Le Deal du moment : -23%
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
Voir le deal
999 €

Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.
 MessageSujet: Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.   Quand la pression monte d'un cran - Part. 1. EmptyMer 18 Avr - 12:37

Anonymous
Invité


Click



Clover. Petite bourgade rurale qui prend vit chaque semaine avec son marché aux étales aux couleurs chatoyantes, avec ses crieurs blagueurs et ses animations burlesques. La population de la petite ville doublait pour quelques heures dans une ambiance bon enfant et chaleureuse. Et Seiren… Elle s’était retrouvée là par hasard. Rien de bien prémédité. Mais elle aimait se laisser aller à se balader dans les environs de Magnoria (loin de la guilde pour ne rien cacher) et surtout… C’était toujours en se perdant qu’elle faisait les plus belles découvertes.

Et aujourd’hui, levée aux aurores par de mauvais rêves, la marche avait été sa seule échappée possible. La jeune femme était arrivée assez tôt à Clover et put profiter du ballet des commerçants installant leurs échoppes éphémères sur la place principale. Prémices d’une agitation à venir, les troubadours arrivèrent également, venant pimenter l’air de leur musique enchanteresse et de leurs pitreries. À ce moment-là, il ne se passa que quelques secondes avant que leurs spectateurs les plus assidus ne déboulent dans les rues. Se pressant en tout hâte, bousculant tout ce qui se trouvait sur leur passage- dont la jeune mage- les espiègles bambins et chenapans riaient déjà aux éclats avant même d’avoir pris place…
Toute cette bonne humeur était des plus déconcertants pour une jeune femme comme Seiren.

Mais le baume au cœur, elle décida de se fondre dans la masse pour assouvir sa curiosité presque enfantine. Tissus bigarrés, légumes étincelants de fraîcheur, épices éveillant les papilles… C’était à en perdre la tête. S’arrêtant quasiment à chaque stand. Questionnant sans gêne les marchands sur leurs produits qui répondaient avec générosité en lui proposant de goûter, essayer et même repartir avec quelques échantillons. Tout n’avait pas été à son goût, plusieurs éternuements et tirages de langue en avaient été la preuve, faisant éclater des rires joviaux parmi les commerçants bienveillants et leurs clients les plus fidèles. Se moquaient-ils ? Peut-être un peu. Mais Seiren s’en fichait. Quasiment tout était nouveau pour elle. Alors, elle profitait de l’insouciance qui régnait pour glisser à travers la foule qui s’étoffait de minute en minute. Il commençait même à y avoir un peu trop de monde pour la demoiselle et cela devenait vraiment bruyant. Entre les rabatteurs, les crieurs et les troubadours, mais aussi avec toutes ses effluves qui se mélangeaient, Seiren se sentit vite étourdie, elle qui était tellement habituée à sa solitude.

Les bras remplis de fruits et friandises à ne plus savoir qu’en faire, des exclamations attirèrent son oreille distraite. En essayant de se faufiler discrètement à travers les spectateurs, elle fut stoppée par un fleuriste charmeur qui se montra un peu trop entreprenant à son goût. Et bien qu’elle le remit vite à sa place avec son éternelle arrogance, elle repartit avec une fleur blanche et délicate à l’oreille. Et pour en revenir aux exclamations amusées et admiratives… Il ne s’agissait là que d’une foule réceptive à quelques jongleries et tours de magie bien ficelés. Isaya se posa un instant sur des caisses empilées pour observer les artistes avec attention quand soudain, à quelques mètres d’elle, des cris vinrent percer l’air.

Puis le sol s’agita sous des secousses qui semblaient se rapprocher, comme suivant un chemin. Cela fit même sauter les caisses sur lesquelles s’était assise Seiren. Fracas détonants, hurlements de panique, mouvements de foule en fuite, entrecoupés par de lourds Boum… Boum… Dans cette toute nouvelle agitation, Seiren en perdit sa précieuse récolte, ce qui fit monter en elle un certain agacement. Et pas effrayée pour un sous, elle se dirigea immédiatement vers l’épicentre de la tragédie. Luttant quelques instants à contre-sens, elle activa sa technique de déplacement pour survoler le marché et rejoindre… Les gigantesques monstres de pierre qui détruisaient tout sur leur passage.

Spoiler:
 

Il devait bien y en avoir six ou sept. Et derrière eux, un vieil homme totalement perdu et terrorisé qui s’écriait en répétant sans cesse.

« Mon dieu ! Mon dieu ! Je ne les contrôle plus. Fuyez ! Fuyez ! »

Alors c’était lui la cause de tout ça. Ces espèces d’énormes golems en pierre avançaient d’un pas lourd mais destructeur, balayant tout de leurs bras surdimensionnés. C’en était presque apocalyptique vu d’en haut. Qu’avait-il bien pu vouloir prouver en amenant ça sur ce marché ? C’était insensé.
Dans la panique, des enfants s’échouaient au sol, risquant de se faire écraser. Seiren en récupéra plusieurs in extremis, les éloignant en un éclair de la zone. Mais il y avait bien trop de monde tout autour. Et il y avait déjà des blessés, si ça continuait ainsi, cela allait être un vrai carnage. La mage de Fairy Tail passa alors à l’action, visant directement les monstres.

« Denba ~ Raitei no seisaku ! »

En accélérant la matérialisation de l’électricité des ondes qui entourait les golems, Seiren tenta de leur porter un coup direct, mais sans effet. Même pas une égratignure. Sans sa technique de déplacement, elle passerait pour une vulgaire et stupide mouche. Mais elle réussissait plutôt bien à esquiver leurs attaques. Il fallait juste frapper plus fort. Ce qu’elle fit en hyperconcentrant l’électricité pure autour de ses jambes avant d’attaquer un des golems par le haut avec cette vague d’énergie bleutée. Le golem s’effondra sans tarder. Seiren réitéra une fois, puis une autre, mais au troisième golem pris pour cible, elle perdit soudainement en puissance. Prise par surprise et sans avoir le temps d’esquiver, un énorme bras la percuta, la projetant violemment quelques mètres plus loin. Le choc avait été rude, mais Seiren se relevait, obstinée à vouloir le mettre K.O. Après quelques tentatives, certes rapides, mais totalement inefficaces, Seiren se rendit compte qu’elle s’échinait pour rien.
Et à ce moment-là, le golem tomba de tout son poids sur la jeune femme qui eut juste le temps d’activer sa technique de rejet.

« HIKETSU ! »

Dos s’enfonçant dans le sol craquelé, dents serrées, visage crispé, bras tendus devant elle, le golem semblait comme prisonnier du temps, à moitié suspendus dans les airs, à quelques centimètres de Seiren. Elle n’avait pas réussi à le rejeter totalement, elle ne faisait que le retenir, mais elle n’allait même pas tenir une minute avant de se faire écraser. La respiration coupée, elle déglutit. Alors elle allait finir comme ça ? Si pitoyablement submergée par un monstre de pierre ? Et le pire, c’est qu’il y avait encore d’autres golems en action tout autour. Échouer à ce point, c’était…

« Pathétique… » lâcha-t-elle.

La colère montait en elle, plus contre elle que contre le golem dont le poids se faisait de plus en plus oppressant ou même le vieux fou à l’origine du désastre. Comme par instinct, reflet de sa propre rage, la terre se mit à trembler avec Seiren pour épicentre. Ce n’était pas bien puissant, mais cela suffit pour faire trembler le golem pendant quelques secondes. L’occasion était là pour le rejeter définitivement, mais la fatigue et le manque d’endurance du mage de Fairy Tail eurent raison d’elle. Sa magie se dissipa d’un coup, la laissant à la merci de la folie du monstre de pierre qui retombait déjà sur elle… Seiren ferma les yeux comme pour ne pas voir sa mort venir… Impuissante et incapable du moindre mouvement…
 MessageSujet: Re: Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.   Quand la pression monte d'un cran - Part. 1. EmptyMer 18 Avr - 19:16

Anonymous
Invité


Click

► C'est à un rythme peu rapide que Laxus traversa la plaine, longeant la route, qui le menait, jusqu'à la prochaine ville de son parcours. Notre personnage, bien que maître de guilde, ne savait pas tenir en place. Toujours sur les routes, jamais chez lui, il appréciait de voyager, de faire des missions ; c'était sa nature propre. Rester trop longtemps au même endroit ? Impossible ! Ou il souffrait de crise allergique... C'est pourquoi, à peine rentrait-il à Angel's Sky que déjà, il reprenait vers de nouvelles aventures. Aventure d'une vie, quête éternelle de la recherche de soi même. Depuis son bannissement, il se découvrait réellement, appréciant la vie, la croquant à pleine dent. Mais comment pouvait-il faire ça tout en étant le boss de sa guilde. La délégation ! Contrairement à Makarov son grand père, Laxus avait confié à plusieurs secrétaires la gestion de la guilde. Bien sur, il recevait parfois des transmissions pour des décisions importantes. Mais enfin, la guilde survivait à son absence. Au contraire, les récits de ses actions commençaient à traverser tout Fiore, augmentant sa notoriété et le rayonnement de la guilde légale des anges. Enfin, aujourd'hui, le Dreyar était un simple voyageur qui voulait manger un bout dans la ville la plus proche. Bien qu'à proximité de grand Bourg, la petite ville de Clover lui plaisait. Il y jeta son dévolu ; prenant la route vers ce lieu, qui serait sa destination.

► C'était une belle journée ensoleillée, adoucit par une légère brise venue de la mer. Laxus progressait tranquillement sous le ciel azur, le visage neutre, les yeux perdus dans le vert du paysage terrestre. Il était vêtu d'une tenue classique ; un t-shirt noir qui faisait ressortir les muscles de son torse, un pantalon de la même couleur et sa veste en poil qu'il portait simplement sur ses épaules. Son casque sur les oreilles, le Dreyar faisait défiler ses musiques de Rock préférées sur son walkman. Au loin, il pouvait l'apercevoir ! Clover ! Petite bourgade calme semblant animée d'une étrange activité en ce jour. Moins d'une demi-heure lui permit de pénétrer en ce lieu bondé, envahit par la foule ! Des jeunes, des vieux, bref, le jour du marché attirait tout le monde dans la région apparemment. Laxus traversa le peuple, sans même porter la moindre attention aux étalages, ni même au marchands qui l'interpellaient. La cicatrice du maître d'Angel's Sky était un trait physique qui le rendait facilement reconnaissable. En effet, cet éclair sur son visage fit tilter de simples individus qui l'observaient tout en cherchant l'identité de ce célèbre mage. Le mage blond pouvait entendre ce que l'on disait de lui ; un mage célèbre, fort, cruel, banni de Fairy Tail, maître d'une guilde montante, dangereux, effrayant, impressionnant, mais aussi rassurant. Un sourire ironique ponctua l'expression neutre du Dreyar, qui fit abstraction des commentaires pour se concentrer sur son repas du matin. S'installant à la terrasse d'un bar, il n'eut qu'à attendre quelques instants pour qu'un serveur arrive pour écouter sa commande.

" Bonjour Monsieur ! Que voulez-vous ? Une boisson ? Ou bien notre formule petit déjeuner ? "

" Eh bien, un café avec votre formule ! J'ai faim ! Merci bien... "
► Le serveur acquiesça avant de retourner dans son échoppe, certainement pour préparer la commande du Dreyar dont le ventre gargouilla bruyamment. Heureusement, personne ne se trouvait avec lui sur la terrasse. De plus, le bruit de la foule avait certainement du couvrir l'écart de l'estomac du jeune maître. Ce dernier s'installa plus confortablement dans son fauteuil en bambou tressé, observant les braillards dans la rue qui allaient et venaient librement. Il n'eut qu'à attendre quelques minutes, plongé dans sa musique qu'il coupa à l'arrivée de son plateau repas. Des tartines à la confiture, du café, des croissants, bref, un repas frugal que Laxus entama rapidement. Très bon d'ailleurs, ça me donne faim de parler de ça... Enfin bref ! Alors qu'il s'apprêtait à aller payer l'addition, des cris survinrent de la rue voisine, vers le centre du marché. Tout à coup, un mouvement de foule... La fuite ? Eh oui, plusieurs dizaines personnes couraient vers la sortie de la ville alors qu'on pouvait entendre des bruits sourds au loin. On aurait dit des géants qui marchaient dans la ville. Laxus ne se doutait pas de ce qui se passait. Il essaya de calmer foule, passant à travers les colonnes de fuyards en hurlant. Il distingua quelques mots ; " des monstres " ! Quoi ? Mais c'était quoi ce bordel ? Curieux, le Dreyar se dirigea au pas de course afin de rejoindre l'artère principal de la ville. Les bruits s'intensifiaient à mesure qu'il se rapprochait et déjà, les environs semblaient plus vide que jamais...

► De large golem de pierre blanc se dressèrent face au Dreyar. Le premier d'entre eux voulut l'attaquer alors que les autres prenaient des innocents comme cible. Alors qu'il vit un éclair faire trébucher l'une des créatures et un mage se battre pour défendre la population en fuite, Laxus s'intéressa à son propre adversaire. Il ne semblait pas très fort. C'est pourquoi, un simple éclair recraché par sa gorge suffit à lui briser la jambe, et le faire chuter au sol. Pour permettre aux fuyards de quitter les lieux, le jeune maître voulut attirer ses adversaires. Il projeta de mince éclair à partir de ses deux mains sous la forme d'amas dorées crépitants qui égratignait à peine leurs victimes. Trois d'entre eux vinrent sur Laxus, relâchant leurs frénétiques poursuite des innocents. Tout à coup, le mage d'Angel's Sky vit que le quatrième et dernier golem ne venait pas, jetant son dévolu sur la jeune mage qu'il avait vu précédemment.

* Eh merde ! Quelle abrutie *
► Un éclair traversa la rue. Déjà, Laxus reprenait sa forme matérielle, retenant l'énorme poing du golem dont il avait encaissé le choc. Derrière, la jeune mage, au sol, ne semblait pas en croire ses yeux. Un sauveur inattendu se dressait devant elle, la cape dansant avec l'onde de choc, quelques gouttes de sang flottant dans l'air, et des éclairs dansant tout autour de son corps. Son énergie s'intensifia d'un coup, dégageant encore plus d'énergie électrique dans l'air. Le maître des anges poussa un cri lorsqu'il commença à soulever le golem par le bras. Il ne resta que quelques instants en l'air, projeté d'un coup, violemment, au sol, où il se brisa en plusieurs morceaux. Plus que trois. Le Dreyar profita de quelques secondes de répit pour essuyer le sang qui coulait le long de sa joue. Puis une roulade arrière pour esquiver une attaque, afin de se rapprocher de cette inconnue qu'il attrapa, prit dans ses bras avant de repartir en roulade. Esquive !!! Cette seconde lui permit de s'éloigner grâce à sa forme immatérielle de foudre. Il s'éloigna à quinze bon mètres, suffisamment pour déposer la fille, et se retourner pour contre-attaquer les derniers golems qui se dirigeaient vers lui à rythme soutenue de zombie.

" Retentit, tonnerre de mes invocations ! Tombe du paradis et réduit les en cendre ! "
► Son incantation dura quelques instants, le temps qu'il fallait pour orienter son bras vers le ciel et concentrer son énergie en une grande sphère électrique. Une fois fut-elle finie, il abaissa d'un coup son membre supérieur droit, dirigeant la boule d'énergie vers ses victimes. Les deux premiers golems reçurent le rayon d'énergie, dans leurs tronches, provoquant, des fissures, puis, leurs désagrégation en quelques instants. Il en restait un dernier ; Laxus esquissa un sourire. Laissant son adversaire suffisamment proche de lui, il put aisément esquiver son coup de poing d'un pas sur le côté. La foudre concentrée le long de son bras, il répliqua, de la même attaque, traversant l'énorme buste de la créature donc les blocs se séparèrent pour chuter au sol. C'était fini ! Laxus 1, Golem 0 ! Le Dreyar inspecta alors la rue, cherchant des victimes ! Il n'y en avait aucune. Alors que les premières personnes revenaient sur les lieux, il se retourna, un ricanement moqueur au lèvre, et vint à la rencontre de la jeune mage au sol. Son visage prit un air réprobateur, le même que celui de Makarov... Et il lança à la pauvre blessée d'un ton sec :

" Mais qu'est-ce que tu as foutu bordel ? Ça ne va pas dans ta tête pour oser affronter de pareil créature alors que ne maîtrise par encore suffisamment la magie ? C'est crever que tu veux ou quoi ?
► Il tourna la tête, furieux, mais il devait quand même l'aider à se soigner. Il ramassa la jeune mage qu'il prit sur ses épaules, comme un vulgaire sac de patate, sans même porter attention à de quelconques répliques. Il traversa la rue jusqu'à un banc en bois à l'ombre, puis il l'assit. Se saisissant de sa besace, il sortit une trousse avec du désinfectant et des bandages. Il les tendit à son interlocutrice, l'air de dire " tu crois pas que je vais le faire à ta place ?". Laxus lâcha un gloussement hautain puis brisa le silence...

" Sérieux ! Mais d'où peux-tu bien venir pour prendre de tel risque ! Allez, désinfectes ça ! Mais d'abord, qu'est-ce que c'était que ces merdes ? D'où ils sortaient ?"
 MessageSujet: Re: Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.   Quand la pression monte d'un cran - Part. 1. EmptyJeu 19 Avr - 20:54

Anonymous
Invité


Click


Une masse d’électricité puissante… Elle l’avait sentie apparaître devant elle, alors même que ses yeux étaient clos, refusant d’affronter sa mort qui semblait si certaine. Seiren ouvrit immédiatement ses prunelles pour distinguer un homme à l’imposante stature, au manteau extravagant, mais surtout des éclairs l’enveloppaient… Une multitude d’éclairs… Aussi brillants que l’or. La jeune mage ne comprenait pas d’où il sortait et comment il avait atterri là. Car clairement, il venait de lui sauver la mise en s’interposant avec une facilité déconcertante. L’homme envoya même le golem s’éclater sur le sol dans un râle plutôt bestial… Bref, impressionnant.

Puis après, tout se passa très vite. Il feinta une attaque, attrapa Seiren sans ménagement pour la déposer hors de portée des golems restants. Et enfin, il réduisit ses derniers adversaires en poussière à l’aide d’une étrange sphère chargée en électricité… Du moins, c’est ce qu’Isaya percevait de là où elle était. Observant le moindre de ses gestes, reprenant enfin son souffle, les lueurs dorées- qui éclataient si aisément- se reflétaient dans les yeux violets de Seiren, quelque peu jalouse. C’était incontestable. Ce mage était démesurément puissant. Il manipulait la foudre comme si il en était le chef d’orchestre. La demoiselle n’eut aucune difficulté à se comparer à lui et à conclure de sa totale inutilité.
Et c’est le regard vide qu’elle l’observa s’approcher d’elle. Elle le fixait d’un air impassible alors que lui n’exprimait que réprobation. Et ce qui suivit réveilla Seiren tel un électrochoc.

« Mais qu'est-ce que tu as foutu bordel ? Ça ne va pas dans ta tête pour oser affronter de pareilles créatures alors que tu ne maîtrises par encore suffisamment la magie ? C'est crever que tu veux ou quoi ? »

Il venait de pointer l’évidence avec une telle véhémence que le visage de la jeune femme se crispa, affichant un mélange de honte et de colère. Elle n’eut pas le temps de répliquer qu’il l’attrapait comme si elle n’était qu’un vulgaire sac, la trimballant sur son épaule.

« Hé ! Mais lâchez-moi tout de suite ! »

Seiren s’agita, mais en vain. La fatigue associée à ses blessures et à la nette différence de gabarit joua en sa défaveur. Certes il était fort. Il les avait tous sauvés et elle la première. Mais… Pour qui se prenait-il ?! Qu’est-ce que c’était que cette façon de traiter les gens comme des objets ? Quel impétueux personnage ! Il avait été élevé par des sauvages à coup sûr… Puis il la déposa sur un banc à l’abri du soleil, s’assit à côté d’elle avant de sortir de sa besace une trousse pour les premiers soins. Interloquée, Seiren mit quelques secondes avant de comprendre que ça lui était destiné. Elle s’en empara un peu vivement sans dire mots. Et tandis qu’elle se soignait distraitement, préférant garder un œil sur cet étranger, ce dernier l’interpela à nouveau… Toujours sur un ton trop autoritaire au goût d’Isaya.

« Sérieux ! Mais d'où peux-tu bien venir pour prendre de tel risque ! Allez, désinfectes ça ! Mais d'abord, qu'est-ce que c'était que ces merdes ? D'où ils sortaient ? »

Seiren se leva d’un bond, passa devant lui sans lui adresser le moindre regard avant de se rasseoir de l’autre côté du mage. Et sans s’annoncer, elle se mit à tamponner un coton imbibé de désinfectant sur la joue blessée de ce malotru.

« Les risques que je prends, ça ne regarde que moi. Et même si je n’ai pas de mal à reconnaître que je suis faible, j’étais supposée laisser ces monstres de pierre tout détruire et blesser des innocents peut-être ? Désolée, mais non. Attendre gentiment que ça passe et espérer qu’un mage puissant vienne sauver la situation, ce n’est pas moi. Et quand bien même… Les mages de Fairy Tail ne restent pas plantés là sans agir. »

Elle termina sa réponse cinglante en appuyant un peu plus fort sur l’égratignure. Quant à sa dernière phrase, c’était sorti tout seul, alors que jusque-là, elle n’avait jamais fait état de son appartenance à la guilde avec autant d’aplomb. La jeune femme était de plus en plus contrastée. Dans son apparence, ses gestes, sa voix, tout devenait imprévisible chez elle. Le visage aux traits délicats s’opposait à une expression neutre voire même un peu glaciale. L’élégance de chacun de ses gestes surprenait totalement au vu de la force qu’elle y mettait. Et sa voix douce contrastait avec l’arrogante froideur qui pouvait en ressortir. Mais ce qu’il pouvait bien penser d’elle, Seiren s’en fichait. Même si il était déjà certain qu’il l’ait casée du côté des mages « inutiles ».
La jeune femme termina d’essuyer le sang qui avait coulé sur la joue de son sauveur et plaça un pansement sur la plaie. C’était sa façon à elle de le remercier et elle ne ferait ni ne dirait rien d’autre en ce sens. Après tout, elle ne lui avait pas demandé d’intervenir.
Seiren referma la trousse et la lui rendit avant de pointer du doigt un vieil homme agenouillé dans un tas de poussière, non loin de là, devant eux.

« Il semblerait que ce soit lui la cause de tout ceci. D’après ce que je l’ai entendu dire de lui-même... Il a… Perdu le contrôle de ses marionnettes de pierre. En même temps vu leur taille, ça ne m’étonne pas. Apparemment, je ne suis donc pas la seule à être inconsciente »

Elle toussa brusquement comme si quelque chose l’empêchait de respirer convenablement. Ou plutôt comme une simple quinte de toux. Elle cracha un peu de sang qu’elle dissimula en refermant rapidement sa main sur elle-même. Le calme revint dans sa poitrine, alors que la place du marché se repeuplait petit à petit d’habitants hagards et curieux.

Seiren avait bien insisté sur le dernier mot comme pour faire écho à ce qu’il avait dit précédemment. C’est qu’elle pouvait devenir insolente… Mais ses yeux perçants se fixèrent sur l’intriguant personnage. Il fallait avouer qu’il était doué. Il avait suffi à Seiren de l’observer en pleine action pendant quelques secondes pour voir à quel point il maîtrisait sa magie. Comme si c’était on ne peut plus naturel. C’était rageant pour une personnalité comme Seiren, mais elle ne laissait rien transparaître. Du moins c’était censé être le cas, jusqu’au moment où, perdue dans ses pensées, le regard fixe et vide dirigé vers l’étranger, elle laissa échapper à haute voix…

« Est-ce qu’un jour, je maîtriserais ma magie aussi bien que lui… ? »
 MessageSujet: Re: Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.   Quand la pression monte d'un cran - Part. 1. EmptySam 21 Avr - 18:38

Anonymous
Invité


Click

► Il fallait le faire pour rabrouer ainsi une personne tel que Laxus Dreyar. Cette jeune mage ne s'en gêna pas ; renvoyant le grand blond dans ses buts, hostilement, lui et ses paroles de géniteurs. Elle avait du cran cette femme la ! Ainsi, peu après avoir prit la liberté de panser la blessure au visage de son interlocuteur, moyennant une grimace de douleur, elle répliqua à ces paroles réprobatrices. Un feint sourire se dessina sur le visage du jeune maître... Cette fille était de Fairy Tail et elle parlait comme un véritable mage de Fairy Tail. Risquer sa vie pour protéger les innocents, les faibles, les nécessiteux. Un principe encré dans la guilde du vieux de Laxus, l'un de ceux qu'il respectait lui même. Néanmoins, il y avait une différence entre risquer sa vie et la perdre inutilement. Sur le coup, il trouvait que cette mage n'avait pas abordé la situation comme il le fallait. Trop pressé d'en découdre, elle avait négligé ses faiblesses en pensant faire le poids contre un adversaire inconnu. C'est une chose que l'on ne peut se permettre lorsque l'on est pas suffisamment fort. Laxus se gratta la tête, laissant échapper un soupçon de dédain sous la forme d'un soupir qui précéda ses paroles, sur un ton plus nostalgique.

" Tu n'as pas du bien suivre les enseignements du vieux ! Il n'a jamais été dit qu'un mage de Fairy Tail devait perdre la vie en vain... Tu avais agir mais de façon plus réfléchi ! On ne fonce pas comme ça inconsciemment dans le tas. La vie humaine est précieuse ! Tu te dois de faire tout pour la préserver... Enfin, je pense que c'est ce que le vieux dirait à ma place, d'une autre manière certes."
► Laxus fixa le doux visage de son interlocutrice. C'est ce genre de moment ou les gens tentent de se cerner ; instants uniques de quelques secondes qui permettent de découvrir une nouvelle personne. Il ne savait que dire... Il voyait en elle une fille calme et discrète, peut être un peu trop. Mais enfin, on peut dire que toutes flammes peut devenir un brasier aussi bien que si on l'attise, cette fille peut très bien se mettre de mauvaise humeur. C'est ce genre de compagnie que le Dreyar préférait. Aucune parole, aucun bruit, juste celui du vent (et de la foule) ; enfin, cela contraste avec les Raijinshu ou même une guilde, des braillards bruyants et emmerdeurs qui ne font que se mettre sur la gueule à longueur de journée. Néanmoins, il cernait en cette fille un manque de confiance, et des faiblesses dans la maîtrise de sa magie. Elle était jeune, elle avait le temps de s'améliorer après tout. Finalement, elle brisa le silence, calmement, orientant son doigt vers un vieil homme à genou dans la poussière qui remerciait les cieux de l'avoir sauvé. Apparemment, il était le responsable de la catastrophe... Cette mage de Fairy Tail en profita même pour lancer une pique à Laxus, en réutilisant ses paroles, "inconsciente", qu'elle utilisa à son encontre, insistant dessus en intensifiant le ton. Elle était vexé ! Le Dreyar se mit à sourire, se leva, puis se dirigea vers le vieux en gloussant dédaigneusement. Il s'arrêta devant lui ; son visage fit soudain une effrayante grimace énervée.

" Alors ? On est responsable de ce carnage ? Tu crois que c'est malin ? Allez, dégage avant que je m'énerve ! "
► Ces paroles, suffisamment froides et sèches, firent fuir le vieil homme à tout de jambe, effrayé. L'expression de Laxus redevint neutre ; il revint vers le banc en ajustant sa veste. Sa stature était vraiment impressionnante ! Comment ne pas chier dans son froc à le simple présence de ce mage dans le coin ? Personnellement, je n'ai aucune solution. Enfin bref, les yeux du Dreyar se posèrent sur la fille qu'il venait de sauver. Celle ci, l'observait, en silence, les yeux dans le vide, pensive... Tout à coup, elle laissa échapper d'étrange parole. Certainement une pensée qu'elle n'avait put retenir. Son espérance secrète semblait de maîtriser la magie aussi bien que le maître d'Angel's Sky. Difficile, enfin, elle était déjà impressionnée par si peu de pouvoir, imaginez si elle avait put voir le mode Dragon Slayer. Bref, cette pensée révélée fit sourire le jeune mage blond qui ne sut que répondre... Que pouvait-il y faire ? Peut être quelques conseils ?

" Tu sais, c'est dur de maîtriser le potentiel maximum de sa magie ! De plus, même quand on croit l'avoir atteint, il est encore possible de faire des progrès ! Il n'y a pas vraiment de secret. L'entrainement régulier est la clé pour accéder à un niveau supérieur. Mais profiter de l'expérience de ceux qui possèdent une magie similaire à la tienne est toujours utile. Persévérance et ténacité peuvent te mener au sommet si tu le souhaites vraiment !

Spoiler:
 

 MessageSujet: Re: Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.   Quand la pression monte d'un cran - Part. 1. EmptyMer 25 Avr - 19:53

Anonymous
Invité


Click


Seiren venait seulement de réaliser qu’elle avait rencontré le petit-fils du Maître Makarov. C’était donc lui Laxus. Imposant un brin effrayant même… Enfin pour une première impression, il y avait mieux tout de même. Il semblait faire preuve de beaucoup d’autorité, plus que son propre père…
Seiren le regarda médusée quand il lui répondit à propos de la magie… Elle avait parlé à voix haute cette gourde. Il n’y avait pas meilleur moyen pour se ridiculiser. Mais lui avait réagi avec une sagesse surprenante, préférant prodiguer quelques conseils.

« Je suppose que vous avez raison. La progression est perpétuelle… Personnellement, j’aime m’entraîner et je crois être plutôt tenace… Ou têtue selon certains… » Elle marqua une pause. « Mais m’entraîner avec quelqu’un je n’y avais jamais réellement pensé. Je suis plutôt solitaire… »

Elle omit sciemment de dire qu’elle était du genre à se mettre en danger lors de ses entraînements, surtout pas après la morale qu’il venait de lui faire. Seiren leva la tête et dévisagea l’homme qui la surplombait. Se faire entraîner par quelqu’un ? … Par lui ? … Quelle idée saugrenue. Il n’accepterait certainement jamais et elle-même, elle n’oserait jamais demander une telle chose. Mais les yeux violets toujours rivés sur le mage de foudre, l’idée insensée faisait son petit bonhomme de chemin dans l’esprit de la jeune femme. Elle ouvrit la bouche comme pour lui dire quelque chose, puis se ravisa. Elle se leva d’un bond du banc, voulant à nouveau prendre la parole, pointant même Laxus du doigt… Avant de balayer sa pensée d’un geste de main énervé. Isaya commençait à faire les cent pas. Avec ce genre de comportement c’était sûr, elle allait passer pour une folle. Et alors ! Tan pis !
Derrière elle, les habitants et commerçants de Clover revenaient petit à petit sur la place. Ramassant ce qu’ils avaient perdu dans la panique, mais surtout s’entraidant les uns les autres à retrouver les restes de leurs échoppes détruites. Après la tempête, le calme et une belle solidarité s’installait dans un esprit de franche camaraderie. Les pleurs et les cris avaient cédé la place aux rires et sourires encore un peu timides. Seiren s’était stoppée pour observer la scène. C’est vrai, les hommes étaient capables du pire mais aussi du meilleur.
La jeune femme respira profondément comme pour se donner un peu de courage et allait se retourner vers l’ancien de Fairy Tail quand un homme et une femme s’approchèrent des deux mages.

« Tous les deux… Vous nous avez sauvé du pire, alors acceptez ceci de notre part à tous, maigre gage de notre reconnaissance. »

C’était la femme qui avait pris la parole. Quant à l’homme, il tendit simplement deux grands sachets, un pour chaque mage. À l’intérieur : à boire et à manger pour quelques temps. Ils n’eurent même pas le temps de dire quoique ce soit que le couple repartit aussi vite qu’il était venu. Et soudainement, serrant son sachet contre elle, Seiren se retourna vers Laxus, affichant une fausse confiance, mais une autorité quelque peu exagérée…

« Bon et bien, au moins, nous aurons du ravitaillement pendant toute la durée de l’entraînement que VOUS me ferez faire. »

Culotée, n’est-ce pas ? Mais c’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour le lui « demander », si on pouvait appeler ça une demande. Et oui, il ne fallait pas s’attendre à ce qu’elle se mette à jouer la jeune fille impressionnée par le grand homme, le suppliant les joues rougies par la gêne de lui accorder au moins quelques heures de son précieux temps. Et puis quoi encore ! Comme si elle allait lui lécher les bottes ! Bon… Peut-être qu’elle allait le regretter plus tard… Mais d’ici-là autant assumer jusqu’au bout.

Seiren commença à se diriger vers l’extérieur de la ville, mais quelques pas plus tard, elle se retourna brusquement.

« Bon alors vous venez ? Ou vous préférez que je vous tienne par le bras ? »

Insolente ? Sarcastique ? Moqueuse ? Un peu des trois, pour sûr. Elle le provoquait en toute connaissance de cause. Après tout, le chef des Raijinshu et le maître des Anges avait une réputation plutôt sulfureuse. Ce n’était pas un tendre et cela convenait très bien à la jeune femme. C’était même ce qu’elle recherchait car elle savait pertinemment qu’elle n’évoluait principalement qu’avec la manière forte. Mais jusqu’à quel point allait-elle pouvoir supporter la supériorité du petit-fils de maître de Fairy Tail ?

« Ah au fait, je m’appelle Seiren. Seiren Isaya. »
Vieux reste d’éducation princière, elle s’inclina légèrement. Et ça, ça ne faisait pas faux-cul peut-être ? Elle se releva rapidement, embarrassée, et se retourna pour faire face au chemin qui allait la mener sur le lieu de son entrainement. Puis elle se remit enfin en route, silencieuse et pensive, ne se souciant que très peu des remarques que pouvaient faire son nouvel entraîneur.

____ Si il s’attend à ce que je l’appelle « Sensei », il peut toujours attendre… Mais bon, il faudra tout de même que je trouve un truc pour le remercier plus tard…

Hrp : Désolée pour le temps de réponse.
 MessageSujet: Re: Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.   Quand la pression monte d'un cran - Part. 1. EmptyMer 25 Avr - 21:17

Anonymous
Invité


Click

► La jeune mage que Laxus venait de sauver restait sans voix, pantois devant son interlocuteur. Apparemment, elle avait entendu parler du fameux Laxus Dreyar, maître de la guilde Angel's Sky. Après tout, sa stature, sa puissance, son nom ; il possédait suffisamment pour impressionner les personnes qu'il rencontrait. Néanmoins, la jeune fille ne resta que peu de temps sans voix. Très vite, elle répondit au sage parole du Dreyar, vexé, car il pensait en avoir fini avec cette conversation. Après tout, je trouve que cette fin était assez sympathique. Ça faisait assez comme dans ces films où un vieillard prodigue ses conseils au personnage principal avant de s'effacer de la scène. A la seule différence que Laxus n'était pas un vieillard ! Enfin, bref, passons. La jeune mage répondit affirmativement, donnant raison à son interlocuteur, et précisant que l'entraînement était une activité qu'elle appréciait. Néanmoins, elle souligna un aspect de sa personne, se révélant un peu plus à cet inconnu ; la solitude. Bien qu'elle ne lui ressemblait pas beaucoup, ils avaient tout deux un point commun... D'une voix tranquille, presque sympathique, Laxus répliqua en ricanant :

 « Pourtant, tu as Fairy Tail n'est-ce pas ? Le vieux ! Erza, Natsu, Gray, Mira et les autres... Tu ne devrais pas te sentir si seule dans cette guilde de braillard... »
► Elle ne répondit pas, perdue dans ses pensées sur son banc, il se mit à agir très étrangement. Elle le regardait droit dans les yeux, réfléchissant certainement à quelque chose. Il tourna la tête en lâchant un « Hum » du fond de la gorge, l'air de dire, qu'est-ce que tu as à me regarder comme ça ? Tu as un problème ? Il voulut se lever mais la jeune mage le précéda. Elle se dressa devant lui, le doigt pointé, la bouche ouverte, comme si elle allait demander quelque chose. Néanmoins, il se tut, les joues rougissantes, elle se retourna et s'éloigna en quelques pas. Laxus n'y comprenait plus rien. Il fixait la scène, bouche-bée, essayant de s'expliquer le comportement étrange de la jeune fille. Voulait-elle lui demander quelque chose ? Ce n'était pas bien compliqué même face à un gars impressionnant. Enfin bref, autre chose détourna son regard, pour se concentrer sur un couple d'habitant qui s'avançait hésitant vers eux. Alors que derrière la rue reprenait peu à peu vie, dans la joie et la bonne humeur, la femme les remercia pour leur acte de bravoure. Ils n'avaient pas grand chose mais tinrent à leurs donner à chacun un sac de nourriture et de boisson afin de subsister un moment. Laxus accepta poliment le présent d'un hochement de tête ponctué d'un sourire avant que sa jeune interlocutrice revienne vers lui. L'air autoritaire, confiante, elle lui fit habilement comprendre par une manière détournée qu'elle voulait que Laxus l’entraîne. Quoi ? Laxus-sensei ? Et puis quoi encore ?

 « Quoi ? »
► Laxus fut coupé dans sa réplique par le ton ferme et culotté de la jeune fille qui lui demandait de le suivre. Il n'avait même pas pu en placer une et déjà, elle, elle quittait l'endroit, sans un mot, la tête haute. Le Dreyar n'aimait pas qu'on le défie comme cela. Néanmoins, en y repensant, il n'appréciait que les fortes têtes ! Natsu, le vieux, les Raijinshuu, les mages de Fairy Tail, sa propre guilde. Ce n'était pas des moutons dociles ; il se rendit compte qu'il appréciait les gens têtu. Qui se ressemble s'assemble après tout. Mais voilà, bien qu'il céda en grommelant et en tapant du point sur le banc, il suivit Seiren, pour l'entraînement. Néanmoins, il ne fallait pas qu'elle croit que cet entraînement serait de tout repos. Laxus lui réservait, par simple vengeance, les pires souffrances possible. Il allait faire de cette fille un vrai mage. Il se demanda par ou commencer. Un petit combat pour voir ses aptitudes ? Entre directement dans l'entraînement ? Ou bien un petit décrassage comprenant pompes, abdominaux, chaises, footing, barre etc... Un paquet d'idée saugrenu lui venait à l'esprit. Cela risquait d'être marrant. Seulement, c'était lui, le mettre, il ne comptait pas se faire commander. Et pour bien le rappeler il emboîta le pas à son élève, lui passant devant sans un mot, le visage grimaçant. Une fois fut-il deux trois mètres devant, il leva la main et hurla :

 « Bon, on se met au boulot ou tu glandes là toute la journée ? »
 MessageSujet: Re: Quand la pression monte d'un cran - Part. 1.   Quand la pression monte d'un cran - Part. 1. Empty

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» [UPTOBOX] Boa vs. Python (V) [DVDRiP]
» Alvin et les Chipmunks 2 [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Archives :: Archives RP
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser