Aller à la page : 1, 2  Suivant
Théière chantant...
 MessageSujet: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyMar 10 Juil - 8:15

Anonymous
Invité


Click

-TEA TIME MAINTENANT!

Mon sac rempli de théières divines tombe à grand bruit sur le sol poussiéreux de la montagne. L'écho de mon cri me revient, et j'éteins mon horloge magique d'un geste négligent. Voilà où sont passés les Jewels que j'ai gagné grâce à la générosité extrême des Satougashi de Crocus. Non, ne me regardez pas comme ça! Je n'ai pas sacrifié une petite somme de Jewels pour N'IMPORTE QUELLE HORLOGE de pacotille! Non! C'est un petit bijou de technologie, un concentré de modernité! C'EST UNE MINI-HORLOGE! Et en plus, elle possède une alarme qui siffle COMME UNE THEIERE! Et ce à l'heure qu'on veut! Il suffit de lui murmurer à quelle heure elle doit sonner chaque jour, et elle se charge du reste! C'est juste incroyablement impressionnant! Avec ça, il est parfaitement impossible de rater la pause du Tea Time, Sacro-sainte de 5:00.
Je fouille consciencieusement dans mon sac, étend une petite couverture de quelques mètres de larges, et fais pousser mon théier pour me procurer un peu d'arbre. Pour rejoindre Magnolia, je dois aller plein Ouest, et couper par un petit col des montagnes qui entourent Crocus. Pourquoi partir à Fiore Ouest alors que je l'ai quitté il y a à peine quelques mois? Parce que j'étais parti chercher une connaissance à Crocus, et que malgré mes recherches et ma bonne affaire en achetant à un commerçant toutes ses théières, je n'ai abouti à rien. Je dois donc me rabattre sur la solution B: proposer une mission à une guilde des plus compétentes. Enfin. D'abord, il me faut vendre mon stock de belles théières en porcelaine mal taillées mais très belles et subtiles pour un collectionneur demi-dieuesque tel que moi!
Une fois ma théière préférée, une belle rouge carmin, sortie, et remplie d'eau, je fais pousser un théier de quelques mètres de haut, feuillu. Même si les jours sont extrêmement courts quand on voyage en montagne, le soleil est encore fort, et je ne suis pas contre un peu de fraîcheur. Je m'adosse à l'arbre, et lui pique quelques feuilles, avant de les faire sécher dans mes mains. Une fois que les cellules végétales sont débarassées de leur eau, ce qui fait une bonne partie de leur poids, la bonne poignée que j'ai prise recouvre à peine toute ma paume. Je pause le tas à côté de moi, et je vais prendre le bois mort soigneusement amassé avant de quitter les environs de Crocus.
Le feu est petit et doux, mais je fais en sorte qu'il dégage le moins de fumée possibles. Ces montagnes ne sont pas réputées pour être sûre. Même si elles sont dans l'axe d'une route commerciales, et que peu de monstres s'y promènent, ça n'écarte absolument pas le danger humain.
… Tiens. En parlant de danger humain, un homme, sur la route. Un gamin. Pas plus de la vingtaine, à vue de nez. Les jeunes sont de plus en plus téméraires de nos jours. Il a l'air honnête... Comme le plus habile des voleurs. Et il marche sur la route, en me regardant, assis en dessous du théier. Je lui fais des grands signes et hausse la voix.

-Bonsoir jeune voyageur. Arrêtez vous un instant, j'ai un peu de thé revigorant à partager. Allons, vous ne devez pas abuser de vos forces, même à votre âge!

Voleur ou pas, il reste quand même une personne qui peut écouter ma belle et longue épopée dont le début remonte à celui de l'univers. Surtout que j'aimerais bien voir comment il réagira en sachant que j'ai arpenté la terre pendant des siècles pour découvrir les magies et leur mystères, le secret de leur pouvoir! Surtout les magies du THÉ! 0_0 Ah là là! J'ai de la chance d'être tombé sur une oreille qui va être obligé de m'écouter pendant au moins trois longues heures (Le temps que le soleil se couche enfin derrière la cîmes des hauteurs de pierres.).
Avec un sourire engageant, et j'ajoute des morceaux de sucre dans l'eau que j'ai mis à chauffer. Un geste d'une symbolique extrêmement forte pour moi, car boire du thé avec du sucre ne se fait qu'avec les incultes ignares qui ne peuvent supporter la saveur d'un bon Earl Grey que quand elle est mâtinée de sucre! Aaaah, les mystères des papilles humaines. Même pour un être supérieur comme moi, c'est difficile à cerner. Quoi qu'il en soit, le jeune homme, malgré l'offre qui aurait alléché plus d'un, semble hésiter.

-Écoutez donc les conseils d'un vieillard qui a besoin d'un peu de compagnie. Enfin, si vous tenez à arriver en un seul morceau, bien sûr!

Ah. Je pense avoir piqué sa curiosité! Rien de mieux pour amorcer l'histoire de ma naissance! Il faudrait que je travaille quand même un peu plus ma voix énigmatique! Je suis sûr qu'avec un peu d'efforts, un jour, j'arriverai à subjuguer de belles magiciennes, comme au temps de ma jeunesse fougueuse. Enfin, je m'égare un peu trop. Je reviens au présent, et m'explique un peu plus clairement.

-J'arpente ces montagnes depuis quelques centaines d'années seulement, donc ma connaissance en est modeste.... Mais sachez toutefois que la montée va s'accentuer, et que pour accéder au col, il va falloir au moins une heure de marche intensive. C'est pour ça que j'ai modéré mon effort jusque là. Si vous continuez, la nuit va vous surprendre en pleine montée. L'endroit idéal pour une embuscade...

Je désigne le breuvage d'un doigt ganté.

-Et en plus le thé est bientôt prêt! Ce serait du gâchis de laisser filer une boisson et une conversation gratuites!
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyMar 10 Juil - 12:28

Anonymous
Invité


Click

A Lamia Scale tout était encore habituel. Les mages parlaient entre eux et tout le monde faisait ses petites affaires. Moi je n'avais pas envie de faire une mission comme l'autre fois à Oshibana. D'ailleurs le train avait subi quelques dommages durant le trajet du retour. Mais j'étais rentré sain et sauf tout de même. Je m'approchais de la carte centrale de Lamia Scale et regardais les alentours et tout ce qui pouvait occuper cette journée. Mon doigt glissa le long de la carte. Je regardais les ville qui se trouvaient proche de la guilde mais rien ne me disais. Mais lorsque je vis la Chaîne de Montagnes, je me dis que je pourrais aller m'entraîner dans les vallées ou au coeur de la forêt montagnarde histoire de développer mon potentiel de mage.

J'emballai mes affaires dans mon sac à dos, pris ma tente pliables et mes sardines et je partis de la guilde pour quelques jours et cela me fit bien plaisir de changer d'air. Je suivis la route de la carte qui me mènera jusqu'à cette fameuse chaîne de montagnes. Je n'avais pas du tout pensé qu'il me fallait un équipement plus soutenu pour cet entraînement car la montagne est tout de même un endroit dangereux. Certains mages n'en sont pas revenus indemnes à cause des monstres qui rôdent aus alentours. C'est alors que je sentis que le terrain commençait à devenir un peu plus abrupt. Ca devenait de plus en plus en pente et je sentis que je devais fournir un effort physique. Je voulus me diriger en direction du sommet pour que je puisse m'entraîner mais c'est alors que le soleil montrait déjà des signes de fatigue et je me dis qu'il fallait que je m'arrête.

Je continuai à marcher lentement en direction du sommet lorsque quand je tournai la tête vers ma droite je vis un vieil homme qui était en train de se concocter un petit thé. Il était vêtu d'une sorte d'uniforme de majordome et avait l'air d'un très bon monsieur. Il ne se souciait pas de ce qu'il se passait et prenait son thé au beau milieu de la montagne. Intrigué je le regardai encore plus attentivement et il semblait se détendre sous un théier. Devant lui il y avait tout un service à thé. Ces théières plus belles les unes que les autres et ces tasses semblaient ressplendir. Tout cela paraissait propre et à la fois ancien. C'est alors que je vis ce brave monsieur me faire signe en m'interpelant et me cria :

"Bonsoir jeune voyageur. Arrêtez vous un instant, j'ai un peu de thé revigorant à partager. Allons, vous ne devez pas abuser de vos forces, même à votre âge!"

Je m'approchai d'un air hésitant. Je ne connaissais même pas ce vieillard et voilà qu'il me propose de prendre le thé à la montagne avec la nuit qui approche. J'étais gêné et cela me parut vraiment étrange '_' Je restai donc un peu en retrait toujours sur mes gardes sans rien dire. Il était préférable de ne rien faire pour le moment. Puis il mit des morceaux de sucre dans de l'eau qui chauffait. Ensuite il me dit :

"Écoutez donc les conseils d'un vieillard qui a besoin d'un peu de compagnie. Enfin, si vous tenez à arriver en un seul morceau, bien sûr!"


Je ne pouvais pas refuser. L'offre était la bienvenue car le soir allait tomber. Et puis j'avais besoin d'un peu de compagnie moi aussi, être seul dans la forêt c'est pas très fun. Je m'approchai donc un peu plus curieux puis le vieux monsieur prit de nouveau la parole et me dit :

"J'arpente ces montagnes depuis quelques centaines d'années seulement, donc ma connaissance en est modeste.... Mais sachez toutefois que la montée va s'accentuer, et que pour accéder au col, il va falloir au moins une heure de marche intensive. C'est pour ça que j'ai modéré mon effort jusque là. Si vous continuez, la nuit va vous surprendre en pleine montée. L'endroit idéal pour une embuscade...
Et en plus le thé est bientôt prêt! Ce serait du gâchis de laisser filer une boisson et une conversation gratuites!" me dit-il en me montrant la théière.

Je me dis que cette invitation était une chance inespérée d'avoir de la compagnie et de pouvoir me détendre un peu pour oublier le boulot de la guilde et de la magie. Le thé dans la théière était en surchauffe mais je savais que cet homme savait faire le thé. Vu sa collection de théière ça m'étonnerais beaucoup qu'il fasse une bêtise. Je m'approchai et m'assis dans l'herbe et lui dis donc :

"A ce que je vois vous aimez le thé. Je me présente, mon nom est Steve Jackson et je suis un mage de la guilde officielle de Lamia Scale. Elle se trouve à quelques kilomètres de cette chaîne de montagnes c'est pour ça que je suis venu ici. Je suis de passage pour quelques jours afin d'augmenter ma puissance magique. La nuit va tomber donc je comptais installer un campement pour la nuit. Et vous? Vous êtes qui?"
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyMar 10 Juil - 19:11

Anonymous
Invité


Click

-... Moi? Un théier qui a pris forme humaine il y a quelques siècles. Mon nom importe peu, mais si tu veux, tu peux m'appeler Tea.

Ah. C'est mon 28ième nom différent. Je sais, c'est pas une bonne habitude de ne pas chercher à avoir un nom fixe, mais contrairement au gens, je ne me laisse pas enfermer entre des barrières aussi futiles que des lettres! Comment voulez-vous définir votre essence, ce que vous êtes profondément, par une simple agglutination de sons différents? Alors que ce qu'on est change en permanence! C'est pour ça que mes noms me viennent selon l'inspiration du moment! Hé hé. Et quelle meilleure inspiration que le doux chuchotis de l'eau déjà bouillante qui répand ses arômes sucrés dans l'air du soir? J'ajoute une poignée généreuse de feuilles séchées dans le liquide brûlant.
Le chuchotis de l'eau chaude cesse un moment. Je pose un doigt sur mes lèvres, et j'inspire profondément l'odeur magique d'un bon earl grey en infusion. Pas question que les pépiements d'un gamin viennent troubler cet instant toujours magique. Le silence s'installe, paisible et furtif, tout comme la pénombre en cette soirée prématurée. Une feuille du théier tombe, balance, doucement dans le vent du soir, puis s'échoue sur ma main gantée.
Je m'adosse de façon un peu plus confortable au théier, tout en prenant soin de bien mettre mes gants en place. Je fais signe au gamin de s'asseoir. Puis, je porte la feuille à mes lèvres.


Mélodie d'enfance. Apprise auprès de mes parents. C'est la seule que je sais jouer. C'est aussi un excellent moyen de se recentrer sur l'essentiel: le calme intérieur. En se concentrant sur des notes simples, on peut éprouver une formidables sensation de paix, et d'harmonie avec la nature. À moins que ce soit juste ma proximité avec un de mes théiers qui me procure la sensation de douceur presque aussi réconfortante que dans ma chère Kunugi.
… ET SURTOUT LA MELODIE REPETE 7 FOIS PREND EXACTEMENT LE TEMPS D'UNE INFUSION PARFAITE DE MES FEUILLES DE GOD OF TEA!
Bref, je me débarrasse de ma feuille dès que le rituel est terminé, puis je prend une des multiples tasses de porcelaines et m'empresse de servir deux tasses bouillantes. J'en tends une à mon nouvel ami.

-Attention c'est très chaud, même pour un mage.

Je bois la tasse cul sec. Bah quoi? Je ne l'ai peut-être jamais raconté, mais avant de devenir un représentant vivant du thé sur terre, et de répandre la joie et les feuilles partout où je passais, j'ai failli devenir un mage du feu. Et j'ai gardé quelques habitudes de cette vieille époque. Comme de pouvoir savourer pleinement un liquide quelque soit sa température. Surtout du thé. Je retiens difficilement une grimace. La dose de sucre devrait paraître normale pour un humain lambda, mais pour moi, c'est horriblement trop. Oui, j'ai un sac rempli de sucettes au thé et ça ne me dérange pas, cependant, je ne peux pas supporter un Earl Grey de God of Tea dont la saveur est ruiné par ce condiment parasite. Il faudra vraiment que je me refasse un service. Avec plus de thé. Et sans sucre, cette fois.
Je soupire, et laisse échapper un léger nuage de vapeur. Je sors des sucettes (goût thé, citron et orange, mes parfums préférés) et les étale devant lui. Puis, avec un sourire poli, je demande à mon interlocuteur.

-Vous vous isolez dans des montagnes arides, rien que pour vous entraîner? Les guildes sont très sérieuses de nos jours! Vous devez être un des meilleurs mages de roche de Lamia Scale.

Bah, oui, réfléchissez! À moins que les choses n'aient sacrément changé depuis le temps, il n'y aucune végétation, et donc aucune installation chargée magiquement, dans les lieux. Quelques repaires de bandits, peut-être, à la limite. Mais pas de quoi se faire progresser de manière phénoménale. À part pour un magicien qui maîtrise à la perfection la roche. J'ai un petit sourire. C'est une mauvaise nouvelle si j'ai à l'affronter. C'est très difficile de faire pousser un arbre quand le sol est dur.

-Bon, on a encore un peu de temps avant de dormir. Dans la partie de Fiore d'où je viens, on aime se raconter une ou deux histoires avant le lever de la lune. C'est ça que j'exige comme paiement pour mon thé de première qualité.
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyMer 11 Juil - 10:21

Anonymous
Invité


Click

J'en dis un petit peu sur moi puis lui demandai quel était son nom. Mais il ne me révèla rien de sa vraie identité et s'est contenté de me répondre :

"... Moi? Un théier qui a pris forme humaine il y a quelques siècles. Mon nom importe peu, mais si tu veux, tu peux m'appeler Tea."

Ensuite je le regardai avec attention. Il n'avait rien d'un théier mais qu'importe, je voulais seulement goûter à ce bon thé. Je fis un petit sourire en regardant la théière. Elle ressemblait à la théière de Tante Béa. Elle en buvait souvent car nous vivions dans la forêt et elle aimait prendre l'air avec une tasse de thé. Je vis une feuille de thé se décrocher de l'arbuste qui vient sur la main de Mister Tea. Puis il la prit et la plaça contre ses lèvres puis il souffla. Un son mélodieux y sortit, un son très doux, reposant, paisible. Cette mélodie me transporta ailleurs et j'en oubliais que j'étais à la montagne. Il la joua sept fois puis il s'arrêta et jeta la feuille par terre. J'observai ce qu'il faisait car cela m'intriguai énormément. Mister Tea prit deux tasses et y versa du thé bien chaud et parfumé puis il m'en tendit une fumante. Je pris la tasse et l'homme me dit :

"Attention c'est très chaud, même pour un mage."

"Merci! lui répondis-je."

Je sentis avec mon nez tout d'abord. Il se dégageait une délicieuse odeur de thé. Je crois que c'était du Earl Grey puis je trempai mes lèvres et... JE ME BRULAI LA LANGUE!!! *o* Ma langue était anésthésiée à cause de l'eau brûlante. Lorsque je vis qu'il bu cul sec sa tasse j'étais très très étonné >o> Je laissais donc le thé refroidir un petit peu car il était vraiment trop chaud. Puis il me dit :

"Vous vous isolez dans des montagnes arides, rien que pour vous entraîner? Les guildes sont très sérieuses de nos jours! Vous devez être un des meilleurs mages de roche de Lamia Scale."

-Ah c'est vrai que la guilde est un moyen d'entraînement mais je préfère revenir aux sources et avoir un bon entraînement mental et physique dans la montagne. Ca apporte beaucoup pour un garçon comme moi qui a vécu dans le luxe. C'est pourquoi j'ai quitté ma maison et venir découvrir des choses dont je n'aurais jamais pu voir à cause de mon père. Ces arbres et cette verdure c'est quelque chose qui me fait plaisir à voir. Vous savez à la guilde je suis loin d'être plus puissant que si je venais ici. Ca me permet de m'évader un peu. Concernant mon niveau de mage je ne suis pas le meilleur loin de là. Vous connaissez peut être Leon Bastia le célèbre mage de glace ou encore Jera le mage saint. Il y a tellement de gens puissants que je me sens comme une petite poussière mais je veux montrer ce que je vaux. Même si ma magie est basée sur les couleurs j'essaie d'élargir ma palette de couleur en essayant de travailler la couleur marron et verte. On trouve beaucoup ces couleurs par ici."

Après mon long monologue je me dis que j'avais peut être une chance d'essayer de m'entraîner avec un sage homme comme lui. Il devait connaître un tas de choses concernant la magie. Je n'osai pas lui demander tout de suite car ça montrerait que j'ai du culot. Il me dit :

"Bon, on a encore un peu de temps avant de dormir. Dans la partie de Fiore d'où je viens, on aime se raconter une ou deux histoires avant le lever de la lune. C'est ça que j'exige comme paiement pour mon thé de première qualité."

Une histoire? Pourquoi pas! Mais il fallait que je réfléchisse quelle histoire je pourrais lui raconter. Ma fugue de chez moi? Non non... Le Village de Tully? Non plus... Ma rencontre avec Erleigh! Ca c'était bien! Je commençai donc à conter mon histoire :

"Je suis allé à Crocus il y a quelques semaines de là et c'était un jour où il faisait particulièrement chaud. J'étais bien équipé et j'étais prêt à affronter le soleil et la chaleur. C'est alors que j'arrivais à Crocus et ma gourde était vide. Je remplissais ma bouteille d'eau à une fontaine sauf que quand je me retournais je renversais toute l'eau sur un homme aux cheveux violets qui s'appelait Erleigh Deathsong. Il était très sympathique et nous avons mangé ensemble dans un restaurant. Puis à la fin du repas il y avait de l'agitation sur la place centrale de Crocus. Nous vîmes des brigands lancer des pétards ou des explosifs un truc du genre. Nous avons donc intervenu car ils mettaient le bazar de partout. Avec Erleigh nous avons uni nos forces pour les mettre tous à terre. Il y en avait deux qui était particulièrement coriaces. C'était des mages et ils semblaient être les chefs de leur groupe. La glace et le feu et utilisaient leur magie pour mettre leur plan à exécution. Heureusement que nous sommes intervenu sinon ils auraient mis le feu de partout. J'étais particulièrement satisfait de mon action. Et qu'avez-vous à me raconter Tea?"
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyJeu 12 Juil - 11:16

Anonymous
Invité


Click

Un mage des couleurs? La magie peut décidément prendre des formes bien différentes. J'ai beau exister depuis la création de l'univers, et donc de la forêt de Kunnugi, je n'ai jamais vu ou entendu parler d'un mage qui manipule la couleur de son environnement.... ça doit être extrêmement utile pour se rendre invisible et espionner des femmes dans les bains publics. Aaah. Si seulement j'avais 20 ans de moins, je n'aurais pas quitté de sitôt un bon compère! Je le regarde attentivement. Blond, les traits doux, fins. Les mains puissantes, mais soignées. Ouais, effectivement, il ne ment pas, il a reçu une éducation de haute qualité. Il respire une fraîcheur légèrement candide sur les bords, malgré le regard un peu froid qu'il m'a jeté au premier abord.
À moins qu'il ne se dissimule très bien, ses propos semblent tout à fait complémentaire à son apparence. Je délaisse mes dernières réserves: il a l'air tout à fait disposé avec moi, pas question d'être trop méfiant. Surtout que j'ai un God of Tea derrière moi à disposition s'il est un peu trop... remuant? J'écoute donc son histoire avec attention, en nettoyant soigneusement les tasses et les théières (ma marchandise a beau ne pas être de première qualité, je ne serais pas un demi-dieu du thé digne de ce nom si mes produits sont sales.) avec une poignée de feuilles sèches. Quand il a fini la narration (plutôt rapide), d'une de ses aventures de mages face à quelques petits voyous à Crocus, j'ai à peine fini le récurage d'une moitié de ma vaisselle. Bon. C'est clairement pas un orateur né. Il va voir ce qu'il va voir.

-Bon. Je vais te raconter une légende, qu'un théier ma transmis en me la murmurant. Ce théier m'est apparu dans une forêt, loin à l'est, dans le vallon le plus profond de la colline la plus reculée du bosquet le plus touffu de la légendaire forêt de Kunnugi. Il faisait au moins trois cent mètres de diamètres, et un bon kilomètres de haut. Même le plus grand des séquoia faisait figure d'arbrisseau fragile à côté de ce théier. Je l'ai rencontré un jour où je me suis perdu dans une forêt, ce qui ne m'est plus jamais arrivé depuis, et je ne l'ai plus jamais revu après.

Je lance un regard vibrant à mon interlocuteur. Ça y est, il est hypnotisé. Je l'ai presque transporté. Je finis avec componction d'astiquer une belle théière en étain, puis je la pose, silencieusement sur la natte. Je nous ressers tous les deux, lentement, et je savoure à nouveau une gorgée d'un thé plus froid, mais toujours aussi sucré. L'impatience est visible dans ses yeux, mais je la modère d'un hochement de tête, les points communs entre les histoires et le thé sont nombreux: tous les deux se savourent pleinement.

-J'étais perdu, seul et la nuit tombait. J'ai donc essayé de grimpé à cet arbre géant pour me repérer. C'était vraiment pas évident car même si les vieux arbres sont noueux, ça restait quand même un morceau d'une belle taille. Au bout d'une demi-heure de grimpette, je me suis niché au creux d'une fourche confortable. Il faisait noir comme si on avait recouvert ma bonne vieille forêt de la peinture la plus sombre. Je n'arrivai pas à voir plus loin que le bout de ma main, malgré la lanterne magique que j'avais toujours avec moi lors de mes explorations. Ferme les yeux gamins, et imagine... tu es confortablement assis. Et là, la forêt est... silencieuse. Je sais pas si tu te rends compte à quel point c'est inquiétant. Une forêt, ça crie, ça hurle, ça craque ça gémit, ça bruisse de mille petits riens dont on ne fait pas attention d'habitude. Mais dès que cette toute petite vie discrète s'arrête, on est écrasé par son silence. On se sent seul.

Je me lève. Le feu va bientôt mourir, et le soleil est définitivement couché maintenant derrière les montagnes sombres. Ma réserve de bois mort risque d'y passer, si je continue de m'étaler en détails. Mais j'y peux rien, j'adore ça. Le feu se ravive, faisant danser les ombres des théières de façon mystique.

-Si j'avais peur? Oh non. Depuis que je suis petit, je parle aux arbres. Et là, les arbres ne me disaient rien de menaçant. Et puis, je n'ai jamais eu peur de ma vie dans une forêt. Et ça n'arrivera pas de sitôt. Je me suis donc tranquillement endormi dans la position du koala, en espérant pouvoir atteindre les cimes de ce gigantesque théier le lendemain et pouvoir enfin me repérer dans la grande forêt... Et j'ai fait un rêve. Cela t'es déjà arrivé de vivre un rêve où tu as l'impression certaine d'être ancré dans la réalité gamin? Un rêve qui t'échappe, et que tu ne peux pas diriger malgré tous tes efforts? Un rêve à la fois terrifiant et fascinant?

[HRP: Désolé pour le temps que ça prend pour une simple histoire, mais Magnus est un roi de la rhétorique, donc ça risque de durer encore un peu... surtout que j'invente le truc au fur et à mesure! XD. Bref, j'espère que je ne t'ennuie pas trop. Wink]
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyVen 13 Juil - 9:04

Anonymous
Invité


Click

C'est sûr que pour raconter des histoires je n'étais pas le meilleur mais j'ai tout de même réussit à la terminer sans que l'autre personne s'endorme. Pendant que je racontais mon histoire à Crocus, Mr. Tea nettoyait sa belle vaisselle de thé. Puis il posa une tasse par terre et prit une autre tasse assez sale puis prit la parole en disant :

"Bon. Je vais te raconter une légende, qu'un théier ma transmis en me la murmurant. Ce théier m'est apparu dans une forêt, loin à l'est, dans le vallon le plus profond de la colline la plus reculée du bosquet le plus touffu de la légendaire forêt de Kunnugi. Il faisait au moins trois cent mètres de diamètres, et un bon kilomètres de haut. Même le plus grand des séquoia faisait figure d'arbrisseau fragile à côté de ce théier. Je l'ai rencontré un jour où je me suis perdu dans une forêt, ce qui ne m'est plus jamais arrivé depuis, et je ne l'ai plus jamais revu après."

Mr. Tea racontait 1000 fois mieux que moi. Cela dit je n'avais pas terminé tout le programme de Français lorsque j'ai quitté la maison et Tante Béa avait du mal à me faire apprendre mes leçons. J'étais fasciné par son histoire de théier plus grand qu'un séquoia. Et puis la façon dont il parlait on aurait dit Grand-père. Ensuite, il termina de nettoyer son service à thé puis il nous resservit du thé. Personnellement je le trouvais plutôt bon son thé. Mais la première gorgées était brûlante ce qui m'enlevait toutes les saveurs dans la bouche. Mais par politesse j'en bus quelques petites gorgées puis laissai un fond de thé dans la tasse. Puis il continua son récit.

J'étais perdu, seul et la nuit tombait. J'ai donc essayé de grimpé à cet arbre géant pour me repérer. C'était vraiment pas évident car même si les vieux arbres sont noueux, ça restait quand même un morceau d'une belle taille. Au bout d'une demi-heure de grimpette, je me suis niché au creux d'une fourche confortable. Il faisait noir comme si on avait recouvert ma bonne vieille forêt de la peinture la plus sombre. Je n'arrivai pas à voir plus loin que le bout de ma main, malgré la lanterne magique que j'avais toujours avec moi lors de mes explorations. Ferme les yeux gamins, et imagine... tu es confortablement assis. Et là, la forêt est... silencieuse. Je sais pas si tu te rends compte à quel point c'est inquiétant. Une forêt, ça crie, ça hurle, ça craque ça gémit, ça bruisse de mille petits riens dont on ne fait pas attention d'habitude. Mais dès que cette toute petite vie discrète s'arrête, on est écrasé par son silence. On se sent seul.

On voyait qu'il voulait vraiment partager ce récit avec moi. Je ne viens pas souvent à la montagne mais c'est vrai que dans la journée on a l'impression que tout vit quand on marche mais dès qu'on dit plus rien c'est le néant. Le feu allait bientôt s'éteindre mais bien heureusement il se ravit. La lune avait pris le relais et brillait dans la nuit noire. Il poursuivit son histoire en disant :

Si j'avais peur? Oh non. Depuis que je suis petit, je parle aux arbres. Et là, les arbres ne me disaient rien de menaçant. Et puis, je n'ai jamais eu peur de ma vie dans une forêt. Et ça n'arrivera pas de sitôt. Je me suis donc tranquillement endormi dans la position du koala, en espérant pouvoir atteindre les cimes de ce gigantesque théier le lendemain et pouvoir enfin me repérer dans la grande forêt... Et j'ai fait un rêve. Cela t'es déjà arrivé de vivre un rêve où tu as l'impression certaine d'être ancré dans la réalité gamin? Un rêve qui t'échappe, et que tu ne peux pas diriger malgré tous tes efforts? Un rêve à la fois terrifiant et fascinant?

Il est vrai que parfois je fais des rêves très réalistes. On dirait qu'on y esst vraiment. Je ne savais pas trop où il allait en venir. J'écoutais donc sagement en ne disant rien.

[HRP: T'inquiète pas j'écouterais bien sagement les dires de M. Magnus. Et puis ça fait de la compagnie jusqu'à 2h du matin x)]
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyMer 18 Juil - 22:12

Anonymous
Invité


Click

… Pas très réactif, comme auditoire. Bah! Tant pis. Dans ce cas, il allait falloir ruser pour le faire parler! Raconter un conte, c'est marrant, mais beaucoup plus quand j'ai un public interactif. Je continue donc, avec une ardeur redoublée. (J'en viendrais à bout de ce légume, parole de théier!)

-Eh bien dans ce rêve, je me retrouvais projeté dans une belle clairière, au milieu d'une forêt clairsemée. Autour de moi, il faisait jour, et je pouvais sentir les rayons du soleil, encore plus caressants et chaleureux que ce bon feu. J'étais jeune, et avec des muscles bien plus développés que mon corps maigre et sec d'explorateur de jungle. J'étais également habillé en habit de chevalier, d'ailleurs assez rustique, apparemment en plein entraînement. Il s'obstinait à vouloir couper toutes les feuilles qui tombaient d'un jeune arbre. En plein vol. Et réussissait une fois sur deux. Bref, un exercice physique pas très intéressant pour quelqu'un tel que moi...
Enfin bon toujours est-il que nous coupions plus ou moins laborieusement ces feuilles... quand tout d'un coup. Un bruit terrible.


Une branche se fend avec un « CRAC. » sonore dans le feu. J'ai un sourire ravi: excellent timing. Je pointe le feu que j'ai alimenté tout au long de mon récit, et je rajoute avec une voix d'outre tombe.

-Voilà, exactement comme ça. Mais en dix fois plus sonore. Puis j'ai été frappé par une onde de choc telle que j'étais projeté à terre. Quand je me suis relevé, j'ai vu de mes propres yeux, pas un, mais deux dragons. Crois moi, la vision de telles créatures... ça change une vie.

Les yeux brillants, je m'empare d'une petite brindille, et essaye de dessiner sur le sol dur mais poussiéreux. J'écris comme un pied, mais je peux me vanter d'un certain talent artistique, comme tout demi-dieu (ou pas). Je laisse ma main être guidée par mes souvenirs.

-Le premier ressemblait un peu à une salamandre, d'au moins six mètres de long pour trois de haut, était le plus grand. Il avait des écailles rouges comme le plus ardent des brasiers, chacune teinte d'une nuance subtilement différente, et qui variait à chacun de ses déplacements selon l'angle de la lumière. Mais aucun ne rivalisait avec le feu de ses yeux, subtils et qui exprimait des émotions que seule une créature intelligente peut avoir. Il n'était pas rempli de sagesse, contrairement à ce que dise les vieilles histoires. Mais l'animal, non, le dragon, avec son apparence de feu follet vivant, possédait une beauté sauvage incomparable. Et une dangerosité hors du commun. J'ai affronté beaucoup de dangers dans ma vie. Mais crois-moi, il avait une aura écrasante de puissance.
Pas autant que le deuxième. Il était plus petit, mais ça n'enlevait en rien à sa prestance. Il était d'une couleur dont j'ai du mal à me souvenir... Fichu trou de mémoire! Enfin bon, ça n'empêche pas que je n'oublierais jamais non plus son regard. Mobile, et qui semble saisir l'essence même des choses du premier coup d'oeil. Recouvert d'une sorte de duvet cotonneux, qui me rappelait un peu un nuage, elle n'avait l'air ni douce, ni accommodante.
Au contraire, il s'agissait de deux présences, captivées l'une par l'autre, et qui ne faisaient nullement attention à leur entourage. Ils ne m'avaient pas remarqués, ou alors, ils ne faisaient absolument pas attention à moi. Ils se sont envolés presque quasiment au moment où je les ai repérés, avec des rugissements à te glacer les sangs. Toute la nature vibrait autour de moi, comme si même les brins d'herbes observaient ce combat de titans, malgré le fait qu'ils s'entrechoquaient loin, haut dans les cieux. C'était une danse. Une danse mortelle pour les dragons, et pour leur entourage.


Je lève mon crayon improvisé du sol. Le résultat n'est pas très satisfaisant. On distingue les ailes, les formes de leur visage reptiles, mais infinis détails ne sont en rien retranscrits. Bah, tant pis, après tout, c'est un conte...

-Nous étions subjugués, moi et la personne qui partageait mon corps, par le spectacle. Le premier donnait un coup de patte au deuxième qui répliquait aussitôt avec sa queue. Ils faisaient plusieurs looping, en se serrant l'un ou l'autre dans leur griffes, puis se séparaient brusquement dans une explosion magique tonitruante et multicolore, avant de s'entrechoquer aussitôt après. Je crois que je n'ai jamais vu d'illustration plus juste d'un combat, avant la vue de ces bêtes...Et j'aurais pu rester les contempler des heures..
Jusqu'à ce que le premier dragon, le dragon rouge, crache une colonne de flamme dans les cieux. Quand je parle de colonne, je n'exagère pas mon garçon. Ce théier est tout à fait modeste par rapport au jet que j'ai vu. D'autant que le dragon pourpre l'a craché du ciel, donc il était encore rapetissé. L'autre dragon a esquivé avant de contre attaquer. Mais le jet d'enfer avait touché le sol. Avant d'avoir réalisé quoique ce soit, la clairière autour de moi était devenue un enfer.


Je frissonne.

-Il n'y a rien de pire pour moi, comme ravage, qu'un feu incontrôlé. La vie est impitoyablement détruite. Et c'est encore pire pour les flammes magique. Tu t'es sans doute déjà brûlé, gamin. Imagine maintenant que ta brûlure ait été incurables, et que le douleur ne te laisse jamais tranquille...Pour faire une comparaison simple: Même aujourd'hui, je crois qu'on connaît encore les histoires de chevaliers partis terrasser des « méchants » dragons pour sauver des princesses, non?
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyJeu 19 Juil - 10:28

Anonymous
Invité


Click

Le brave homme continuait son histoire. Le feu crépitait, la lune continuait elle aussi à briller. J'écoutais toujours attentivement son histoire, le vieil homme se remémorait d'un superbe rêve qui avait l'air plus vrai que nature. Il poursuivit, tout en jetant des bouts de bois secs dans le feu, en disant:

"Eh bien dans ce rêve, je me retrouvais projeté dans une belle clairière, au milieu d'une forêt clairsemée. Autour de moi, il faisait jour, et je pouvais sentir les rayons du soleil, encore plus caressants et chaleureux que ce bon feu. J'étais jeune, et avec des muscles bien plus développés que mon corps maigre et sec d'explorateur de jungle. J'étais également habillé en habit de chevalier, d'ailleurs assez rustique, apparemment en plein entraînement. Il s'obstinait à vouloir couper toutes les feuilles qui tombaient d'un jeune arbre. En plein vol. Et réussissait une fois sur deux. Bref, un exercice physique pas très intéressant pour quelqu'un tel que moi...
Enfin bon toujours est-il que nous coupions plus ou moins laborieusement ces feuilles... quand tout d'un coup. Un bruit terrible."


Soudain, le bruit d'un vieux bout de bois craqua. Le son était coordoné avec le récit de Mr.Tea, et vraiment bien tombé au bon moment. Ce bruit venait du feu, le bout de bois continuait à crépiter dans le brasier. De plus j'avais du mal à imaginer comment était ce brave Monsieur habillé en chevalier.

"Voilà, exactement comme ça. Mais en dix fois plus sonore. Puis j'ai été frappé par une onde de choc telle que j'étais projeté à terre. Quand je me suis relevé, j'ai vu de mes propres yeux, pas un, mais deux dragons. Crois moi, la vision de telles créatures... ça change une vie."

Des dragons! Ca ce n'est pas commun. Les dragons sont des créatures mystérieuses dont beaucoup de questions tournent à leur sujet. Mr. Tea prit une branche et commença à dessiner les contours du monstre dont il a rêvé tout en continuant à conter son histoire. Le bâton formait les formes et les traits épais donnaient plus de présence à son dessin.

"Le premier ressemblait un peu à une salamandre, d'au moins six mètres de long pour trois de haut, était le plus grand. Il avait des écailles rouges comme le plus ardent des brasiers, chacune teinte d'une nuance subtilement différente, et qui variait à chacun de ses déplacements selon l'angle de la lumière. Mais aucun ne rivalisait avec le feu de ses yeux, subtils et qui exprimait des émotions que seule une créature intelligente peut avoir. Il n'était pas rempli de sagesse, contrairement à ce que dise les vieilles histoires. Mais l'animal, non, le dragon, avec son apparence de feu follet vivant, possédait une beauté sauvage incomparable. Et une dangerosité hors du commun. J'ai affronté beaucoup de dangers dans ma vie. Mais crois-moi, il avait une aura écrasante de puissance.
Pas autant que le deuxième. Il était plus petit, mais ça n'enlevait en rien à sa prestance. Il était d'une couleur dont j'ai du mal à me souvenir... Fichu trou de mémoire! Enfin bon, ça n'empêche pas que je n'oublierais jamais non plus son regard. Mobile, et qui semble saisir l'essence même des choses du premier coup d'oeil. Recouvert d'une sorte de duvet cotonneux, qui me rappelait un peu un nuage, elle n'avait l'air ni douce, ni accommodante.
Au contraire, il s'agissait de deux présences, captivées l'une par l'autre, et qui ne faisaient nullement attention à leur entourage. Ils ne m'avaient pas remarqués, ou alors, ils ne faisaient absolument pas attention à moi. Ils se sont envolés presque quasiment au moment où je les ai repérés, avec des rugissements à te glacer les sangs. Toute la nature vibrait autour de moi, comme si même les brins d'herbes observaient ce combat de titans, malgré le fait qu'ils s'entrechoquaient loin, haut dans les cieux. C'était une danse. Une danse mortelle pour les dragons, et pour leur entourage"


Deux dragons... Ce n'est pas rien. J'avais déjà entendu parler de cette magie mystérieuse et de ces créatures spéciales, les dragons. La magie du Chasseur de Dragons si je me souviens bien. J'étais auparavant plus jeune et j'adorais aller à la bibliothèque de magie même si je pouvais à tout moment me faire repérer par les gardes de la résidence de Papa. Je feuilletais les livres de magie quand je suis tombé sur un article d'un livre qui parlait de cette fameuse magie. Avant on ne savait pas grand chose sur cette magie mais je pense que actuellement il devrait y avoir des articles beaucoup plus détaillés. Alors ce Monsieur aurait rencontrer des dragons dans son sommeil... Original

Il leva son bâton lorsqu'il eut terminé le second dragon. Leur apparence était plutôt bien faite. Mais je lus sur son visage qu'il voulait rajouter encore plus de choses, plus de détails, plus de profondeur, plus de réalité à son dessin. Puis il posa par terre sa branche de bois et continua son récit de son rêve

"Nous étions subjugués, moi et la personne qui partageait mon corps, par le spectacle. Le premier donnait un coup de patte au deuxième qui répliquait aussitôt avec sa queue. Ils faisaient plusieurs looping, en se serrant l'un ou l'autre dans leur griffes, puis se séparaient brusquement dans une explosion magique tonitruante et multicolore, avant de s'entrechoquer aussitôt après. Je crois que je n'ai jamais vu d'illustration plus juste d'un combat, avant la vue de ces bêtes...Et j'aurais pu rester les contempler des heures..
Jusqu'à ce que le premier dragon, le dragon rouge, crache une colonne de flamme dans les cieux. Quand je parle de colonne, je n'exagère pas mon garçon. Ce théier est tout à fait modeste par rapport au jet que j'ai vu. D'autant que le dragon pourpre l'a craché du ciel, donc il était encore rapetissé. L'autre dragon a esquivé avant de contre attaquer. Mais le jet d'enfer avait touché le sol. Avant d'avoir réalisé quoique ce soit, la clairière autour de moi était devenue un enfer."


Il parlait de cette colonne de flammes comme si elle était divine. Cette colonne devait être vraiment impressionante d'après ses dires. Elle devait vraiment être imposante et majestueuse. Puis il poursuivit

"Il n'y a rien de pire pour moi, comme ravage, qu'un feu incontrôlé. La vie est impitoyablement détruite. Et c'est encore pire pour les flammes magique. Tu t'es sans doute déjà brûlé, gamin. Imagine maintenant que ta brûlure ait été incurables, et que le douleur ne te laisse jamais tranquille...Pour faire une comparaison simple: Même aujourd'hui, je crois qu'on connaît encore les histoires de chevaliers partis terrasser des « méchants » dragons pour sauver des princesses, non?"

Je décidai donc de parler un petit peu car sinon il allait penser que j'étais un pauvre garçon insociable. Je dis :

"Il est vrai que dans les contes pour enfants les chevaliers triomphent en tuant le dragon pour libérer la princesse qui est dans la tour. Mais je pense qu'il faudrait étudier mieux leur cas même si cela est très dangereux car leur pouvoir est immense. Il y a aussi cette légende du sang de dragon qui rend invincible, toutes ces légendes restent à vérifier car on ne sait en fait d'eux que très peu de choses. Seuls les fameux Chasseurs de Dragons sont aptes à nous dire ce qu'ils ont vu avec des dragons"
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptyJeu 19 Juil - 17:04

Anonymous
Invité


Click

-Exactement! Tu es pas mal renseigné, pour quelqu'un qui se prétend être une petite poussière. Continue comme ça petit, tu deviendras sûrement très puissant dans quelques années...

Je me penche, et me tourne vers le tas de bois mort à la lisière du feu. Tas qui s'est réduit comme peau de chagrin au fur et à mesure que j'alimentais le brasier, plongé dans mon histoire. Plus que quelques branchages. Il va falloir trouver un coin calme pour faire pousser un arbre, demain. En attendant, je tends le bras, saisit une branche desséchée, et la plonge dans le brasier. Dès qu'elle s'enflamme je la retire du feu.

-Vois-tu, il n'y a jamais de légende sans fond de vérité. Et je vais te dire ma pensée: ces légendes sont sans doute vraie. Mais on omet simplement que les chevaliers était une douzaine, et lourdement armés pour s'attaquer à un seul dragon, et que la plupart du temps, si le dragon n'y survivait pas, les hommes non plus. Les rares rescapés de la fureur d'un dragon sont devenus des héros, glorifiés avec le temps et déformés à travers des comptines populaires. Quoiqu'il en soit, en ressentant le souffle brûlant passer à côté de moi, et faire chauffer l'air comme si c'était brusquement devenu de la lave en fusion, je comprends beaucoup mieux pourquoi ils s'y mettaient par dizaines pour en terrasser un seul.
Pour en revenir à mon histoire j'étais donc là, au milieu de cette clairière en flamme, encerclé par un ouragan de feu magique, qui avançait avec une vitesse et une vivacité effrayante, comme s'il était vivant. Je sentais la panique monter, au fur et à mesure que l'incendie avançait, implacable. Je me suis réfugié vers l'arbre, jeune, et plein de feuilles, qui ne manquerait sans doute pas de s'embraser dès que la magie ardente l'aurait atteint, mais quand on panique, on a souvent des réflexes idiots. Aïe!


La branche s'est consumée presque jusqu'au bout, et plongé comme je l'étais, j'ai oublié de faire attention au feu. Je lâche précipitamment le bâton dans le brasier et me frotte la main. Oh, ça cicatrisera vite, j'ai la peau bien plus résistante qu'une bonne vieille écorce. J'ai un sourire rassurant: la brûlure est superficielle, et guérira toute seule. Je me plonge dans les souvenirs, réveillés et rafraichis par cette douleur.

-Bref, mais on ne pouvait pas m'en vouloir, je ne me contrôlait littéralement pas moi-même. Je me suis réfugié sur l'arbre, sans aucun espoir de survie, en voyant les flammes progresser de tous les côtés. Bientôt, une flammèche a atteint l'arbre, puis mon bras. La douleur était... indescriptible. Je ne vais pas m'étendre dessus. Et je te souhaite d'ailleurs de ne jamais en connaître une pareille.
Nous avons hurlé. Longtemps. Pas seulement moi et le compère qui m'hébergeait dans son corps. J'ai brusquement senti la conscience de tous les brins d'herbe, et de tous les arbres que le feu détruisait lentement, particule après particule. Et tandis que nous hurlions tous ensemble, nous les avons vu, faucher les cieux, et descendre planer au-dessus de nous en rugissant. Puis le noir total.


J'ai un sourire calme, malgré le frisson qui me secoue à l'évocation de ce souvenir.

-Sale histoire, hein? Avant, je pensais la même chose. Pourtant, quand je m'en souviens, c'est toujours en tant que bon souvenir. Pourquoi? Parce que, quand je me remémore le regard des dragons, juste avant le noir, je me souviens de deux choses: le rouge avait un regard rempli de terreur et d'inquiétude presque humaines, et l'autre pleurait. J'en suis certain. On dépeint souvent les dragons comme dont la puissance ne servait que leurs propres intérêts, plutôt vils, la plupart du temps. Mais je pense qu'ils étaient différents...

Je m'adosse à mon jeune théier avec un soupir. Oui, j'en suis définitivement certain. C'est bien pour ça que j'ai consacrer une grande partie de ma vie a étudier la technologie et les magies des temps anciens.

-Quand je me suis réveillé, j'étais sur le sentier qui menait à la chaumière où j'habitais. Depuis ce jour là, je n'ai revu cet arbre géant, de plusieurs kilomètres de long qu'une seule fois...

J'ai un sourire malicieux.

-Mais c'est une autre histoire. Qui sera racontée une autre fois... Le soleil s'est déjà couché depuis pas mal de temps. Je crois qu'il serait judicieux d'en faire autant. Surtout qu'un jeune mage en entraînement a besoin de toute son énergie physique pour faire travailler sa magie à fond, n'est-ce pas?
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... EmptySam 21 Juil - 11:20

Anonymous
Invité


Click

En énonçant mes quelques connaissances sur les dragons et mages aux pouvoirs du dragon, mon interlocuteur semblait approuver ce que je dis puis il m'annonça :

"Exactement! Tu es pas mal renseigné, pour quelqu'un qui se prétend être une petite poussière. Continue comme ça petit, tu deviendras sûrement très puissant dans quelques années..."

Tout en racontant son histoire Mr. Tea continuait à prendre des bouts de bois séchés et les tenait dans le feu puis quand ils brûlaient il les retirait puis il les jetait dans le feu qui semblait se raviver à chaque morceaux qu'il mangeait. Chaque branche brûlait tout doucement, se consumait petit à petit jusqu'à ce qu'elle soit totalement réduite en cendres par le feu. Moi je prenais quelques bouts de bois et m'amusait à les casser petit à petit jusqu'à que je ne puisse plus rien faire d'eux et les jetais dans le brasier. Il continua :

"Vois-tu, il n'y a jamais de légende sans fond de vérité. Et je vais te dire ma pensée: ces légendes sont sans doute vraie. Mais on omet simplement que les chevaliers était une douzaine, et lourdement armés pour s'attaquer à un seul dragon, et que la plupart du temps, si le dragon n'y survivait pas, les hommes non plus. Les rares rescapés de la fureur d'un dragon sont devenus des héros, glorifiés avec le temps et déformés à travers des comptines populaires. Quoiqu'il en soit, en ressentant le souffle brûlant passer à côté de moi, et faire chauffer l'air comme si c'était brusquement devenu de la lave en fusion, je comprends beaucoup mieux pourquoi ils s'y mettaient par dizaines pour en terrasser un seul.
Pour en revenir à mon histoire j'étais donc là, au milieu de cette clairière en flamme, encerclé par un ouragan de feu magique, qui avançait avec une vitesse et une vivacité effrayante, comme s'il était vivant. Je sentais la panique monter, au fur et à mesure que l'incendie avançait, implacable. Je me suis réfugié vers l'arbre, jeune, et plein de feuilles, qui ne manquerait sans doute pas de s'embraser dès que la magie ardente l'aurait atteint, mais quand on panique, on a souvent des réflexes idiots. Aïe!"


Il continuait à jouer avec ses bouts de bois jusqu'à ce qu'il fut distrait et oublia de jeter sa branche dans le feu. La petite flamme continuait de brûler le bois mort et atteignit les doigts de Mr. Tea. Heureusement qu'il avait ses gants, la brûlure n'était pas très grave à ce que je voyais. Le gant était légèrement noirci par les cendres. Le fabuleux gant blanc fut dégradé par un petit bout de mois brûlé. Mais qu'importe, il faisait abstraction et enchaîna :

"Bref, mais on ne pouvait pas m'en vouloir, je ne me contrôlait littéralement pas moi-même. Je me suis réfugié sur l'arbre, sans aucun espoir de survie, en voyant les flammes progresser de tous les côtés. Bientôt, une flammèche a atteint l'arbre, puis mon bras. La douleur était... indescriptible. Je ne vais pas m'étendre dessus. Et je te souhaite d'ailleurs de ne jamais en connaître une pareille.
Nous avons hurlé. Longtemps. Pas seulement moi et le compère qui m'hébergeait dans son corps. J'ai brusquement senti la conscience de tous les brins d'herbe, et de tous les arbres que le feu détruisait lentement, particule après particule. Et tandis que nous hurlions tous ensemble, nous les avons vu, faucher les cieux, et descendre planer au-dessus de nous en rugissant. Puis le noir total."


Le noir total? Qu'est ce que cela pouvait bien signifier. Les flammes rougeâtres qui enflammaient la clairière puis soudain le noir complet? C'était un bien beau mystère qu'il ne put me révéler car il me raconta ceci tout en s'adossant à son théier qui ,malgré la nuit, resplendissait toujours avec la lumière du feu de camp :

"Sale histoire, hein? Avant, je pensais la même chose. Pourtant, quand je m'en souviens, c'est toujours en tant que bon souvenir. Pourquoi? Parce que, quand je me remémore le regard des dragons, juste avant le noir, je me souviens de deux choses: le rouge avait un regard rempli de terreur et d'inquiétude presque humaines, et l'autre pleurait. J'en suis certain. On dépeint souvent les dragons comme dont la puissance ne servait que leurs propres intérêts, plutôt vils, la plupart du temps. Mais je pense qu'ils étaient différents..."

Il n'avait pas pu me dire pourquoi ce noir était apparut. Sûrement parce que son rêve se terminait ou bien alors les dragons l'avait piégé. Tout un mystère concernant ce noir qui était destiné à la fin de son rêve magique.

"Quand je me suis réveillé, j'étais sur le sentier qui menait à la chaumière où j'habitais. Depuis ce jour là, je n'ai revu cet arbre géant, de plusieurs kilomètres de long qu'une seule fois..."

Ah.... Une fin qui se termine ouvertement. J'aurais bien voulu connaître la fin dont il n'a pas pu rêver. Mais la nuit commençait à prendre de l'ampleur au sein de la forêt et je commençai à bâiller. La montée de la montagne avait totalement vidé mon énergie il fallait que je prenne des forces pour le lendemain. Il fallait que je développe ma magie et m'entraîner. Je me mis dans mon sac de couchage puis Mr.Tea me dit :

"Mais c'est une autre histoire. Qui sera racontée une autre fois... Le soleil s'est déjà couché depuis pas mal de temps. Je crois qu'il serait judicieux d'en faire autant. Surtout qu'un jeune mage en entraînement a besoin de toute son énergie physique pour faire travailler sa magie à fond, n'est-ce pas?"

J'aquiescai et lui demandai d'un ton hésitant

"Monsieur... Je ne sais pas si vous accepterez mais... Pourriez-vous m'aider à m'entraîner? Je sais que c'est complètement fou mais une personne comme vous avez de l'expérience en magie. J'aimerais que vous m'aidiez à progresser s'il vous plaît"

Après cette demande un peu culottée je ne dis rien et attendait la réponse de ce brave sieur.
 MessageSujet: Re: Théière chantant...   Théière chantant... Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Théière chantant...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP