Partagez | .
[Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.
 MessageSujet: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Jeu 1 Déc - 19:26

avatar
Abigail Phoibos

Indépendant Légal

Click

LOOK AT TO THE SETTING SUN
BRINK OF YOU VISION
ETERNAL YOUTH IS
A LANDSCAPE OF THE LIFE


Sous ses iris voilée, elle s’effondrait ; sous ses pupilles décolorées, elle chutait. Bientôt, l’herbe se trouva maculée d’une liqueur rougeâtre qui épousa le physique de l‘adolescente avant de s‘étendre rapidement sur les brins d‘herbes. Toi, tu la connaissais trop bien, cette couleur. Bientôt, des phrases qui se voulaient rassurante s’élevèrent dans des formes distordues. Dernière phrase avant que ses paupières ne se fermèrent sensiblement. Yume No Ai était morte. Yume No Ai était morte, et tu n’avais rien pu faire. Tristesse et rage se bousculèrent dans les méandres de tes pensées. Mire ta rancœur sans peine, Abigail. Tu t’oublies dans tes macabres inepties. Abigail, tu t’enfuis. Comment peux-tu te terrer dans le labyrinthe de tes pensées meurtries ? D’un mouvement vif, Elle s’éloigna nonchalamment jetant derrière son épaule un regard discret sur le corps inerte de l‘adolescente. Les traits enfantins se distinguaient encore sur son visage. Si jeune, et déjà détruite.

C’est l’arôme de l’inquiétude, le souffle haletant et les iris détruites. C’est la cohue des mages qui s’éparpillent sous ses rétines calcinées par l’océan de ses yeux. Ses deux mains tremblantes saisirent les haut de ses bras, tandis que le souffle du vent balaya sa chevelure flamboyante. D’un mouvement volatile, elle s’engouffra dans la forêt, à la poursuite d’un mage. Ses jambes si graciles s’enlisaient entre douleur et douleur. Peu familiarisée à courir aussi vite, trouée par le lourd poids de la pression. Ses prunelles se heurtaient contre les carcasses décharnées des arbres. Ses yeux inspectaient la terre pour distinguer des empreintes de chaussures qui s‘avéraient être récente, donc logiquement de l‘adversaire. Elle tourna la tête et s’aperçut avec surprise qu’elle était accompagnée. L’homme était grand et mince. Sa tête était haute, le visage impassible, bien plantée au-dessus de ses épaules larges et puissantes. Elle s’apprêtait à se concentrer sur le trajet sinueux pour rejoindre le plus rapidement possible l’adversaire, lorsqu’elle entendit de la part de son homologue.

▬ Fais attention, reste près de moi.

Ses yeux éteints se redressèrent vers l’homme. Les paroles étaient sèches, amputée de toute émotion. Mais, l’attention portée n’était pas un vulgaire artifice. Derrière le visage marbré d’impassibilité, l’homme n’était pas aussi stoïque qu’il s’en donnait l’air. Bien que tu ne le connaissais pas, pour toi, il était le portrait archétype de la figure fraternel. Celui qui, malgré l’air d’indifférence qui s’écoulait hors de son visage, était, peut-être, le plus inquiet de tous.

▬  …Merci.

Elle s’apprêtait à continuer sa route, mais s‘arrêta quelques secondes.

Je m’appelle Abigail. Je sais que ce n’est pas le temps des présentations. Mais qu’on sache qui est l‘un et l‘autre, au moins.

Sur ces derniers propos, ses jambes se déplièrent et elle reprit en chasse le mage ennemi. A deux, ils s’enfoncèrent plus rapidement dans la verdure enténébrée. Munie de ses mains, Abigail écartait ce qui lui bloquait le passage, elle passa sa main sur l’écorce d’un chêne, hypnotisée par sa texture. Tu songeas un instant à tes émotions exacerbées, au pourquoi de ta venue, à ta motivation épurée, à ta raison d'être. Sans trouver une réponse à toute tes interrogations, tu t’apprêtais à repartir. Sauf que tu reconnus l’adversaire, plus loin. De quelques mètres, à peine. D’un mouvement de main, tu fais signe à ton coéquipier de s’avancer. Tu montras du bout du doigt l’homme au loin.

▬  …Là.  Siffla-t-elle, pour ne pas qu’il ne les entendent. J’ai une idée. Je vais le distraire en lui faisant croire que je suis seule contre lui. Je vais tenter de le déstabiliser en faisant exclusivement du corps à corps. Dès que tu vois une ouverture, tu pourras tenter de parer en utilisant ta magie. 

Sans rien ajouter de plus, elle s’engagea dans la nature qui se mettait à suivre ses mouvement, savamment contrôlés. Son corps se mouvait avec silence, peu à peu vers l‘adversaire. Les troncs d’arbre entravaient sa vision. Si bien qu’elle ne savait pas s’il l’avait remarqué, ou non. Néanmoins, Elle agissait comme si chacun de ses mouvements était une évidence. Elégance fluide acquise par l'entraînement. Cette assurance particulière qui sied à merveille. Une fois éloignée de la position de Cesus, elle remarqua une souche dont les racines étaient secouées par une brise fraîche. Après courte réflexion, elle souleva sa jambe, fit apparaître ses halos émeraudes et donna un violent coup dans la souche qui se projeta en direction de l’homme. Sans savoir s’il avait été touché ou non. Elle sortit de sa cachette.

▬  Pardonne-moi pour le coup de la souche, c’est vrai que ce n’était pas très glorieux de ma part, mais j’avais peur que tu ne t’arrête pas si je t’appelais. 


Et tu tire la langue. Provocation, quand tu la détiens. Tu t’approche, un peu. Pas trop. Tu ne connais pas la maîtrise magique de l’ennemi, ce serait une grave erreur de le sous-estimer. Attention Abigail, à trop vouloir jouer avec le feu, on finit par s‘y brûler les ailes.


Spoiler:
 

_________________________________________________________________________

    heaven's on fire

    trace donc le trait qui rassure et que ta ligne soit belle. Tes amours sont des légendes que désapprouve ton ange, n'étreins qu'en morsures les seigneurs de la guerre, fait suinter leur armure qu'ils y voient de l'univers. ©️endlesslove
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Sam 3 Déc - 14:08

Spoiler:
 
Quelle stupeur de voir l'agitation sur l'île de la guilde ! Pendant son absence, un tas de choses s'étaient déroulées, à commencer par l'irruption de mages du Conseil de Fiore et des combats imminents. Si le Conseil connaissait la position de Legion, il allait falloir qu'ils trouvent un nouveau repaire ; mais avant cela, ils ne pouvaient quitter l'ile sans la clef. Un rapide récapitulatif de tout ce qui s'était passé lui permit d'apprendre que cette dite clef avait été trouvée, mais qu'elle était retombée dans les mains de l'ennemi. Avant de la perdre totalement de vue, il fallait qu'ils la récupèrent. Tous les mages de Conseil étaient regroupés dans leur campement, si bien que s'il tentait tout seul une attaque contre une dizaine de mages, cela se relèverait très risqué. Fort heureusement, il n'était pas le seul Légionnaire présent, et ensemble, ils optèrent pour la solution qu'ils prônaient tous : diviser pour mieux régner. Leurs habilités réunies fut un concentré de stratégie au rendu étincelant ; aucune faille ne fut perçue, si jamais elle existait. En une minutes, ils récupérèrent la clef et eurent un bon motif pour séparer le groupe d'illégal. Karl s'en alla de son côté avec une clef en main, et il espérait clairement égarer ses poursuivants dans la forêt pour qu'ils ne puissent la quitter avec minuit, l'heure fatidique – on lui avait dit que le Conseil prévoyait une attaque finale pour minuit, il avait donc encore quelques heures devant lui.
Il courait donc, ses cheveux roux dans le vent, sa longue cape trainant derrière lui, et il se frayait soigneusement un chemin parmi les milliers d'arbres de l'île pour arriver au point de rendez-vous final. Il capta, faiblement, une aura qui semblaient le suivre à la trace. Il ne pouvait accélérer l'allure ; la vitesse n'était pas son point fort. Non, tout ce dans quoi il misait, c'était la force. La force brute qui lui permettait de mettre KO ses adversaires en un seul coup.
Il se sentait rattrapé par l'aura, et sentit que le combat allait être imminent. Il n'allait faire qu'une seule bouchée de cette personne. Il se retourna subitement pour faire face à l'adversaire qui allait arriver avec imminence, et...
Bam, il se prit un violent coup en pleine face et fut projeté en arrière, glissant à terre, son dos rappant contre le sol boueux. Se relevant en fronçant les sourcils, il vit une jeune femme blonde à la silhouette svelte, et dont les pieds brillaient d'un halo verdâtre. Lui faisant face, comprenant que c'était son adversaire, il déboutonna sa cape qu'il lança derrière lui. Il remonta les manches de sa chemise et se craqua les doigts tandis que la femme parlait en tirant la langue avec prétention :

«Pardonne-moi pour le coup de la souche, c’est vrai que ce n’était pas très glorieux de ma part, mais j’avais peur que tu ne t’arrêtes pas si je t’appelais.»

Karl répondit au tac-o-tac.

«Hé, j'étais justement en train de m'arrêter, c'était pas obligé que tu sois si violente comme ça. La violence est un art, je sais pas si tu vois ce que je veux dire. Je ne sais pas comment tu as lancé cette souche, mais il n'y avait aucune harmonie ; même de dos, je l'ai senti. Je m'appelle Karl Bones, je suis un mage de Legion et tu es une jolie inconnue qui sert le Conseil Magique, enchanté !»

Il s'inclina légèrement, puis releva la tête, le sourire aux lèvres.

«Maintenant, veux-tu que je t'apprennes la violence ?»

Il fit un pas devant elle, un regard presque pernicieux s'affichant sur son visage. Il était courtois, et attendrait la réponse de la jeune fille avant de débuter une quelconque action.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Lun 5 Déc - 21:35

avatar
Abigail Phoibos

Indépendant Légal

Click




Hé, j'étais justement en train de m'arrêter, c'était pas obligé que tu sois si violente comme ça. La violence est un art, je sais pas si tu vois ce que je veux dire. Je ne sais pas comment tu as lancé cette souche, mais il n'y avait aucune harmonie ; même de dos, je l'ai senti. Je m'appelle Karl Bones, je suis un mage de Legion et tu es une jolie inconnue qui sert le Conseil Magique, enchanté !

C’était le calme avant la tempête. Parce que tu ressentais la violence qui suintait par tout les pores de sa chair. Comme une destruction qui implose à l’intérieur d’une cage thoracique un peu trop étroite; qui s‘ébranle immuablement. Ses mots qui claquent avec arrogance contre tes tympans, sa crinière épaisse qui s’embrase dans un camaïeu de flamme. Toi tu te contente juste de le regarder, puis tu ris un peu, espiègle à ses propos peu tranchants. Se pourrait-il que même l’ennemi se veut amical? Comme s’il balayait avec ses quelques paroles bien diffusées, toute tension. Mais il t’invoquait de la méfiance et tu restais toujours à une limite enclin au raisonnable. Sait-on jamais, l’ennemi peut toujours frapper en traitre. Phrase contrôlée, limite imposée. Tu réponds.

Navrée, lorsque je t’ai vu, je me suis privée de toute pensées objectives et j’ai préféré t’arrêter…à ma manière. Eh, je rêve ou tu serais limite en train de me reprendre sur ma manière de lancer des souches? Elle croise les bras, marquant une légère pause. …Enfin, c’est pas réellement le sujet. Elle rougit aussi. Pas trop. On lui avait jamais dit au cours d‘un dialogue entre adversaires qu‘elle était jolie, c‘était un brin déstabilisant. Tu peux modifier l’inconnue par Abigail Phoibos, mage de Blue Pegasus.

Seul l'écho de ses derniers propos prononcés à voix haute venait briser le silence profond qui s'était récemment installé entre les deux protagonistes. Le regard figé d’Abigail se mua en une expression qui lui était propre. Quelque chose d’indéchiffrable s’esquissa sur les voiles de son âme pudique. Une stratégie lucidement organisé par les fibres nerveuses de son encéphale. La méandre de sa pensée serait surement voilée pour Karl, mais claire pour elle.

Maintenant, veux-tu que je t'apprennes la violence ?

Son regard s’était métamorphosée comme un serpent qui quitterait sa mue. D’un coup, ses premières hypothèses se confirmèrent. Il fallait la jouer fine, subtile pour passer à travers les filets de ses iris trop passionnées par la venue d’un affrontement. Mais avant, s’exposer, expliquer, ne pas partir de travers, ne pas mettre en place des fausses manœuvres qui pourraient être l’équivalent d’un échec brutal. Aucune expression ne traversa son visage, elle arborait juste cet air nonchalant qui lui sied à merveille. Un nouveau silence s’installa. Puis, dans une phrase légère, elle répondit.

Je suis pas intéressée.

Nouveau silence.

…Mais je suppose que toi comme moi, n’avons plus le choix. On sert des idéaux différents qui nous sont propres. Je ne comprends pas l’idée de récupérer une clef pour faire je-ne-sais-quoi-avec, à proprement parler, je m‘en fous. Certes, c’est ton mode de vie et je le respecte. Néanmoins…néanmoins…son poing se serra, sa mâchoire se crispa. Je ne peux tolérer que vos agissements entravent au bonheur de la population de Fiore, et c‘est pourquoi je me mettrais en travers de votre chemin. Et du tien, donc oui, vas-y tu peux me montrer ta violence, moi je te montrerai ce que c’est la conviction.

Elle le dit comme si c’était la seule règle qui dictait sa vie et qui serait le gouvernail de l’itinéraire de son aventure. Sa voix est saupoudré de détermination dont elle s’aura s’user s’il lance un débat par les propos. Toujours des divergences. C’est peut-être l’aléatoire qui en a décidé ainsi. Lentement, elle lui tourne le dos. Ses halos verts se tachent d’une couleur plus foncée. Puis d’un mouvement vif d’épaule, elle se rue vers lui. Juste au moment de la collision inévitable entre leurs deux carcasses, elle s’échappe en déviant sur le côté. Fléchit les genoux et atterrit dans le sommet d'un arbre entrelacées de branches, donc protégé et logiquement inaccessible. Elle est un peu comme ça, Abigail. Elle préfère se lover dans des inepties irréalisables telle la chenille dans le bouclier de son cocon. Affronte la réalité Abigail. Cesse de vouloir tout changer, le monde est parfois fait d’injustices qui ne seront jamais résolues. De ses doigts, elle défait sa chevelure qui dévale comme une cascade jusqu’à la chute de son bassin. Elle tends son élastique dans le vide, et le lâche. De là, d’un nouveau coup de pieds, elle envoi une branche en aux pieds de l’adversaire. Son but n’était pas tant de souligner une offensive impétueuse. Juste l’effet de dire « Je me défendrais quoi qu’il en coûte, quoi qu’il advienne. Je le dois à la jeune fille qui y a laissé sa vie. C‘est mon devoir, pour elle, pour sa vengeance personnelle. »

D’un mouvement de bras, elle se suspendait aux branches d’un autre arbre et envoya, cette fois-ci violemment, une nouvelle branche, qui était volontairement dirigée vers Karl. Pourtant quand on fixait le visage d’Abigail, quand on prenait le temps d’examinait ses traits. On aurait pu facilement deviner que ce n’était pas ce qu’elle voulait. Mais, c’était comme ça. Cependant elle ne montrait pas la peur d’échouer qui lui perforait le ventre ni ses doutes aberrants qui de temps à autre, apparaissait sur chaque tissu de sa peau. L’angoisse tissait sa toile dans sa gorge, sa voix s’est égaré et se parsème en lambeaux.

Elle tournait autour des arbres, balançant des branches, elle était rapide, le feu follet insaisissable. Qui court de branche en branche en balançant des objets surement inoffensifs, mais avec la force et la détermination, ils s’avéraient aussi tranchants et nocifs qu’une arme blanche. De part ses mouvements exacerbés et à la fois hypnotisant, elle espérait captée toute l’attention de Karl en se faisant passé pour la nymphe inaccessible et ainsi permettre à Cesus une ouverture qui pourrait s‘avérer efficace.

Spoiler:
 

_________________________________________________________________________

    heaven's on fire

    trace donc le trait qui rassure et que ta ligne soit belle. Tes amours sont des légendes que désapprouve ton ange, n'étreins qu'en morsures les seigneurs de la guerre, fait suinter leur armure qu'ils y voient de l'univers. ©️endlesslove
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Mar 6 Déc - 19:43

Spoiler:
 
La jolie inconnue, comme il l'avait appelée, n'attendit pas pour répondre à Karl. Pleine de désinvolture et de sarcasme, elle fit preuve d'une détermination sans failles. Ou alors c'était pour cacher ses lourdes faiblesses. Karl analysait déjà les réactions de sa future adversaire ; le combat avait déjà commencé, et il fallait, rien que par la parole, tirer l'avantage de son côté avant de passer aux coups. Car la jeune fille semblait prête à se battre, cela se voyait dans sa posture ; elle ne semblait pas prête à se défiler. Se prenant au jeu, elle instaura un léger silence après la proposition explicite de Karl ; puis, ouvrant les lèvres, répondit le plus franchement possible :

«Je suis pas intéressée…Mais je suppose que toi comme moi, n’avons plus le choix. On sert des idéaux différents qui nous sont propres. Je ne comprends pas l’idée de récupérer une clef pour faire je-ne-sais-quoi-avec, à proprement parler, je m'en fous. Certes, c’est ton mode de vie et je le respecte. Néanmoins…néanmoins… Je ne peux tolérer que vos agissements entravent au bonheur de la population de Fiore, et c'est pourquoi je me mettrais en travers de votre chemin. Et du tien, donc oui, vas-y tu peux me montrer ta violence, moi je te montrerai ce que c’est la conviction.»

Un large sourire se dessina sur le visage de Karl tandis que son regard devint plus concentré, rivé sur la jeune fille, ne pouvant dévier de la silhouette blonde. Elle était extrêmement intéressante, avec ses rêves brisés et son semblant de pragmatisme. Elle usait le mot «conviction» et pouvait réussir à persuader quiconque qu'elle était absolument sûre d'elle. Mais Karl savait que chaque personne avait une fêlure entrouverte sur le corps. Une cicatrice qui ne disparaitrait jamais. Et Karl était doué pour déceler ces blessures et les raviver instantanément. Abigail avait forcément une faille, quelque chose qui la briserait sur le coup. Mais elle la cachait bien. Et cela augmentait le plaisir manifeste de Karl ; il jouissait face à la difficulté.

Abigail se détacha les cheveux, balayant l'air avec ses longs fils dorés, tandis que les halos verdâtres à ses jambes s'intensifièrent. Elle n'attendait aucune réaction et allait attaquer. La première souche avait fait tomber Karl ; avait-elle autant de force que ça ? D'un vif mouvement, elle shoota dans une branche qui fonça à toute allure vers le mage de Legion. Voulant tester la force de la fille, il plaça ses bras en croix devant lui et ferma les yeux juste le temps du choc. Il fut légèrement déstabilisé, mais bien ancré sur ses appuis, il ne tomba pas en arrière. La vitesse de la branche était élevée, un coup était douloureux, mais il était facile de parer une telle offensive. Se massant les avants-bras engourdis par le coup, il observa la jeune fille qui sautait dans les arbres autour de lui. Rapidement, elle tenta une nouvelle offensive, et une branche fonça bientôt vers Karl sans prévenir. Il eut juste le temps de sauter de côté tendis qu'elle explosait littéralement contre le sol. L'impact avait l'air d'être plus puissant ; elle n'avait sans doute pas montré la totalité de sa puissance lors de la première attaque. Tournant autour de lui-même pour mieux capter les mouvements de la fille, il ne pouvait effacer le sourire de ses lèvres.

«Pleine de fougue et d'animosité ! Quel charmant personnage tu fais, Abigail ! Mais n'est-ce pas dommage de toujours fuir de cette façon ? Quel intérêt de se voiler la face ? Pourquoi ne pas accepter les choses comme elles sont, face-à-face ?!»

Il fit une pause pour éviter une branche qui manqua de s'enfoncer dans son pied.

«Franchement, Abigail Phoibos, tu es bien sympathique. Mais je dois respecter mon devoir en tant que membre de Legion, tout comme tu dois respecter le tien en tant que mage du Conseil Magique. Deux idéaux bien distincts ; malheureusement, c'est ton parti qui l'emporte. Mais comme on dit, la folie est la raison du plus fort ! Tu comprends cela, n'est-ce pas ? Nous sommes tous de la même familles, tous des fous, mais seulement, un groupe a dominé les autres et a instauré ses règles ! Si seulement c'était Legion la plus puissante, tout le monde aurait adopté les règles de la guilde ! Et la balance est sur le point d'être inversée ; avec cette clef, Legion va s’autoproclamer reine incontestée du monde !»

Il tournait depuis un bout de temps sur lui même et commença à avoir le vertige, si bien qu'il s'arrêta. Il sortit donc d'une de ses poches un oiseau de papier blanc, qu'il tendit devant lui.

«Déploie-tes ailes et transperce le ciel, petit oiseau.»

Il lança en l'air l'oiseau de papier qui s'incendia, mais ne fut cependant pas pour autant consommé. L'oiseau virevolta quelques secondes, puis localisa Abigail. La boule de flamme, l'oiseau en son centre, fonça alors vers la jeune femme pour se planter dans son corps et la cramer. Le papier était en effet un papier magique, le plus tranchant possible.
Sans voir ce qu'était devenu l'oiseau blanc incandescent, il sortit deux oiseaux identiques, si ce n'est que leur couleur avait changé. Ils étaient verts, désormais. Il recommença le rituel, les lança en l'air, puis ils s'embrassèrent et foncèrent tous deux vers Abigail. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est que, si l'oiseau blanc, une fois sa cible localisée, fonçait tout droit jusqu'à ce qu'il se plante et que la flamme se consume, les oiseaux verts suivaient la cible dans ses moindres mouvements jusqu'à ce qu'elle l’atteigne. Le premier oiseau était un test, du bluff, pour faire croire à la fille qu'elle n'avait qu'à se décaler pour éviter les deux nouveaux. Elle serait alors profondément touchée.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Sam 10 Déc - 18:08

avatar
Invité


Click

Tombée.
Comme tant d’autres de ses frères d’armes, voilà que Yume No Ai venait de succomber à la brutalité meurtrière de cette bataille. Ce n’était donc pas la première fois pour lui, d’ailleurs il avait déjà perdu des amis avec lesquels un lien bien plus fort avait été tissé, et pourtant…

Pourtant cette fois était différente. Il ne parvenait pas à chasser cette image de son esprit pour se concentrer sur les offensives à venir. Ses instincts de combattant l’avaient fait suivre le mouvement mais son regard était momentanément perdu, seul et presque désespéré alors qu’un profond changement semblait s’opérer en lui.
En arrivant avec tout le groupe, il avait dans l’optique d’accomplir les ordres du Conseil, à savoir récupérer la clé ou bien détruire tout ce qu’il y restait de la menace Légion. Il était prêt à tout pour cette tâche, quitte à payer de sa vie en bon soldat qu’il était. Mais soudainement, ces idéaux d’ordre et de justice ne pesaient pas lourds face au traumatisme qui venait de surgir.
Il savait que sa propre vie avait peu de valeur, et encore moins sur un plan affectif puisqu’il ne comptait pour personne à vrai dire, aussi il s’autorisait à considérer son sacrifice comme un acte juste s’il venait à s’avérer nécessaire. Mais les autres ? Il y avait de nombreux liens que le mage du Conseil commençait à peine à apercevoir. Et la rupture de ces liens lui apparaissait dorénavant comme principal malheur et cause néfaste qu’il fallait éviter.


En dépit de toute stratégie, le groupe qui s’était réuni avant de repartir était à nouveau dispersé en plus petites équipes, voire en duels.
Pour sa part, il n’avait pas cherché la vengeance, mais avait suivi une jeune fille qui lui semblait particulièrement vulnérable. Son visage avait repris sa teinte habituelle avec son air sobre et impassible. A présent il avait pour but de protéger cette jeune femme même si elle était censée avoir autant d’aptitudes que lui voire plus. Aucune perte n’était plus permise, et ce n’était pas un ordre mais une conviction, ancrée et immuable.

- Fais attention, reste près de moi.

Sa voix pleine d’autorité non forcée était venue la rassurer autant que la prévenir qu’elle n’était plus libre de mourir, il y avait maintenant une présence avec elle pour la protéger autant que pour l’empêcher de se sacrifier.

- Je m’appelle Abigail. Je sais que ce n’est pas le temps des présentations. Mais qu’on sache qui est l‘un et l‘autre, au moins.


- Cesus Nero, du Conseil.

Enchanté.


Il n’était pas à l’aise avec les présentations et autres affaires quotidiennes alors il se contentait de répondre brièvement, toujours avec cette voix forte et calme.

Ils avançaient dans la forêt, ayant perdu de vue l’ennemi. De toute façon il ne se préoccupait pas de le voir pour l’instant, mais veillait à rester près d’elle, en courant à son rythme.
Il sentait quand le danger était proche et Abigail avait aussi repéré leur homme. Elle s’était arrêtée avec une stratégie pour prendre le mage de Légion à revers.

En entendant ces mots, la main de Cesus vint se porter sur son bras, comme un réflexe pour l’empêcher de s’éloigner. L’espace d’un instant, son regard donna l’impression de s’être adoucit, à la fois animé de vertu et d’une crainte qu’il rejetait. C’était un regard qui disait « Sois prudente » ; et en allant au-delà de ces deux mots, il émanait une énergie, une puissance qui martelait sans aucune retenue « Ne meurs pas ! Je serai là quand il faudra ! »

Il la laissa finalement y aller, lui aussi sans dire un mot mais les regards transmettaient bien plus que çà. Et ils s’éloignèrent l’un de l’autre.

Cette séparation même temporaire ne lui plaisait pas, mais il devait s’y forcer. Il fallait seulement attendre le bon moment, et ce ne serait pas la première fois de la journée qu’il arriverait en tant que renfort dans un combat engagé. Une stratégie qui avait déjà porté ses fruits. Il invoqua donc à nouveau un esprit pour ne pas avoir à le faire pendant le combat.
Le choix d’esprit était de plus en plus limité, puisque deux d’entre eux avaient été utilisés ce jour là, et sa réserve magique ne tolérerait d’ailleurs pas forcément une invocation de plus. Heureusement qu’il avait reçu des soins lors du retour au campement ainsi qu’une période de récupération conséquente - sans ça, sa magie aurait été inutilisable.

La forêt avait cet avantage qu’il était simple de se dissimuler pour approcher le combat discrètement. Il entendait les deux protagonistes parler assez longuement. Puis le combat commença et il ne put retenir un rictus de mécontentement : la manière de se battre d’Abigail était trop frivole et irresponsable à son goût. Si cela n’avait pas pu nuire à l’effet de surprise, il l’aurait volontiers dit d’arrêter ses bêtises dans les arbres et de se battre au sol, normalement. Mais le sermon « fraternel » attendrait.

Le mage sombre tournait sur lui-même, coupant temporairement l’opportunité d’attaque à revers. Mais il était obligé de fixer Abigail pour lancer son attaque et c’est ce moment que Cesus choisit pour se jeter sur lui.

Attaque éclair. En quelques foulées il fut au niveau de l’ennemi qui venait d’envoyer deux oiseaux verts. L’épée acérée partait pour un coup horizontal au niveau de la poitrine. Si malgré l’effet de surprise il ne transperçait pas le torse, il avait de bonnes chances pour infliger toutefois une blessure sanglante au mage illégal.
La violence ne faisait que commencer.
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Mer 14 Déc - 17:12

avatar
Abigail Phoibos

Indépendant Légal

Click

« L’ultime cri d'une affliction muette enfin achevée sera englouti par le néant. »

Petit à petit, ses pas hasardeux l’avaient conduite dans les méandres de ramures outrageusement dénudées. D’un œil triste, elle regarde lentement passer les secondes, que sa main gantée de bienveillance ne peut plus détenir. Elle danse entre les branches pour se rappeler le temps ou elle était encore insouciante. Radieuse avant de se plonger dans des idéaux déformés ; Funambule entre deux ambitions antagonistes. Elle effectue un mouvement successif au niveau de ses jambes enflammées, avant de ployer sa carrure de porcelaine hors de portée, soutenue par la nature. Ses iris reste voilés par son indifférence austère. Pourtant, tout s’embrase lorsque le feu de ses cheveux se heurte contre le cristallin de ses trop grands yeux.

Pleine de fougue et d'animosité ! Quel charmant personnage tu fais, Abigail ! Mais n'est-ce pas dommage de toujours fuir de cette façon ? Quel intérêt de se voiler la face ? Pourquoi ne pas accepter les choses comme elles sont, face-à-face ?!

L’écho de ses paroles se propage à l’intérieur de sa carcasse décharnée et se brise en fragments qui se plante avec allégresse dans sa boite crânienne. Ses lèvres déchirées par ce sourire brisé. La porcelaine de son minois ravagé par ses émotions corrosives et ses songes gluants. Ses os aiguisaient sa peau caucasienne. Et tout cela se réfractait dans le seul scintillement de ses pauvres iris souillées. De quoi parlait-il ? Ou voulait-il en venir? Violemment, elle s’arrête. Prête à cracher avec subtilité ses prochaines paroles, ses sens l’alertaient de rester évasive sur la réponse qu’elle pourrait dire. Finalement, elle se rétracta.

Franchement, Abigail Phoibos, tu es bien sympathique. Mais je dois respecter mon devoir en tant que membre de Legion, tout comme tu dois respecter le tien en tant que mage du Conseil Magique. Deux idéaux bien distincts ; malheureusement, c'est ton parti qui l'emporte. Mais comme on dit, la folie est la raison du plus fort ! Tu comprends cela, n'est-ce pas ? Nous sommes tous de la même familles, tous des fous, mais seulement, un groupe a dominé les autres et a instauré ses règles ! Si seulement c'était Legion la plus puissante, tout le monde aurait adopté les règles de la guilde ! Et la balance est sur le point d'être inversée ; avec cette clef, Legion va s’autoproclamer reine incontestée du monde !

La folie n’est pas une foudroyante lucidité comme tu peux le penser, mais une déraison. Ca te ferrait rêver, n’est-ce pas ? Justement, il vaut mieux que ça reste un rêve. Parce que c’est probablement la seule chose que la nature humaine peut encore maîtriser, où l’on en connaît les prémices, mais surtout la conclusion. Ca a au moins la beauté de bien se finir, les rêves. La folie, c’est l’intelligence à l’envers. Il faut que tu me donne cette clef pour le bonheur de chacun.

Elle tend légèrement la main pour appuyer sur ses dires, pour qu‘il lui offre cette clef qui a causé la mort d‘une innocente qui se battait sûrement pour ses propres convictions. La réponse du mage aux cheveux de feu ne se fit pas attendre.

Déploie-tes ailes et transperce le ciel, petit oiseau.

Ses bras se croisèrent sur son torse, puis elle rit. Un peu. Après avoir fixé quelques secondes Karl, ses pupilles se concentrèrent sur l’étrange papier qui s’embrasa quelques secondes après son envol.

Je n’en attendais pas moins ! Me voilà réellement comblée par ce présent !

Noter l’ironie. Elle se positionne sur la pointe des pieds, prête à esquiver l’offensive tout en continuant d’axer sa concentration sur Karl, histoire de voir s’il tramait quelque chose. Lorsque l’oiseau fonça vers elle, elle prit une impulsion pour se hisser sur la branche au dessus, la boule de feu embrassa la branche d’en dessous qui ne tarda pas à s’embraser sous leur entrechoquement. La nuée grise qui résulta de cette alliance improvisée et inattendu aveugla Abigail ; qui passa l’un de ses bras en office de barrière sous son nez pour ne pas que ses voies respiratoires soient gravement endommagées.

A peine relevait-elle la tête qu’elle aperçut avec consternation que deux oiseaux lui fonçaient dessus. Elle toussa violemment, puis arracha une branche et la souleva légèrement pour faire office de javelot. Elle recula son bras et prit une puissante impulsion avant de lancer la branche qui transperça le premier oiseau en papier afin de le clouer au sol, contre l‘herbe. Ensuite, elle sauta sur les branches d’un arbre voisin, elle constata avec aisance que l’oiseau de feu suivait ses mouvements à la trace. Il fallait qu’elle l’éloigne, et rapidement. Elle saisit une autre branche qu’elle arracha violemment du tronc de l’arbre pour l’utiliser comme arme.

Elle regarda l’oiseau de papier fonçait sur elle, et elle reproduisit un mouvement similaire. Néanmoins, elle n’avait pas calculé la distance qui la séparait de l’oiseau, et rapidement, l’une des flammes enveloppèrent sa cheville, prête à la ronger. Une plainte était alors apparue, sortie fébrile entre ses lèvres, courte mais puissante. Malgré le mal de la brûlure, elle brandit son arme et transperça de nouveau l’oiseau, cette fois-ci contre un arbre.

Elle retomba au sol sur ses deux pieds, la cheville la fit grimacer mais elle se garda bien de l‘exhiber. Enfin, elle aperçut que la fumée jouait en sa faveur puisqu’on ne devait sûrement pas la voir. Alors Abigail se mit à courir vers la position de Karl. Elle réprima sa douleur et lorsqu’elle jaillit du rideau de fumée, ses iris discernèrent Cesus qui venait de sortir de sa cachette et qu’il s’apprêtait à frapper. Alors qu’il faisait un mouvement en diagonale, lorsqu’Abigail fut suffisamment proche de ces deux hommes. Elle se mit accroupie, prête à balayer le sol de sa jambe encore valide. Si Karl esquivait le coup de Cesus, il serait privé d’équilibre. Le timing entre Cesus et Abigail était parfait.

_________________________________________________________________________

    heaven's on fire

    trace donc le trait qui rassure et que ta ligne soit belle. Tes amours sont des légendes que désapprouve ton ange, n'étreins qu'en morsures les seigneurs de la guerre, fait suinter leur armure qu'ils y voient de l'univers. ©️endlesslove
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Jeu 15 Déc - 21:32

Spoiler:
 
Abigail, muse du Conseil Magique, prétendue combattante pour la sauvegarde des mœurs du système, s'était arrêtée face aux provocations de Karl pour lui faire face. Elle avait avec une certaine hargne maitrisée évité les trois oiseaux de papiers, avec une petite étourderie qui aurait pu lui couter chère cependant. Elle sortit de l'éphémère nuage lié à l'embrasement soudain des papiers et bondit vers Karl, qui n'en attendait pas moins. Quand soudain, son sourire se figea.
Il sentait une présence derrière lui, une présence qui se rapprochait immanquablement. Concentré sur Abigail, son corps ne pouvait pivoter et voir ce qui se tramait dans son dos. Dans un tel cas d’embuscade, il ne pouvait avoir un choix multiple de possibilités. S'eclipser était désormais trop tard, il devait faire face à ses adversaires. Soit il paraît l'attaque d'Abigail et se prenait une attaque inconnue ; soit il se retournait au risque de se faire avoir par une attaque dont il connaissait la portée et verrait ce que l'inconnu lui réservait. Si cette dernière possibilité est risquée, car le temps de se retourner et d'appréhender le possible ennemi, de comprendre ses intentions et d'observer sa démarche technique, il y aurait peu de temps pour parer. Mais c'est finalement sur cette option que son choix se porta ; sa vue oublia la jeune fille pour dévier vers un homme menaçant qui tenait avec fermeté une longue épée. Un flot de pensées traversa l'esprit de Karl, une nouvelle source d'hypothèses se concrétisèrent dans sa tête en l'espace d'une seule seconde. Il savait ce qu'il fallait faire.
Levant un bras, il sortit de son manteau deux oiseaux bleus cette fois-ci, et en prit un dans chaque main. Comme à leur habitude, les papiers s'embrasèrent, et ce papier spécial propagea la flamme autour de ses mains, créant deux sphères incandescentes. Les oiseaux se collèrent à la peau de l'homme, ne faisant qu'un avec lui et prêtant la puissance des flammes. Karl vit alors la lame de l'épée prête à le trancher et il concentra davantage sa magie dans ses mains où la force de son sortilège de flamme lui offrait déjà une force supérieure. Il présenta ses deux paumes devant lui pour intercepter la lame. Chose étonnante : la lame fut stoppée brutalement par les mains, perdant toute force d'attaque. Une seconde plus tard, les papiers collés à la peau de Karl se déchirèrent à cause de la lame, évaporant la flamme qui lui avait sauvée la vie. Une seconde encore, Karl était diamétralement fauché et pivota sur lui-même avant d'être projeté quelques pas plus loin, à terre.
Fort heureusement, il savait qu'il allait subir de plein fouet l'attaque d'Abigail. Après une seconde de choc, toujours en l'air, il tenta d'oublier la douleur dans ses tibias et celle qui sévissait dans ses paumes (arrêter une lame à main nues, même avec une puissance amplifiée magiquement, ce n'est pas gratuit, même pour Legion) pour tirer de l'intérieur de son vêtement une valve de six oiseaux blancs, les plus simples, qui foncent droit devant eux et embrasent la première chose qu'ils touchent. Il les lança au hasard vers ce qu'il se souvenait comme étant la position d'Abigail et de l'inconnu, ce qui les empêcherait de bondir sur lui, lui qui se heurtait avec violence au rude sol de la petite clairière. Il se releva instantanément, flanchant légèrement à cause de ses tibias meurtris, et fit face aux deux personnes qui s'étaient démenées pour le faire tomber.

«Alors comme ça la petite Abigail ne s'était pas aventurée seule dans les méandres des bois ; le chasseur l'avait suivie pour l'utiliser comme appât et capturer le méchant loup... On veut réécrire l'histoire ? Très bien, modifions la fin ! Et si le loup tuait le chasseur et dégustait la jeune enfant ?»

Il se tourna vers l'inconnu en sortant cette fois un seul et unique oiseau, un rouge. Sa particularité était qu'il était explosif. Mieux : Karl décidait lui-même de quand est-ce que l'explosion intervenait. Il lança donc l'oiseau de papier dont des flammes s'échappaient déjà vers l'homme à l'épée, et calcula le moment où l'oiseau serait à au moins un mètre de l'homme. Là, il claquerait des doigts et l'explosion se ferait, emportant avec lui le chasseur. Il s'aiguiserait les crocs avec les os de garçon et s'amuserait avec la fille. La perspective le fit sourire.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Ven 23 Déc - 23:29

avatar
Invité


Click

Alors qu'il lançait la charge à revers contre le mage de Légion, il avait vu Abigail esquiver en partie les volatiles envoyés vers elle puis venir à son tour pour une attaque au corps. Contre un adversaire utilisant des armes à distance c'était certainement plus judicieux en effet. La fumée se dégageant après les impacts enflammés ne pouvait durer assez longtemps pour être un atout suffisant, mais s'ils avaient réellement besoin de se dissimuler il y avait tous les buissons et les arbres de la forêt pour jouer à cache-cache...

Fixant toujours sa cible, l'épée prête à la transpercer, Cesus avait senti la réaction d'un homme qui s'aperçoit d'un danger : il venait certainement d'être repéré - cela laissait néanmoins très peu de temps de réaction et de marge de manœuvre pour son adversaire.
Deux oiseaux de papier bleus semblèrent sortir du manteau du mage et se placèrent sur ses mains qui vinrent parer sa lame dans un choc brutal. L'attaque avait été complètement stoppée, mais la feuille avec laquelle avait été créé l'oiseau et la flamme s'était déchirée et la flamme s'était estompée en même temps. C'était la deuxième fois cette journée qu'il affrontait un mage maniant le feu.

Au lieu d'enchainer son attaque avec un autre coup d'épée, il avait du éviter une attaque plutôt hasardeuse du mage qui s'était fait envoyer valser par la jeune femme. Partie un peu dans tous les sens, cela donnait surtout une impression de danger incontrôlé, mais il avait pu éviter cette attaque en se déplaçant de côté. Ne pas être une cible statique sur un lieu de bataille était une des premières règles martiales. Et à nouveau pendant qu'il se relevait, il se mit à parler.

«Alors comme ça la petite Abigail ne s'était pas aventurée seule dans les méandres des bois ; le chasseur l'avait suivie pour l'utiliser comme appât et capturer le méchant loup... On veut réécrire l'histoire ? Très bien, modifions la fin ! Et si le loup tuait le chasseur et dégustait la jeune enfant ?»

Cette manie des mages de Légion, ainsi que de nombre de ses propres alliés d'ailleurs, lui était franchement désagréable. Quand il venait sur un champs de bataille c'était pour qu'on entende chanter sa lame et non pas des paroles sans intérêt de petits psychopathes en manque d'affection. Le regard empli de fureur il répondit brièvement :

"La guerre n'est pas une histoire pour enfants."

Visiblement c'était Cesus qui était la cible de l'oiseau rouge qui constituerait la prochaine attaque. Aussitôt il avait remarqué l'attention très intense du mage sur lui, alors que dans les attaques précédentes il était presque nonchalant.
Cesus reprit sa course vers le criminel mais pas de manière frontale. Il courait de manière oblique, presque en faisant un cercle qui se rapprochait lentement mais sûrement de Karl. Quand l'oiseau fut à portée de lame il envoya un coup d'épée du long de son bras pour le balancer vers la droite alors que lui fonçait à nouveau vers le créateur de ces volatiles de papier, pour tenter à nouveau de lui transpercer la poitrine.
Il ne faisait pas attention à ce qui se passait avec le projectile qu'il avait écarté derrière lui. En fin stratège qu'il n'était pas, il n'avait pas non plus considéré la diversion que cela ferait pour Abigail de la même façon que la première fois, puisque l'attention était portée sur lui...

Ils pouvaient avoir l'étrange impression d'être observé mais sans savoir par qui...


Spoiler:
 
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Mar 27 Déc - 18:11

avatar
Abigail Phoibos

Indépendant Légal

Click

Tout avait commencé avec la peur. Tout se finirait avec elle.

Sa silhouette malingre se redressa après l’éphémère assaut qui s’incarnait comme étant accomplit. Néanmoins le triomphe de leur assaut était imparfait. L’homme parvint à stopper l’offensive de Cesus, mais il se reçut tout de même un coup en pleins tibias. Et ça, ce n’était pas un élément négligeable. Toujours attaquer son ennemi sur ses points d’appuis pour que ses réflexes s’amoindrissent, et là, l‘épuiser afin de porter un coup fatal. C’était ce qu’on lui avait enseigné, et cette stratégie, elle ne l’avait jamais réellement appliquée au court d’un combat. Peut-être était-ce le moment de la mettre on œuvre, ou peut-être pas. Immergée dans ses réflexions erronées, des prunelles voilées sans regard. Elle ne s’aperçut que trop tard qu’une rafale d’oiseaux de feu se ruaient sur la position de son allié et d’elle-même. Cesus parvint à esquiver aisément l’attaque, Abigail songea quelques secondes, puis sa brûlure à la cheville la fit pousser un rictus. Prenant appui sur ses deux chevilles, elle bondit et saisit une branche, avant de se hisser dessus. Les oiseaux s’écrasèrent contre un tronc un peu plus reculé de là ou elle se trouvait.

Alors comme ça la petite Abigail ne s'était pas aventurée seule dans les méandres des bois ; le chasseur l'avait suivie pour l'utiliser comme appât et capturer le méchant loup... On veut réécrire l'histoire ? Très bien, modifions la fin ! Et si le loup tuait le chasseur et dégustait la jeune enfant ?

Un frisson désagréable débuta au niveau de son bassin, pour venir se loger jusqu’au creux de sa nuque. Ce mage l’intimidait. Il était effrayant. Un loup. Une bête sanguinaire. Une tâche difforme à faire disparaître. La réponse de son allié ne se fit pas attendre, visiblement agacé. Pourtant, la courte tirade du mage de Legion ébranla Abigail. Incarnait-elle le petit Chaperon rouge ? Et si…il déstructuré le conte pour le bâtir à sa manière ? C’était possible. Mais ça ne restait qu’une hypothèse encore superflue. Peut-être fallait-il provoquer une chute en parallèle avec le conte pour que les choses avancent et qu’ils récupèrent la clef. Ou peut-être pas. Visiblement, elle ne pouvait pas rester en place sans se poser des questions inutiles. Sur son perchoir, elle observa Cesus. Il se révélait être un très bon coureur, endurant, rapide, agile. À vrai dire, il impressionnait Abigail. Toujours autant qu'il gardait ce côté insaisissable. C'est tout ce qu'elle savait de lui. Mais elle s‘y faisait, préférant couvrir de loin son camarade plutôt que de s'étouffer l'esprit d’interrogations stériles.

Le loup ne peut rien faire si le chaperon campe sur le chemin de sa conviction. Si l‘enfant l‘ignore, le loup restera bredouille, la gueule béante.

Sa tirade s’était déformée, criblée de trous par l’air. Tais-toi, Abigail, tais toi. Tu es agaçante à débiter des absurdités enfantines aberrantes. Ses angoisses et ses peurs, ce qu’elle avait cru cacher éclatèrent contre le cristallin de ses pupilles, ricochets de sa monomanie ascendante. Cet homme incarnait une crainte qu’elle refoulait. Une aliénation grotesque qu’elle reniait. Elle secoua la tête, reprends-toi, Abigail, reprends-toi. Ne te laisse pas t’égarer dans les dédalles sinueux de ton encéphale. Reprends toi. Tendu et intérieur terrifié, le minois d’Abigail pivota et fit face aux yeux rieurs de son adversaire. Comment avait-il illustrait l’horreur ?

Cesus amorça un nouvel assaut, et Abigail lui emboîta le pas par la voie des branches, pour avoir des appuis sur lesquels elle se sentait protégée, intouchable. Peut-être s’enluminait-elle d’illusions burlesques qui lui seraient sans doute fatales par la suite. Soudain, un nouvel oiseau vêtit d’une couleur sang surgit hors du manteau de l’homme. Il s’avançait vers Cesus, ce dernier l’envoya valser un peu plus loin à l’aide d’un revers de son épée. Pour ne pas avoir de mauvaise surprise par la suite, Abigail saisit une branche et l’envoya sur l’oiseau rouge, le clouant au sol comme les deux oiseaux précédents.
A l’aide d’une ramure sur laquelle elle prit de l’élan, ses halos lumineux s’incendièrent, offrande d’une vitesse adéquate pour porter un nouveau coup. Elle doubla Cesus en quelques foulées après coup, elle était au dessus du mage de Legion. Ses bras se tendirent et elle se laissa tomber de l’arbre. Comme elle l’avait calculée, elle atterrit sans difficulté derrière son adversaire. Et cette fois elle ne laissa pas le temps à Karl de se retourner et agrippa ses larges épaules tant bien que mal pour le faire basculer. Elle échoua. Il était indéniable que Karl avait de bons appuis. Sa masse corporelle était réellement ridicule fasse à la sienne. A défaut d’avoir autant de force que lui, elle n’arriverait pas à le faire tomber et accorder une nouvelle offensive à Cesus qui s‘approchait sûrement d‘eux. Mais quelque chose de troublant se produisit, les halos habituellement verts d’Abigail se muèrent en des flammes pourpres, presque cramoisis. Abigail avait perdue toute notion de réalité. Elle ne voyait que Karl sur qui elle tentait d’avoir une prise. Puis elle se résilia, lâcha les épaules de l‘adversaire, avant de l’enserrer violemment au niveau du bassin tandis qu’elle tentait à l’aide d’une balayette, lui faire la stabilité de ses pieds. Elle n’était presque plus intimidée par lui.

Presque.

Néanmoins, tout avait commencé avec la peur. Tout se finirait avec elle.

Spoiler:
 

_________________________________________________________________________

    heaven's on fire

    trace donc le trait qui rassure et que ta ligne soit belle. Tes amours sont des légendes que désapprouve ton ange, n'étreins qu'en morsures les seigneurs de la guerre, fait suinter leur armure qu'ils y voient de l'univers. ©️endlesslove
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   Ven 30 Déc - 22:33

Spoiler:
 
Le duo de combattants liait corps et âmes pour affronter Karl Bones. Les mouvements brillaient d'une harmonie tacite, leurs offensives étaient coordonnées à la perfection. Karl devrait donner tout ce qu'il pouvait donner pour l'emporter face à un tel duo. Mais bien sûr, il existait la ruse.
Si, en théorie, il n'avait que peu de chances contre un duo à la stratégie visiblement sans failles, il y avait des facteurs extérieurs qui intervenaient. Et quelque chose d'important résonnait dans la tête de Karl : le duo n'était pas éternel. Sa seule chance était de les séparer. Dans un combat singulier, il l'emporterait illico, il en était persuadé. Il devait donc juste semer le trouble dans leur accord, porter à confusion leur tactique.
Encore une fois, il devait se l'admettre, il était époustouflé par leur capacité d’interagir l'un sur l'autre pour leur éviter les désagréments qu'il leur offrait. L'homme, d'un coup d'épée, dégageait avec force l'oiseau de sa trajectoire. Abigail, ne changeant pas tactique gagnante, embrocha l'oiseau qui explosa à terre, n'emportant dans son souffle qu'une poussière et ne touchant personne, l'homme étant déjà loin. Karl se concentra sur lui, prêt à parer, mais tenta de ne pas quitter des yeux Abigail, car c'était certain qu'ils allaient attaquer tous deux pour le mettre à terre. Et c'était vrai. Avec une incroyable vitesse, portée dans les airs par les halos verdâtres de ses chevilles, la jeune fille arriva devant Karl et l'empoigna. Elle fit un mouvement incertain, pour le faire basculer et le présenter à l'inconnu sans doute, ainsi l'épéiste le trancherait. Mais cela ne marcha pas. Abigail n'avait pas assez de force physique, et même si elle pouvait se défaire des pièges grâce à son agilité, elle venait de foncer dans la gueule du loup et cette fois, n'en sortirait pas. Elle tenta une nouvelle approche, glissant presque à terre pour s'en prendre à s'en appui, et encore une fois, Karl se fit prendre par la fille et fut chamboulé.
Mais ce fut volontaire, et pour cause, il s'était agrippé avec rigueur aux épaules de la jeune intrépide. En basculant, il l'emmenait avec elle. Tous les deux, ils furent enchevêtrés dans un roulement corporel, soulevant la poussière des alentours. Mais Karl maitrisait toujours Abigail. La petite fille était légère comme une poupée de chiffon. Il lui suffit de pivoter les bras pour présenter le dos de la fille à l'épéiste qui arrivait. Un bouclier humain. Le chasseur qui tuait la fille par mégarde. Karl donna un coup de pied à Abigail pour se dégager d'elle, la lançant vers l'homme et il fit une roulade arrière avant de finalement se redresser calmement. Il fallait que tout cela cesse. Tout est terminé pour ces deux énergumènes. Leur jeu d'acteur fut bon un temps, mais désormais, ils s'essoufflent face à la bête.
Karl leva les bras haut devant lui en poussant un cri immonde, un cri de victoire détestable, un cri résonnant avec horreur. De ses manches émergèrent une vingtaines d'oiseaux noirs, virevoltant comme des chauves-souris, à toute vitesse. Les vingts oiseaux se mirent en quête de voler le plus rapidement possible en formant un cercle autour des trois personnes ; et leurs ailes délivraient une fumée noire. Fumée, qui, bientôt, se rependit dans l'espace qu'elles formaient.

Tout devint nuit. Karl, l'homme à l'épée et Abigail furent plongés dans une froide obscurités, tourmentés par le bruissement des ailes qui venait de partout autour d'eux. Il était impossible de discerner quelque chose dans ce brouillard magique. C'était un piège idéal pour les vautours nocturnes. Et Karl, la bête de ce récit, voyait parfaitement ses proies dans cette tendre obscurité.
Devant lui, il discernait, pas à la perfection, mais avec tout de même une netteté qu'on ne pouvait remettre en question le corps de l'homme. Sortant de sa poche un petit poignard en faisant soin de limiter chaque bruit, il s'avança avec l'aisance d'un chat vers l'épéiste. Il tendit son bras, prêt à abattre la lame dans le cœur du chasseur. Prêt à rompre le duo implacable. Prêt à laisser la jeune fille seule. Prêt à réécrire l'histoire.
Il déchira l'air, la lame formant un arc-de-cercle parfait. Le sifflement provoqué fut doux, imperceptible. Tout comme la mort qui suivrait : indolore, rapide, vive.
Voir le profil de l'utilisateur
 MessageSujet: Re: [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Inscription rédigée à l'encre de nos larmes.   

Contenu sponsorisé


Click

   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Nos idées noires se dévergondent.
» [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Qui s'oppose s'attire
» [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Les graines mangent-elles les aigles ?
» [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas... || Haïne - Jerenn ||
» [Évènement : Bataille sur l'île de Legion !] La frappe d'une étoile déchue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Autres Lieux :: Iles & Océan :: Ile de Legion :: Forêt