Partagez | .
Famille et bulles
 MessageSujet: Famille et bulles   Sam 5 Nov - 23:45

avatar
Solis Farron

Lamia Scale

Click

Solis se tenait derrière un rocher. Devant lui, deux hommes bavardaient à l'entrée d'une grotte. Le jeune homme avait été envoyé ici suite à plusieurs aggressions sur la route du Sud. Cinq hommes attaquaient les voyageurs et les dépouillaient de leur possessions. Comme aucun témoignage n'avait permis de savoir si il y avait un mage, Solis avait été envoyé seul pour les arrêter. Il avait été considéré qu'un mage de son rang devait bien pouvoir combattre cinq hommes normaux, surtout un constellationniste qui pouvait disposer d'alliés. Le jeune mage considérait qu'un autre allié n'aurait pas été du luxe. Cependant, les ordres étaient les ordres.

Solis se coula le long de la falaise. Aries et lui pourraient sûrement venir à bout de deux vigiles. Les trois suivants ne seraient pas plus difficiles. Mais pour cela, il fallait que tout se passe sans anicroches. Et généralement, ça n'arrivait pas. Aries l'avait toujours tiré d'affaire... Solis lui vouait une confiance absolue. Mais même le puissant esprit du Bélier ne pouvait pas tout faire.
Un troisième homme sortit de la caverne. Solis se plaqua contre la paroi. L'homme discuta un instant avec ses collègues. Puis il retourna dans leur planque. Finalement, l'attaque de front était peut être une mauvaise idée. Il allait falloir les prendre de haut.
Solis escalada le plus silencieusement possible la falaise. Puis il rampa jusqu'au dessus de l'entrée de la grotte. Saisissant deux lourdes pierres, il les plaça au dessus de leur tête. Solis serra les dents en priant pour ne pas avoir choisit de pierre trop lourde, qui tuerait un des malfaiteurs, puis il lâcha. Les deux pierres heurtèrent les crânes des gardes avec un bruit sourd, et ceux ci s'effondrèrent sans un bruit.
Solis descendit le plus rapidement possible pour vérifier leur état. Tout deux étaient vivants et ils respiraient, bien qu'ils auraient sans doute une belle bosse et les idées floues pendant un moment. Cependant, dans sa précipitation, Solis avait oublié toute prudence. Il avait foncé sans se soucier de se protéger. Il reçut un coup violent dans la tête.
Les idées confuses, il roula sur le côté, tentant de se retourner et de se redresser. Il ne put même pas tenter de parer le second coup de bâton qu'il reçut dans la figure. Il s'effondra.


Lorsque Solis rouvrit les yeux, il ne put retenir un gémissement. Sa pommette était en feu, et son crâne le lançait. Il se redressa lentement. Il était plongé dans le noir, sur un sol en pierre. Machinalement, il mit la main à son trousseau. Et il le rata. Plusieurs fois. Il grinça des dents. Ses clés lui avaient été prises. Une lumière l'éblouit soudain. Un des brigands apparut dans un couloir, avec une torche. Solis remarqua alors qu'il était dans une cellule. L'homme s'approcha de lui, s'arrêtant devant les barreaux. Il cracha aux pieds du jeune mage.
"Crétin de mage. Lamia Scale hein?"
Solis serra les dents.
"Bouarf... On a bien vu le coup des clés, on les a piqué pour éviter les surprises."
L'homme se retourna et repartit.
"De toute façon, tu resteras là avec l'autre traître. Cela te donnera une idée de ta destinée. Sauf que lui n'était qu'un voleur qui a voulu nous doubler."
Puis il laissa Solis dans le noir. Celui était surpris. Il n'avait senti personne dans la cellule.
"Il y a quelqu'un?"
Aucune réponse. Solis rampa en travers de la cellule. Puis sa main se posa sur une roche ronde et froide au fond. Il la toucha, surpris. Puis il compris en sentant les dents. Un crâne. Il recula en déglutissant. Son compagnon de cellule avait rendu l'âme depuis un certain temps déjà. Cependant, si c'était un voleur, il avait peur être quelque chose d'utile dissimulé.


Malgré son dégoût de profaner les ossements du défunt, Solis commença à fouiller les fripes du mort. Le tissu était en lambeaux, et il ne semblait pas y avoir grand chose. Jusqu'à arriver à ses bottes. D'après le bruit sec, Solis avait arracher le pied complet en voulant la retirer. Jugulant sa nausée, il fouilla chaque centimètre de cuir, puis passa à l'autre botte. Il remarqua que la seconde était plus lourde que la première, qui pourtant était lestée du.... pied. De plus, la semelle était deux fois plus épaisse. Solis se mit à la frotter énergiquement contre la roche qui composait le sol de son nouveau logis, espérant l'user assez pour l'ouvrir. De toute façon, il avait jusqu'à sa mort au pire pour réussir. Il frotta frotta et frotta, usant la protection. Lorsqu'il la pensa assez fine, il la fit percer par l'une des canines du corps.
L'acte accompli, il se recula aussi loin qu'il le put du squelette. Puis il vida la double semelle. Tout d'abord rien ne tomba. Puis une pièce déscendit, suivie d'une pluie d'autres. Elles avaient sans doute servies à bloquer le bruit des objets dans la botte. Le noir total empèchait Solis de voir si elles avaient une quelconque valeur, et il s'en moquait.
Il finit par trouver une barette avec une sorte de pierre incrustée dedans, ainsi qu'une broche et une bague. Sûrement un kit d'urgence pour de l'argent rapide. Mais rien qui lui servait. Il lança la botte en travers du cachot. C'est là qu'il entendit tinter dedans. Il restait un objet. Priant pour que ça lui serve, il se rua à quatre patte vers le lieux où la botte avait dû tomber. Il tomba sur le squelette au passage, et s'écroula dans les ossements. Il fallait avouer que le noir commençait un tantinet à l'agacer.

Lorsqu'il retrouva la botte, il recommença à la secouer. Un petit objet froid lui tomba dans les mains. Au toucher, cela ressemblait à une clé. Solis retourna jusqu'aux barreaux, et les sonda, à la recherche du verrou. Une fois trouvé, il tenta vainement d'ouvrir la serrure. Pas moyen. Le jeune homme était donc coincé là, jusqu'à sa mort, seul dans le noir, avec un squelette. Une fin de carrière des plus enviables. Il se laissa aller quelques instants à une dépression sévère. Puis il remarqua que la clé était chaude dans sa main. Et surtout, elle émettait une vibration qui ne lui était pas inconnue. Mais il était impensable que... Pas dans un tel endroit... pourquoi l'homme aurait il récupéré...? Mais il fallait que Solis essaie. Il se releva, puis tendit la clé.
"Je suis lié à la voie qui mène au monde des Esprits Célestes. Entend mon appel et passe la porte, euh..."
Solis se rendit compte qu'il lui manquait un léger détail. Le rituel nécessitait le nom de l'esprit. Or dans le noir, il était assez difficile de savoir quelle clé c'était. Il tappa violement dans un barreau, c'était trop bête!
Puis lui vint un plan diabolique. Il y avait l'homme et sa torche. Et les grottes avaient un avantage certain. Un écho remarquable.


Les deux brigands qui surveillaient l'entrée du repaire sursautèrent lorsqu'un boucan du diable jaillit de la caverne. A l'intérieur, leur deux collègues se faisaient soigner pour leur trauma cranien. Seul restait le dernier de la bande, qui préparait leur future attaque. Celui ci se rua avec une torche en cherchant l'origine du bruit. Lorsqu'il arriva dans les geôles, il trouva Solis en train de tapper de toutes ses forces avec un os contre les barreaux de sa cellule.
"Arrête abruti! Ou ta vie sera encore plus courte que prévue!"
"Oh, pardon. Je faisais partie d'un orchestre, je voulais essayer de faire des percussions pour passer le temps...."
"Si tu veux pas qu'on te percute violament, crève en silence"
Sur un nouveau crachat, il repartit. Mais Solis avait eu ce qu'il voulait. Un rayon de lumière. Rien qu'un instant. Et il avait reconnu l'emblème de la clé. Il se releva, recommençant le rituel.
"Je suis lié à la voie qui mène au monde des Esprits Célestes. Entend mon appel, et passe la porte. Antlia!"

Un sceau de magie doré apparut sous le jeune homme tendit que la porte s'ouvrait, dans le sonnement de cloche habituel. Une énorme femme, aux cheveux d'argent remonté en une sorte de flamme stylisée, portant une immense robe rose à fleurs couleur pêche, et outrageusement maquillée, apparut.
"Oh oh oh, mais c'est qu'il est à croquer ce canard!"
Le sceau disparut, laissant Solis dans le noir, qui ne put ainsi esquiver la redoutable étreinte de l'esprit. Il fut littéralement broyé dans les bras puissants de la robuste femme.
"A partir de maintenant, je vais prendre soin de toi mon trésor, tu verras, tout ira bien!"
Elle plaqua alors un solide baisant claquant sur la joue du mage. Lorsqu'elle le reposa, Solis était quelque peu confus et étourdit.
"Euh... Antlia...? De la mongolfière?"
"En personne mon biquet. Mais appelle moi Tata. C'est plus mignon!"
"Ah... Euh bah oui mada... metlia... Non Euh Tatlia... Enfin, euh, toujours est il, est ce que nous pourrions remettre le contrat à plus tard? Il faudrait que je m'évade avant cela..."
"Que tu t'évade? Allons mon petit chat, tu n'as pas fait de bêtises au moins? Sinon, tu seras puni!"
"Mais... Mais... Mais non! Ce sont des bandits qui m'ont enfermé! Je n'y suis pour rien moi!"
"Oh... Alors laisse faire Tata!"

Solis sentit l'esprit bouger jusqu'aux barreaux. Etrangement, elle ne faisait pas un bruit en se déplaçant, et pourtant, Solis avait bien vu de très larges chaussures à talons roses à ses pieds.
Puis il y eu un bruit de clés et le verrou grinça.
"Par ici mon petit"
Solis se laissa guider par la voix, et émergea dans un couloir éclairé. Antlia... Ou tata, ou peut importe, l'attendait là, tout fière d'elle, avec son trousseau de clé. Il le récupéra, ne pouvant masquer sa surprise.
"Mais comment...?"
"Chut mon bouchon, il faut y aller!"
Elle fila alors à toute allure. Solis remarqua soudain pourquoi elle ne faisait aucun bruit. La forte femme flottait dans les airs, quelques centimètres au dessus du sol. D'un autre côté, pour l'esprit de la mongolfière, c'était assez prévisible.
Il émergeait soudain de la grotte, nez à nez avec les deux gardes.
"Ouik..."
"Ne t'en fais pas mon minou!"
Antlia se plaça devant lui. Les deux gardes parurent un instant surpris par la grosse dame en rose qui flottait dans les airs. Puis elle passa à l'assaut.
"Bubble Fury!"
Une nuée de bulles jaillit de ses lèvres pulpeuses. Celle ci prenait la taille d'une grosse citrouille, avant d'exploser avec force au nez des gardiens.
Solis en profita pour ramasser ses deux pierres favorites et en appliquer un joli coup sur la tête de chacun d'entre eux. Le dernier bandit déboucha à son tour. Il contempla un instant le carnage. La dame en rose volante, Solis les roches à la main, ses deux sous fifres à terre, des bulles dans tout les sens. Puis Antlia relacha le rocher qu'elle faisait léviter au dessus de lui.
"Oups"

Solis avait attaché les hommes dehors, pendant qu'Antlia lui ramenait les deux autres qui dormaient dans une salle de soin bricolée. Une fois tout ce beau monde ligoté, Solis rejoignit la ville la plus proche et prévint les autorités de sa prise. Antlia ne l'avait pas lâché d'une semelle, le faisant régulièrement léviter pour "l'aider", sans qu'il ait rien demandé d'ailleurs. Une fois sa réompense reçue, Antlia le fixa gravement.


"Il est temps d'évoquer notre contrat."
"Euh oui?"
"Je serais là tout les jours pour toi!"
"Pardon?!"
"Oui, et je te câlinerais, je te dorloterais, et je m'occuperais de toi!"
"Mais... Mais..."
"Allez, c'est d'accord. Là je dois me retirer, mais je reviendrais bientôt!"
Elle replaqua un collant baiser sur la joue du jeune homme, puis disparut. Pour une obscure raison, Solis sentait que cette nouvelle tante allait le rendre fou. Mais d'un autre côté, il se réjouissait. Quel plus grand plaisir que la famille, malgré tout ses défauts?







Voir le profil de l'utilisateur
   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Nuage de Bulles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG :: Zone RPG :: Fiore - Sud :: Chaine de Montagnes Sud