bon niveau. Sa flûte, posé sur la table, brillait comme toujours de cette étrange éclat, indéfinissable. Car cette flûte n’était pas un simple instrument. Pris selon un certaines angle, elle coupait, faites en une matière inconnu sur Terre. Vous l’aurez peut-être compris, le F.Libri se battait avec sa flûte.

Yäwé regarda par la fenêtre le paysage se déplacer lentement. Le train venait de partir, vers leur prochaine destination, les montagnes de Jura. La magie de Thalia était intéressante, et sûrement très spectaculaire à voir, les papillons. En gros, elle était comme lui, très polyvalent. C’était tant mieux, car il aurait besoin de tous les atouts possibles pour être certains de remporter une victoire sur cette mission, et de capturer les malfrats qui entachaient le nom du Conseil.

« Bien sûr. »

Il porta la flûte à ses lèvres et joua. Simplement. C’était un air doux, lent mais en même tant empreint d’une certaine violence, férocité tristement réprouvé. Le morceau était long mais court à entendre. Il était l’essence même du changement et de la relativité, exprimant deux sentiments contraire à l’intérieur du même corps. C’était un morceau, le premier que Yäwé avait appris. Il peina au début à trouver les notes, mais au fil du morceau, les accords se rappelaient à lui avec facilité. Il termina finalement son morceau sur une note aigu et regarda Thalia. Légèrement gêné tous de même, ce sentiment pourtant inhabituel chez lui.


[Désolé c’est très court mais je t‘avoue mon manque d’inspiration et le fait que je suis à moitié réveillé. Si cela te dérange vraiment, je peux agrandir mais là…. xD]

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Jeu 12 Juil - 15:01

avatar
Invité


Click



«Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique ♪»
feat. Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri ♫


Assise sur la banquette du compartiment, ses yeux fixés vers le musicien, elle le regardait d’un air mélancolique. Ses iris se promenait sur le long de son corps le scrutant comme s’il était une œuvre dans un musée. Sa présence dans cette quête apportait quelque chose de nouveau, une sensation indescriptible, mais également une motivation à montrer qu’elle n’était pas qu’une bonne à rien et qu’elle était amplement capable d’accomplir cette tâche. En tant que bonne partenaire, elle se devait de poser les bonnes questions à son coéquipier pour en apprendre un peu plus sur lui, mais également pour être apte à réaliser cette mission le plus aisément possible. Ses bras se croisèrent entre eux près de son torse. Curieuse de nature elle ne pouvait s’empêcher par moment de questionner la personne et c’est ce qu’elle faisait avec ce mage, lui demandant la magie qu’il utilisait. Fascinée, obnubilé elle l’écoutait comme un enfant voulant savoir la suite d’un compte de fée. Immobile comme une statue, elle ne pouvait rien faire d’autre qu’entendre les mots qui sortaient de sa délicate bouche. La musique…Voilà un art majestueux et puissant dans tout les sens. Une simple mélodie pouvait suffire à apaiser une âme, à apporter un peu de lumière dans la pénombre de la nuit et à changer la vie d’une personne complètement. Pour elle, sa journée venait d’atteindre son paroxysme en apprenant cette nouvelle. Artiste dans l’âme, cette option aurait également été une possibilité comme magie.

À son tour, elle renvoya la balle vers son camp. Elle prit le temps de s’étirer vaguement, de lâcher un bayement discret avant d’entreprendre la description de l’art qu’elle utilisait. Les papillons, ces insectes selon elle, représentait tous les êtres-humains. À la naissance nous ne sommes que de simples chenilles pour se diriger tranquillement vers la phase cocon. C’est également dans cette période qu’on apprend à se connaître et que notre perception du monde se dévoile au grand jour. Finalement, on devient un papillon, montrant enfin qui nous sommes. C’est ainsi qu’elle percevait cette création de dieu. Détendue et enjouée, la jeune Thalia ne pouvait s’empêcher de lâcher un sourire de temps en temps et la plupart du temps pour aucune raison valide, mais faut-il vraiment une raison pour sourire ? Regardant le paysage par l’intermédiaire de cette grande fenêtre de vitre, elle observait celui-ci défiler à toute vitesse. Les montages de Jura, portant probablement ce nom à cause du puissant mage saint de Lamia Scale, c’est là où elle ainsi que son coéquipier devaient se rendre, dans un petit village non loin. Le nom du conseil des mages étaient en jeu. D’un côté il y avait elle et le musicien et de l’autre côté les malfrats. Savoir qui allait en sortir gagnant n’était pas encore chose prévisible mais elle avait confiance en ses moyens et en ceux de son partenaire.

Le temps possédait la fonction de s’écouler lentement, mais également rapidement en somme, un véritable paradoxe. Dans cette cabine il remplissait la première fonction et afin de faire une transition pour rejoindre la deuxième, elle demanda d’un ton réservé, mais qui pouvait laisser percevoir une douceur pure ainsi qu’une joie rocambolesque, elle interpella l’homme en question pour lui demander s’il pouvait jouer un petit morceau avec sa flute qui d’ailleurs, brillait comme les étoiles dans le ciel, scintillait de milles feux ! Cet instrument de musique n’était pas comme les autres…Heureusement pour elle, il accepta. Elle le trouvait très courageux étant donné qu’interpréter une composition devant quelqu’un reste quelque chose de relativement très intimidant. Il ne laissait présager aucune gêne ou quoi que ce soit. Il ne faisait que pratiquer sa passion. Elle ferma tranquillement les yeux, croisant ses doigts entre eux. Elle ressentait cette mélodie qui apportait en elle un sentiment encore inconnue jusqu’à aujourd’hui. Dans sa tête, elle avait l’impression d’avoir été téléportée dans un univers complètement différent. Un son aigu résonna en elle, mais également dans la pièce pour par la suite, laisser place au silence. Elle ouvrit les yeux, portant ses iris d’un vert majestueux sur le visage angélique du compositeur. « Magique… » Chuchota-t-elle à elle-même d’une manière discrète.

« C’était fabuleux. Tu possèdes un talent naturel pour la musique et je comprends pourquoi ton art est tourné vers ce domaine… »

Encore…Elle en voulait encore. Elle voulait sentir cette sensation enivrant, mais il fallait voir la réalité en face, le train s’approchait tranquillement des montagnes et les discussions ainsi que le spectacle avait eu pour effet de faire perdre la notion du temps, mais également celle de la mission. Ils n’avaient aucun plan d’exécution pour le moment et professionnellement parlant, s’ils voulaient y parvenir facilement et sortir sans trop de blessures, ils se devaient de préparer quelque chose, aussi moindre soit-il.

« Je ne veux pas détruire ce moment, mais je pense qu’il faudrait mettre en place un plan que l’on pourra exécuter efficacement une fois sur place. Il ne faut pas oublié qu’en plus d’arrêter les malfrats, il faut également prévenir la population de ce qui se trame. As-tu une idée ? Je pense que nous devrions prévenir les habitants avant toute chose et par la suite, à l’aide d’eux, nous pourrions plus facilement retrouver les escrocs. »

Ni trop simple, ni trop compliqué. Son idée n’était pas entièrement construite. Elle avait apportée une hypothèse en expliquait qu’il serait préférable d’avertir, mais par la suite, il fallait trouver quelque chose d’autre, comme un piège. Impatience, elle avait hâte d’entendre ce qu’il avait à dire. Membre du conseil depuis plus longtemps qu’elle, il avait probablement vécu plus d’expériences et par la même occasion, son plan risquait d’être fort intéressant.

créée par Matrona

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   Dim 29 Juil - 9:46

avatar
Invité


Click




Ffssssssssffffffffffs.
Le train avançait rapidement avec le bruit d’une bouilloire ébouillantée. Moyen de Transport permettant d’accéder à un point A vers un point B d’une façon sécurisante et tranquille, en plus de posséder une certaine vitesse, ce mastodonte de métal faisait partie intégrante de la représentation des grandes inventions de ce siècle. Son efficacité n’était plus à démontrer et l’on parlait déjà de prochaines lignes qui pourraient lier les pays entre eux. Bref, il était plébiscité par de nombreuses populations et représentait le progrès. Mais, dans ce siècle fou, il faut toujours faire attention, et pour Yäwé F.Libri chaque chose possédait un part sombre. Même les trains, car cette merveilleuse technologique qu’était-elle ?
Un monstre de métal. Affamé vorace, se nourrissant de l’énergie magique de son conducteur. Symbole de mort pour la végétation. Véritable personnification de l’espèce humaine, car en chacun de nous réside de la lumière. Et de l’obscurité.

Alors dans ce train filant comme une étoile vers une galaxie, ou bien vers sa propre mort, Yäwé réfléchissait sans véritablement prêter attention à sa partenaire. Comment des gens peuvent-ils sombrer dans les abimes du crime ? Mais Quel esprit tordu peut-il imaginer que personne ne les remarquera, en se faisant passer pour des membres du Conseil ? Véritablement, Le F.Libri sentit son envie de « vaincre » le crime se renforcer, ajoutant ainsi à un nouvel objectif dans son viseur. En plus de trouver toutes les Partitions, il gravirait les échelons du Conseil, et un jour, pourrait jouer la mélodie de la paix, car toutes haines seraient disparus. Il ne faut pas rêver. Car plus le rêve est haut.
Plus dur sera la chute.
Mais cela, Yäwé l’ignore encore. On appelle cela l’enthousiasme naïf de la jeunesse.

Toujours aussi silencieux, le flûtiste fixait les yeux de Thalia, heureux que sa démonstration lui est plu mais encore pensif quand à ce sourire… Beaucoup trop grand. Il obsédait le F.Libri, jamais il n’avait vu quelqu’un sourire autant. Cela en était presque effrayant. Il lui fit un signe de la tête pour signifier un remerciement. Il ne voulait pas parler. Parler était long et discordant, la plupart des gens jouant une mélodie banal dans leur voix. C’était aussi une chose intrigante que la Diamelius possédait ; Une voix étrange. Encore une chose que le mage n’avait jamais entendu. Il ne savait pas encore s’il pouvait la classer dans les voix mélodieuses mais elle n’était discordante. Simplement… éthéré. Elle continua et il fut d’accord avec elle.

« Je pense que tu as raison, prévenir les gens me parait être une bonne idée. Après avoir localisé les escrocs je pourrais les immobiliser relativement longtemps. Mais il me faudra… Au moins dix minutes. »

Thalia jouerait donc le rôle de distraction, si elle l’acceptait bien sûr. La musique de Yäwé était puissante mais il fallait une écoute prolongé pour en ressentir les effets. Le train s’arrêta, scellant leurs avenirs. Ils étaient arrivés.

 MessageSujet: Re: Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand le papillon entend pour la première fois le son de la véritable musique │ Thalia Diamelius & Yäwé F. Libri
» Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...
» Cherche partenaire pour une première fois ! [En cours]
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» Visite chez les indiens pour la première fois ! (Pv: Penny-Black)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP